A la uneActualitésInsolite

LE PORTRAIT DU DIMANCHE Grégory Viguié sur les traces de vos ancêtres

Grégory Viguié, généalogiste. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Grégory Viguié, généalogiste. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Grégory Viguié est curieux. C’est le moins que l’on puisse dire. Dès l’âge de 14 ans, le jeune adolescent se passionne pour l’histoire de sa famille et surtout celle de ses aïeuls disparus depuis des dizaines et centaines d’années. Devant l’intérêt du jeune homme pour l’histoire de ses proches, ses parents l’accompagnent dans les églises et dans les mairies à la recherche de tous les indices, de tous les registres qui permettraient de retracer la vie de ses ancêtres. Et ça marche ! Grégory réussit à remonter jusqu’au XVe siècle du côté de sa mère et au XIVe du côté de son père. Cette passion pour l’histoire ne le quittera jamais.

Aujourd’hui âgé de 39 ans, Grégory n’a rien perdu de sa curiosité. Conducteur de bus à Nîmes, il profite du moindre temps libre pour assouvir sa passion : la généalogie. En 2010, désireux de maîtriser complètement son sujet et voulant officialiser ses années de pratique, il passe et obtient à Nîmes le diplôme universitaire de généalogie et d’histoire de familles. Pendant les six mois que dure l’enseignement, le trentenaire va se spécialiser sur la première guerre mondiale : « J’ai réalisé mon mémoire sur un monument aux morts. Ça m’a donné l’idée de proposer aux communes Gardoises qui le souhaitent un livre qui fait état de la situation du village en 1914 avec une biographie de chacun des poilus dont le nom est inscrit sur le monument aux morts ». L’idée séduit les mairies et plusieurs d’entre elles – Langlade, Poulx, Euzet-les-Bains, Montaren et Saint Médiers, Cabrières – lui commandent un ouvrage.

Mais en plus des municipalités, Grégory propose aussi aux particuliers de retracer leur généalogie ou de raconter l’histoire d’un grand-père ou d’un arrière-grand-père qui aurait combattu pendant la guerre. Les résultats sont parfois surprenants : « Une personne m’a contactée pour que je fasse la biographie de son grand-père dont elle ne connaissait que le nom. Au fil des recherches, je me suis aperçu qu’il avait été oublié sur la liste du monument aux morts de sa commune. J’ai pu le faire reconnaitre comme poilu mort pour la France. De plus, il avait combattu à Verdun. J’ai fait d’autres démarches et ses descendants ont reçu la médaille de Verdun. Ils étaient très émus ». Il faut compter environ 200€ pour l’ensemble des recherches et la biographie de la personne rendue sous forme de livre. « Cette année, c’est le centenaire de la guerre donc j’ai pas mal de demandes. Mais j’ai aussi des jeunes de 20 ans qui veulent offrir un cadeau à leur famille. Ça marche bien aussi pour les noces d’or, les anniversaires ou tout simplement auprès des gens curieux de connaître leur histoire familiale... »

Le 11 novembre prochain à Cabrières, après la cérémonie qui marque l’armistice, Grégory Viguié présentera son livre : « Les poilus de Cabrières mort pour la France » (15€ aux éditions Lacour) avec une séance de dédicaces.

Pour le contacter : gregory.viguie@bbox.fr ou directement sur son site en cliquant ici

Tony Duret

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité