Société

ALÈS L’école de la Royale entame son 4e jour de blocage

Les parents d'élèves mobilisés depuis lundi matin. EL/OG
Les parents d'élèves mobilisés depuis lundi matin. EL/OG

Depuis lundi matin, les parents d'élèves de l'école élémentaire de la Royale sont mobilisés pour le retour de leur ATSEM supprimée à la rentrée. Hier, la mairie a proposé l'ouverture d'une classe l'an prochain. Mais les manifestants revendiquent un besoin immédiat et poursuivent le blocage de l'établissement.

Une ATSEM sur deux a été supprimée en septembre à l’école de la Royale. Les parents et les enseignants l’avaient appris la veille de la rentrée scolaire. “Nous avions alors sollicité par courrier l’adjoint à l’éducation de la mairie d’Alès. Selon lui, il nous fallait au minimum 31 élèves en maternelle pour prétendre conserver le poste, alors que nous n’en avions que 28“, explique Myriam Hamitou, maman d’un garçon de 3 ans.

Cependant, 4 nouveaux élèves se sont inscrits en maternelle depuis septembre. “Nous avons dû créer une classe de 4 niveaux. La maîtresse passe moins de temps avec chacun et ce sont les enfants qui en pâtissent“, précise Nazha Jeghbi, dont le fils a 3 ans et demi. Et à une autre maman d’ajouter : “Il ne nous reste qu’une ATSEM pour toute la maternelle et elle ne peut pas se dédoubler. D'autant que certains élèves sont difficiles et l’un d’entre eux est semi-autiste“.

Devant le refus de la mairie de répondre à leurs demandes, les parents ont décidé le bloquer l'entrée de l'école lundi matin. Après plusieurs rendez-vous, Christian Chambon,  adjoint au maire d'Alès, a finalement proposé hier l'ouverture d'une classe à partir de l'année prochaine afin de séparer les CP et les grandes sections. Des travaux seront nécessaires. "Une bonne chose", selon Myriam Hamitou, "mais c'est maintenant que nous avons besoin de quelqu'un, pas dans sept mois". De son côté, l'hôtel de ville maintient qu'il n'a pas le budget nécessaire aujourd'hui.

Le blocage est donc reconduit ce matin. Les enfants dont les mamans travaillent ont été acceptés en classe mais les parents veillent à ce qu'il n'y ait pas de cours.

Etiquette

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité