Culture

EN IMAGES Au salon de la biographie, les auteurs n’attendent plus que vous

Marc Lavoine en dédicace. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Marc Lavoine en dédicace. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Co-présidé par Dominique Bona et Gonzague Saint Bris, le salon de la biographie a ouvert ses portes au Carré d'Art à Nîmes. Depuis vendredi et jusqu'à demain soir, de nombreux auteurs - plus ou moins connus - dédicacent leur(s) ouvrage(s) aux nombreux curieux qui ont fait le déplacement. Celui qui a incontestablement attiré le plus de monde reste Marc Lavoine, avec son livre "L'homme qui ment" qui a enchaîné les dédicaces toute la matinée de samedi.

Philippe Besson. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Philippe Besson. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Allez savoir pourquoi, Philippe Besson, qui présente "Vivre vite", une biographie de James Dean, était bien seul derrière son emplacement.

salon de la biographie. Tony Duret / Objectif Gard
salon de la biographie. Tony Duret / Objectif Gard

D'autres auteurs comme Véronique Genest ou Boris Cyrulnik n'étaient pas encore arrivés ce samedi matin. Ce qui n'a pas empêché quelques visiteurs de s'intéresser à l'oeuvre de Cyrulnik et notamment son livre "Les âmes blessées".

 

 

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

2 réactions sur “EN IMAGES Au salon de la biographie, les auteurs n’attendent plus que vous”

  1. Énormément de monde cette année, Philippe Besson a eu son lot d’admiratrices en fin d’après midi où un débat improvisé a eu lieu entre des fans de James Dean et des lectrices de l’auteur sur des révélations faites sur l’icône du cinéma, basées sur le caractère du personnage et son côté de « Brule la vie » et de l’urgence que le comédien avait concernant ses envies de « Bad boy » gâté…Vérité et écriture dans un livre plutôt bien écrit et surprenant par la jeunesse de sa face inédite !

  2. Un psy intéressant, ce Boris Cyrulnick !
    La personne semble bien représenter ce qui existe de mieux en psychiatrie à l’heure actuelle. Il est grand temps que sa profession toute entière se ressaisisse et que tous ses membres emboite le pas de ce psy : il y a encore trop de morts et de malheurs suite à ses traitements classiques.
       Elle doit absolument faire son propre ménage, ou bien faut-il l’obliger légalement à le faire, donc poursuivre en justice et faire condamner juridiquement ses praticiens dangereux.
        Ainsi « Le Quotidien du Médecin » a récemment publié le résultat d’une étude alarmante sur le taux de mortalité en psychiatrie. Elle a été réalisée par la Fédération régionale de recherche en psychiatrie et santé mentale du Nord-Pas-de-Calais, comparant les causes de décès de plus de 4000 patients psychiatriques avec ceux de la population générale.
         Utilisant les certificats de décès de l’INSERM, l’étude rapporte que le taux de mortalité en population psychiatrique est 3 à 4 fois plus élevé qu’en population générale, et peut même être jusqu’à 20 fois supérieur chez les sujets entre 35 et 54 ans.
    Sur la période étudiée étalée sur 5 ans, 473 patients sont décédés, soit un taux de 10,7%.    
        Dans la moitié des cas les décès sont survenus non pas à cause des soi-disant pathologies psychiatriques, mais suite à des problèmes cardiovasculaires et pulmonaires. Le taux de suicide y est 20 fois plus fréquent qu’en population générale, et les décès d’origine accidentelle sont quant à eux 10 fois plus fréquents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité