A la uneActualité générale.ActualitésInsolite

FAIT DU JOUR Un ancien enseignant crée un centre numérique mobile dans le Gard

Salim Zein, ancien professeur et initiateur du projet. Eloïse Levesque/Objectif Gard
Salim Zein, ancien professeur et initiateur du projet. Eloïse Levesque/Objectif Gard

Ancien professeur de français au lycée JBD d'Alès, Salim Zein est en train de créer un centre numérique mobile à destination des jeunes. Objectif : faire du jeu vidéo un outil d'apprentissage. Actuellement en phase test, il devrait voir le jour courant 2015.

Issu d'une formation en ingénierie culturelle, rien ne prédestine Salim Zein au monde des jeux vidéos. Montpelliérain d'origine, il travaille au service jeunesse de la mairie d'Alès puis enseigne le français aux lycées Jean-Baptiste Dumas et Bellevue. En 2012, alors qu'il a en charge des élèves en situation d'échec, il parvient à remporter avec eux le concours des dix mots organisé par le ministère de l'Education nationale, avec la création d'un DVD avec des textes en slam. Tous sont alors reçus à l'Académie Française. "Grâce à l'outil numérique, on a changé la règle du jeu. Ces jeunes ont découvert un autre monde", se souvient Salim avec fierté. Il fonde alors l'association ECDC (Eduquer Créer Divertir Cultiver).

Le déclic a lieu quelques mois plus tard. "En 2012, j'ai eu 45 ans. Je me suis dit qu'il ne me restait que 20 ans pour accomplir de ce que j'avais envie de faire. La pédagogie me passionnait et mes enfants avaient l'âge des jeux vidéos. J'ai eu une idée. Pourquoi ne pas les détourner pour en faire un objet éducatif? Quand on l'étudie de près, c'est un moyen puissant", ajoute celui qui de définit comme ludosseur, un professeur qui utilise des dispositifs ludiques pour transmettre des savoirs.

Travailler avec des jeux existants

Il tente alors un premier test avec des jeunes et le jeu d'arcades "Little big planet". Via les applications du jeu et son potentiel physique, les adolescents simulent plusieurs expériences qu’il serait très onéreux d’appliquer dans un cadre scolaire ordinaire, comme la manière dont un ballon peut évoluer sur un terrain de skatebord. Le concept remporte le e-virtuoses awards 2013 dans la catégorie « Serious Gaming »

Afin d'aller plus loin, en septembre 2013, Salim suit une formation continue de conception de jeux vidéos à Montpellier et entame une animation avec des écoliers de Molière-sur-Cèze. Cette fois, les bambins simulent avec le jeu "Sim City" la gestion d'une ville imaginaire, avec toutes les contraintes que comportent cette fonction (voir vidéo ci-dessous). Une nouvelle fois, l'atelier fonctionne.

 

L'Arcadémie est en marche...

Fort de son succès, Salim décide de créer un centre numérique mobile. Cette Arcadémie abritera des ateliers d'apprentissage et de création de jeux vidéos qui se déplacera dans le département et bien au-delà. Elle ira à la rencontre des établissements scolaires - dans le cadre des nouveaux rythmes scolaires -, des centres aérés, des maisons pour tous ou encore des hôpitaux. "Nous ne sommes pas un contre-pouvoir aux enseignants, nous sommes une passerelle", précise le quadragénaire.

D'ores et déjà, un projet pilote est en cours dans huit écoles de la région Languedoc-Roussillon, dont trois à Nîmes et Alès. Objectif : créer un jeu vidéo à partir d'un conte qu'il a lui même-écrit. Des élèves de tous âges, de la primaire à la terminale sont mis à contribution. "On travaille toutes les matières avec cet exercice, le français avec le scénario, les arts plastiques avec le dessin, les sciences avec l'ergonomie, les mathématiques avec la programmation et la musique avec le design sonore", affirme l'enseignant.

Un avenir rempli de promesses

Salim Zein a remporté il y a quelques jours le prix Talent des cités et 7000€ offert par la Fondation EDF. Depuis, le téléphone ne cesse de sonner. Alors que germe un projet sur le code de la route avec son équipe de création basée à Montpellier, un collège alésien lui a demandé de concevoir un jeu sur la grande guerre.  En parallèle, il travaille également avec le service pédiatrique du CHU de Nîmes sur une application destinée à aider les enfants à équilibrer leur nourriture.

Si tout va bien, le centre numérique devrait officiellement voir le jour courant 2015. L'appel est lancé.

Etiquette

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité