A la uneEconomie

RÉGION TER à 1€ : l’envers du décor

Le lancement du train à 1€ ce matin à Montpellier. DR
Le lancement du train à 1€ ce matin à Montpellier. DR

C'est l'information de ce lundi 5 janvier en Languedoc-Roussillon. Le TER à 1€ est généralisé dans toute la région, après plusieurs années de test. Objectif : améliorer l'accès au train et augmenter sa fréquentation. Mais derrière l'effet d'annonce, les conditions d'obtention de ces billets sont draconiennes.

De l'aveu même du conseil régional, 460 000 billets à 1 € seront délivrés en 2015, sur 8,4 millions de voyages vendus par an. Bilan : seuls 5% coûteront 1€. De fait, la vente sera proposée uniquement grâce à un site Internet dédié : train1euro.fr, et le nombre de places sera limité selon les trains et la densité des voyageurs. Le train "pour tous" exclue donc les travailleurs et les étudiants qui empruntent le train aux horaires de pointe, généralement le matin et le soir.

Pourtant, les cinq lignes déjà concernées par le train à 1 € étaient ouvertes aux distributeurs régionaux et aux guichets. Et elles le resteront. Pour des raisons probablement techniques et pratiques. La Région n'aurait-elle pas eu les moyens de ses ambitions? A-t-elle dû se résigner à un projet a minima? L'institution se défend en rappelant qu'il s'agit d"'un pas de plus dans l’expérimentation du Train à 1 €", et qu'à l’automne 2015, "des abonnements seront mis en place (Via et Kartatoo) et utilisés tous les jours par 13 000 personnes pour rejoindre leur lieu de travail ou d'études".

Par ailleurs, Europe Ecologie Les Verts Languedoc Roussillon le rappellent : "Le bilan du Languedoc-Roussillon, c’est 23 000 voyageurs transportés par TER chaque jour. Celui de la Région Alsace (1,8 M d’habitants), c’est 77 000 voyageurs par jour. Ce ne sont pas les 1 300 places vendues quotidiennement à un euro qui combleront cet écart abyssal". Et de réclamer : "Il faut ouvrir de nouvelles lignes. Trois millions d'€ suffiraient pour en ouvrir trois de plus entre Nîmes et Marseille".

 

Etiquette

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “RÉGION TER à 1€ : l’envers du décor”

  1. Plutôt que de gaspiller un fric fou pour gagner un quart d’heure sur le TGV autant mettre un peu d’argent au service du maximum d’usagers des TER. Faut tenir ses promesses au moins de temps en temps et ne pas gruger les citoyens notamment les plus modestes. Chiche!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité