A la uneActualitésPolitique

GARD Départementales : les communistes refusent de s’unir avec le PS

Vincent Bouget, secrétaire départemental du PCF dans le Gard. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Vincent Bouget, secrétaire départemental du PCF dans le Gard. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Jusqu'au 25 janvier les militants PCF du Gard désignent leurs candidats avec comme ligne politique : l'indépendance vis-à-vis du Parti Socialiste. 

Son téléphone n'arrête pas de sonner. Assis sur un fauteuil usé de la Grande Bourse, lieu de tous les rendez-vous, le secrétaire départemental PCF Vincent Bouget scrute attentivement ses messages et enchaine les coups de fil. En préparation pour les élections départementales (ex-cantonales, NDLR), les militants sont sur le point de désigner canton par canton leurs candidats. Cette fois, le scrutin est inédit : les électeurs des 23 cantons du Gard sont appelés les 22 et 29 mars à élire - dans chaque territoire - un homme et une femme pour siéger au conseil général. Une collectivité chargée notamment de la politique sociale (RSA, APA, construction de maison de retraite...) mais aussi des routes et des collèges.

Accointances avec les écologistes 

Après l'épisode tumultueux du vote du budget, les militants et élus PCF ont défini lors de leur conseil départemental du 11 décembre un cadre politique clair : pas d'union avec les socialistes. Homme de convictions, Vincent Bouget se veut cohérent dans ses positions : "Nous voulons proposer l'alternative la plus large possible contre l'austérité du gouvernement. Regardez ce qu'il se passe au conseil général avec la baisse des dotations et la diminution des subventions aux associations d'insertion (…) Nous ne pouvons pas nous allier avec le Parti Socialiste qui, dans le Gard soutient cette politique".

Les communistes ont donc trouvé d'autres partenaires, comme les écologistes opposés à la politique économique de François Hollande. "Ils sont sortis du gouvernement et leurs députés à l'Assemblée s'abstiennent sur certains projets de loi", poursuit le secrétaire départemental. Ce nouveau mariage concerne a priori un tiers des cantons du Gard comme le canton d'Alès 1 où le sortant PCF Jean-Michel Suau devrait se présenter avec Geneviève Blanc, conseillère générale sortante EELV.

 Appel du pied du PS 

Le PCF demande à Jean Denat de redonner sa délégation à Jean-Michel Suau. Le vice-président PCF du conseil général a été le seul communiste à s'abstenir sur le budget 2015. Dés lors, Jean Denat a décidé de lui retirer sa délégation "Action sociale".  Le Parti et les élus ont demandé au président du conseil général Jean Denat qu'il retrouve sa délégation Photo © L.F.
Le PCF demande à Jean Denat de redonner sa délégation à Jean-Michel Suau. Le vice-président PCF du conseil général a été le seul communiste à s'abstenir sur le budget 2015. Dés lors, Jean Denat a décidé de lui retirer sa délégation "Action sociale". Le Parti et les élus ont demandé au président du conseil général qu'il retrouve sa délégation. Photo © L.F.

Si la fédération est résignée vis-à-vis du PS gardois, Jean Denat, lui, ne perd pas espoir : le 17 décembre le président du conseil général et chef de file socialiste pour les départementales a fait adopter en conseil fédéral une liste de cantons réservés aux "partenaires". C'est notamment le cas du territoire de Jean-Michel Suau. "Moi je ne leur ai rien demandé et il n'y a pas eu d'accord départemental", rétorque Vincent Bouget. Côté socialiste, un cadre du parti nous confie que la porte est ouverte pour Jean-Michel Suau mais que si il ne la franchit pas, un autre candidat soutenu par la "majorité départementale" pourrait être investi.

Dans sa liste Jean Denat a réservé d'autres territoires aux communistes comme Nîmes 3 où Christian Bastid est le sortant. Selon nos informations, le Nîmois devrait se présenter avec Amal Couvreur. L'ancienne colistière de la liste PS aux municipales nîmoises est aussi une proche de la députée PS Françoise Dumas. "C'est vrai mais, dans ses prises de position elle semble plus proche de nous que du PS dont elle n'est pas membre et, si elle est élue, elle siègera avec nous", avance Vincent Bouget. Le duo qui semble bien arranger tout le monde convaincra-t-il les militants du PCF ?

Les exceptions Front National 

La ligne politique du PCF comporte toutefois quelques exceptions : "dans les territoires où le risque FN est important, nous ne savons pas encore si nous allons présenter un candidat". Les trois cantons ciblés par les communistes sont Roquemaure, Saint-Gilles et Beaucaire. Le parti s'interroge particulièrement sur Beaucaire, canton du président du groupe PS du conseil général Juan Martinez qui "nous ignore". Vincent Bouget se défend de vouloir "embêter" ou menacer le socialiste et plaide : "Face au FN, le PS qui soutient la politique du gouvernement ne peut pas être la seule perspective du renouvellement".

Que faire en cas de victoire de la gauche ? 

Reste une interrogation : en cas de victoire de la gauche aux départementales - qui ne tiendra qu'à quelques voix - le PCF sera-t-il encore capable de gouverner avec les socialistes ? Face à ce dilemme Vincent Bouget, revigoré par la popularité du parti de gauche anti-austérité Syriza en Grèce, rétorque : "il se peut aussi qu'il y ait une majorité Front de Gauche - EELV". Seul l'avenir nous le dira…

Lire aussi : GARD Le PS valide une première liste pour les départementales

NÎMES Départementales : Jean-Paul Boré et Marine El Fakir Mornet désignés par TPNA

GARD Départementales : le PS passe la vitesse supérieure

NÎMES Départementales : la droite dévoile ses premiers candidats

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

10 réactions sur “GARD Départementales : les communistes refusent de s’unir avec le PS”

  1. Bravo, on dirait à les entendre qu’ils font encore 25%. Pauvres communistes qui ne se remettent pas en question,restent sclérosés. Ils enclenchent la machine à perdre et resteront sur le quai à regarder passer le train.

  2. Mouais …

    Le canton de suau pourrait être gagné par le FN si la gauche ne s’unit pas. Mais en sont-ils conscients? Regardez les scores du FN la dernière fois et rajoutez-y 10 à 15% de plus… Vous avez un FN à 40% au premier tour… et la gauche veut présenter une demie-douzaine de candidats… Sont fous!

  3. La question est pourquoi se faire élire? A entendre les politiciens socialistes et leurs soutiens ce serait principalement pour faire barrage à la droite. Tu parles d’un programme incitatif. Il faut que la gauche redevienne crédible en portant un programme concret de gauche c’est dire avec des mesures progressistes et sociales …et pas du bla bla désormais inaudibles. Les électeurs ne sont pas des éternels gogos. Quant à savoir si la droite et le FN c’est bien : non ce serait même pire avec la droite et l’aventure dangereuse avec le FN.
    mais on ne peut inciter les citoyens à voter à gauche que sur la peur de la droite et du FN. Cela ne marche plus.

  4. Eh bien tant pis! Quand le département sera passé Front National, vous ne viendrez pas vous plaindre de la politique mise en place, il sera alors trop tard

  5. Une « liste » PCF-EELV : quelle mascarade politicienne !
    Nous attendons le débat sur le nucléaire ,la République,..
    Enfin,pourquoi mettre en danger une politique menée par la gauche
    unie pendant 6 ans pour compter quelques voix..

  6. C’est quoi ce titre ?
    Pourquoi pas : « GARD Départementales : les socialistes refusent de s’unir avec le PC » …. ?
    Ce n’est plus supportable de voir les élus locaux se solidariser d’une politique d’austérité telle que la mène le gouvernement.
    Et puis, quel programme pour le Gard ???????????

  7. Le PC devrait créer un PODEMOS ou SYRIZA une sorte de mouvement coopératif populaire alternative à l’UMPS et au FN. Pour cela, il faudrait que le reliquat de gauche du PS et les Verts aceptent de les rejoindre mais ils sont tous trop accros à leurs mandats pour le faire. Ce faisant, ils les perdront quand même!

  8. Indécrottables adeptes du vote révolutionnaire, les cocos visiblement toujours staliniens préfèrent se faire les alliés objectifs de la droite plutôt de continuer à gérer le département avec ces affreux sociaux traitres! (ceux qu’ils ont fait sans vergogne jusqu’à maintenant). Quand la droite fera une vraie politique de droite et que les gardois en souffriront les conséquences, la supposée vraie gauche, phormolisée et sentant la naphtaline s’enorgueillira d’avoir sauvé la pureté de la gauche. Leur jeune secrétaire fédéral dans le Gard tient un discours communiste digne des années 50. Il ne lui manque plus qu’un tee-shirt « Je suis Joseph » (Staline il s’entend). Et tant pis pour l’Union de la Gauche et tant pis aussi pour la classe ouvrière.J’espère juste que les prochaines départementales seront l’occasion d’en finir avec cette relique du siècle passé et qu’il n’y aura plus de conseillers généraux PCF. A bas Staline! et vive Jaurès!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité