Politique

FUSION DES RÉGIONS « Un sabordage de 3ème classe » pour Jean-Paul Fournier

JP Fournier
Jean-Paul Fournier, sénateur-maire de Nîmes. D.R/C.M

C'est une déception de plus pour le sénateur du Gard Jean-Paul Fournier. Ce mercredi 17 décembre, le maire de Nîmes a suivi en spectateur impuissant le vote de l'Assemblée Nationale pour une France divisée en 13 entités territoriales, validant ainsi la fusion entre la région Midi-Pyrénées et le Languedoc-Roussillon. "Un sabordage de 3ème classe", pour le sénateur Gardois qui exprime son mécontentement dans un courrier adressé à la presse :" Je regrette profondément que le Premier ministre ait engagé la procédure d’urgence sur un projet de loi qui va inscrire nos territoires pour les 50 ans à venir. De l’annonce du premier ministre, en avril, à la décision, seulement 8 mois, sans aucune concertation, se sont écoulés. Pourtant, la précédente réforme territoriale de 2010 avait été le fruit de débats longs et d’un processus qui avait duré plus de 24 mois".

Remonté contre les députés Gardois, Jean-Paul Fournier leur reproche leur :"attitude munichoise" et "d’avoir vendu le Languedoc Roussillon sur l’autel d’une réforme qui ne fera aucune économie et qui devrait même engager des coûts supplémentaires au début de son application". Avant de conclure :" Sur toute la ligne, le processus a été raté. Le gouvernement n’est plus audible sur la question des territoires. La suppression, puis le maintien, des départements en est la preuve la plus flagrante. Désormais, le Parlement va se pencher sur les compétences de chaque échelon, étape qui aurait du être, à mon sens, la mère de toutes les batailles. Politiquement, les élections départementales seront un moyen concret de sanctionner le gouvernement et son incompétence".

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

3 réactions sur “FUSION DES RÉGIONS « Un sabordage de 3ème classe » pour Jean-Paul Fournier”

  1. C’est vrai que, si la droite gagne ces prochaines élections, il sera plus facile, pour un gouvernement de gauche, de supprimer les départements.

    C’est vrai aussi que ce gouvernement a pris la réforme à l’envers. Il aurait fallu commencé par diminuer drastiquement le nombre de communes. De nombreux pays d’Europe l’ont fait depuis longtemps (Nbre de communes divisé par 10 en Suéde !).
    Pour mémoire 36.767 communes en France dont 86% ont moins de 2000 habitants (il y a même une commune avec 1 habitant… la campagne électorale doit être dure lors de l’élection du maire!).
    C’est là que se trouve le plus grand gisement d’économie, de simplification et d’efficacité dont on nous rebat les oreilles mais sans réelle volonté de mise en oeuvre.
    Exemple pour les prochaines cantonnales : le nombre de cantons est divisé par deux (bravo)… mais il y aura deux élus par canton (cherchez l’erreur) !

    Les politiques sont prêts à toutes les réformes… du moment que l’on ne touche pas à leur nombre. C’est ainsi que les communautés de communes permettent, avant toutes choses, de créer des postes plus ou moins lucratifs pour nos élus.
    A l’usage, les économies d’échelle sont largement rognées par l’augmentation de la masse salariale que ces « regroupements » permettent.

  2. La meilleure façon de condamner la politique gouvernementale est de voter FN/RBM aux prochaines élections. Rappelons que l’UMP est en grande partie responsable de la situation dans laquelle se trouve notre Nation. Il y a tout juste 2 ans 1/2 Sarkoazy al qatari était encore aux affaires…avec le résultat que l’on sait sur l’immigration, le chômage, la dette.
    L’UMP est favorable aux super-régions. Elle s’inscrit en cela dans le processus « Munichois » dénoncé par Fournier.

  3. La France crève de ce que nos politiCIENS de droite ne savent que critiquer la gauche au pouvoir et inversement.
    La POLITIQUE c’est le bien commun,l’intérêt général et la critique constructive.
    Le FN grand donneur de leçons ne fait pas mieux en critiquant systématiquement la droite et la gauche et en ne proposant que de la démagogie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité