• Home »
  • Actualités »
  • BAGNOLS Dégustation de vin de goutte et de presse, « pour faire découvrir les coulisses du vin »

BAGNOLS Dégustation de vin de goutte et de presse, « pour faire découvrir les coulisses du vin »

Une dégustation des vins de goutte et de presse était organisée toute la journée d’hier à l’espace Rabelais de Bagnols, animée par la Chartreuse de Valbonne.

Hier après-midi, à l'espace Rabelais (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Hier après-midi, à l'espace Rabelais (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Ces vins de goutte et de presse sont certes déjà des vins, car la fermentation alcoolique est déjà passée par là, mais sont encore très bruts. Pour les vins de goutte, il s’agit du jus de raisin tiré dans la cuve par égouttage, avant de passer dans le pressoir, et après pour le vin de presse.

« Un côté pédagogique »

Des vins qui ne sont pas commercialisés en l’état, et accessibles d’ordinaire uniquement au vigneron. Cette dégustation est donc l’occasion « de faire découvrir les coulisses du vin, montrer par quelles étapes le vin passe, il y a un vrai côté pédagogique », explique Marine Sclear, animatrice de l’Espace Rabelais.

Pour le président de la Compagnie de la Côte du Rhône Gardoise Géry Delbecque, les vins de goutte et de presse permettent de détecter le potentiel du vin : « l’important, c’est que la totalité des éléments soient là, à savoir le sucre, l’acidité et le tanin. Dans ces vins, ils sont présents, mais à des moments différents. »

« Les arômes vont évoluer, de la banane aux agrumes »

De quoi expliquer les saveurs parfois assez déroutantes des ces vins de goutte et de presse, tantôt très tanniques, plus sucrés ou parfois même faisant montre d’un arôme de banane très prononcé. « Il s’agit des arômes primaires, post-fermentaires. Ils vont évoluer, passer de la banane aux agrumes » dixit Géry Delbecque.

Ils sont donc capitaux pour le vigneron, qui surveille ainsi au plus près la vinification, comme l’affirme Géry Delbecque : « on fait des dégustations très régulières. D’une semaine à l’autre, les vins évoluent. On peut assez vite savoir si on aura un grand cru. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Partager