A la uneActualités

NÎMES Le rythme des entrainement aux risques NRBC « monte en puissance » à l’ENP

exercices d'entrainement aux risques NRBC-E à l'Ecole Nationale de Police de Nîmes. (photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
Entrainement aux risques NRBC-E à l’École Nationale de Police de Nîmes. (photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Deux jours d'entrainements aux  risques NRBC-E (Nucléaire, Radiologique, Biologique, Chimique et Explosif) étaient organisés à l’École Nationale de Police de Nîmes. Programmé une fois par an, ce type d'exercice devrait se multiplier dans les années à venir.

190 personnes étaient mobilisées dans la journée du 28 et 29 octobre, provenant des effectifs de la police, gendarmerie, des sapeurs pompiers, de l'EMIAZD (Etat Major Inter-Armée de Zone de Défense) et de divers services. Au planning, des mises en situation de type attentat avec bombe "sale" mettant en évidence la coordination des services. L’École Nationale de Police de Nîmes avait inauguré ce type d'exercice en 2013. "Ces entrainements nous permettent de travailler ensemble sur des crises majeures. Chaque service a un fonctionnement qui lui est propre, le but est de les mettre en synergie" précise le capitaine Marinari.

exercices d'entrainement aux risques NRBC-E à l'Ecole Nationale de Police de Nîmes. (photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
exercices d'entrainement aux risques NRBC-E à l'Ecole Nationale de Police de Nîmes. (photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Si l'actualité internationale de ces dernières semaines a mis au premier plan les risques d'attaques terroristes ou de contamination du virus Ebola, le capitaine Marinari organisateur de cette session d'entrainement se veut rassurant : "C'est un simple cursus d'entrainement prévu depuis plusieurs années" mais précise "On s'entraine une fois par an, mais c'est une thématique qui se met en route pour être plus performant donc on devrait augmenter le rythme et passé à deux entrainements par an d'ici 2015." Une augmentation qui n'est pas prête de s'arrêter puisque selon le capitaine Gounine, chargé de mission auprès du Secrétaire général de la Zone de Sécurité Sud, "Ces opérations vont probablement monter en puissance suite à une décision ministérielle. En 2015, on passe à deux entrainements par an, mais pourquoi pas trois d'ici 2016 ? Voir quatre."

Baptiste Manzinali

Etiquette

Baptiste Manzinali

Diplômé de l'ESJ, passionné d'actualité en général, musique, football, cinéma, jeux vidéo et civilisations anciennes.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité