A la uneActualitésEconomiePolitique

GARD Conseil général : le budget 2015 validé dans la douleur

Jean Denat a succédé à Damien Alary a la tete du département. Il est aujourd'hui chef de fil PS pour les départementales. Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.
Jean Denat a succédé à Damien Alary a la tete du département. Il est aujourd'hui chef de fil PS pour les départementales. Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.

Ce matin Jean Denat a fait voter à la majorité le budget primitif 2015 dans un contexte politique et social tendu. Le vice-président PCF Jean-Michel Suau s'est abstenu. 

Capture d’écran 2014-12-18 à 17.05.57Un" budget de crise". Tel est le qualificatif de Jean Denat, président du conseil général, qui refuse d'employer le mot "rigueur" pour définir le budget 2015. Ce matin les conseillers généraux ont voté à la majorité - 33 voix pour ; 7 abstentions - dont le vice-président PCF Jean-Michel Suau - et 7 voix contre - le dernier exercice budgétaire de cette mandature avant les départementales de mars. Une mission difficile pour les élus qui font face à une baisse des dotations de l'Etat (moins 13 millions d'euros) et une augmentation des charges sociales, dopées par la précarité galopante et le vieillissement de la population. En acceptant de reprendre le flambeau de Damien Alary, parti à la région, l'ancien maire de Vauvert savait ce qui l'attendait : "les conditions politiques et économiques sont difficiles, mais je n'ai jamais reculé et j'ai toujours pris mes responsabilités". Etre "responsable", l'autre leitmotiv de cette majorité, secouée par les hués de militants CGT et du Front de Gauche qui ont assisté aux débats.

A l'instar de tous les conseillers généraux communistes, Patrick Malavieille, vice-président PCF a brandi une pancarte pour que l'Etat donne des moyens au Gard. Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.
A l'instar de tous les conseillers généraux communistes, Patrick Malavieille, vice-président PCF a brandi une pancarte pour que l'Etat donne des moyens au Gard. Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.

Baisse des indemnités des élus

Pour palier le manque de ressources, des choix difficiles ont été réalisés. Chaque vice-président a raboté sa délégation, comme Bernard Portalès chargé des solidarités qui a demandé aux directeurs des établissements de diminuer de 2 % leur masse salariale. L'aide au développement économique, compétence facultative mais ô combien créatrice d'emplois, a été revue à la baisse : le conseil général alloue désormais 200 000 euros à l'aéroport Nîmes-Garons contre 750 000 en 2014. Afin de "montrer l'exemple", la collectivité réduit aussi sa voilure en baissant de 5% les indemnités des élus et en ne remplaçant pas 60 départs à la retraite en 2015.

Mais dans ces "coupes sombres", des éclaircies demeurent : le taux d'investissement est en augmentation de 3,7% par rapport à 2014. "Si le budget est difficile, il est aussi ambitieux et innovant", soutient la majorité. L'année prochaine, l'aide aux communes rurale s'élève à 14 millions et 9 millions d'euros seront alloués à la ville de Nîmes pour son plan d'action de prévention des inondations. De nouveaux établissements d'accueil pour les personnes âgées verront le jour, de quoi réjouir la présidente de groupe, Geneviève Blanc qui salue "la poursuite des actions à l'égard de plus fragiles". 

Jean Michel Suau sort de la majorité 

Jean-Michel Suau, vice-président PCF du Gard s'est abstenu sur le budget 2015. Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.
Jean-Michel Suau, vice-président PCF du Gard s'est abstenu sur le budget 2015. Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.

Après les écologistes, le groupe communiste a approuvé ce budget : "ne rajoutons pas des difficultés aux difficultés : nous voterons le budget de ce département que nous co-dirigeons depuis des années et avec lequel nous avons mené des politiques en faveur des Gardois", lance Christian Bastid. Face aux nouvelles protestations de l'assistance, le conseiller général assure que cette décision est le fruit "d'intenses réflexions" et qu'elle ne cautionne pas pour autant "la politique d'austérité du gouvernement".

Jean-Michel Suau, vice-président PCF délégué à l'Action sociale, a lui aussi fait part de son opposition à la politique du gouvernement : réforme territoriale, baisse des dotations, ristournes fiscales aux grandes entreprises qui continuent de licencier… Mais pour la première fois depuis son élection, le conseiller général s'est abstenu. "Avec cette posture politique, que je regrette, il se place en dehors de la majorité" affirme Jean Denat qui, en pleine négociation pour les départementales, a décidé de lui retirer ses délégations tout en restant vice-président du conseil général.

Lire aussiCONSEIL GÉNÉRAL Jean Michel Suau ne votera pas le budget 2015

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité