Politique

DÉPARTEMENTALES Bagnols : exclu, Pissas estime que « le PS se tire une balle dans le pied »

ALexandre Pissas et Jean Denat, lors de la cérémonie de voeux à Tresques (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
ALexandre Pissas et Jean Denat, lors de la cérémonie de voeux à Tresques (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le conseiller général sortant du canton de Bagnols Alexandre Pissas a donc été exclu du PS lors du bureau national du parti la semaine dernière.

Sans surprise, il paye le maintien de sa candidature aux élections départementales alors que le PS a investi le binôme Jean-Yves Chapelet - Emmanuelle Crépieux face à lui.

« C’est bizarre »

Une décision qu’il a « appris dans la presse (chez nos confrères du Midi Libre, ndlr). Je n’ai eu ni coup de téléphone, ni lettre. » Et l’élu de regretter que « si tel est le cas, après plus de 20 ans d’appartenance, de militantisme et de convictions profondes, c’est bizarre. »

Pour Alexandre Pissas, « le PS se tire une balle dans le pied. Ça se passait comme ça au temps de Staline. »

Pour autant, le conseiller général sortant assure que s’il est réélu, il siègera « avec la majorité. Et Sylvie Nicolle (son binôme, classée divers droite, ndlr) aussi, on a signé une lettre d’engagement. »

Enfin, et c’est un détail qui a son importance, la mention « avec Jean Denat » figurera sur les tracts qui seront distribués début mars.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

4 réactions sur “DÉPARTEMENTALES Bagnols : exclu, Pissas estime que « le PS se tire une balle dans le pied »”

  1. c’est vraiment bizarre de se voir exclu après 20 ans de service ce qui l’est encore d’avantage c’est que l’exclu garde la mention avec, quelle leçon pour ceux qui l’ont exclu, ils devraient avoir honte, mais que nenni ils gardent le sourire (ironique à souhait), mais le « Re-Gard » est fuyant voire gêné, sentiraient ils déjà la brûlure de la balle à leurs arpions

  2. Monsieur Pissas, que diable allez-vous conserver la mention « avec Jean Denat » ! Je comprends, vous êtes socialiste et n’avez pas envie de vous renier mais vouloir siéger avec la majorité départementale en cas de victoire, ce serait avoir la mémoire courte et ça vous faire perdre des électeurs… Finalement Rey et Pissas ce serait bonnet blanc et blanc bonnet ?
    Quant à l’attitude de Denat, c’est pas jojo : il n’a pas défendu l’investiture de Pissas ou en tout cas pas su l’obtenir et il autorise les mentions « avec Jean Denat » pour les deux candidats !!! S’ils perdent le canton, j’espère que monsieur Denat se souviendra que lorsqu’on commande, on doit savoir s’imposer et prendre des décisions fermes plutôt que d’essayer de ménager la chèvre et le chou…

  3. On a le droit d’en rire même si la guerre des Roses à Bagnols sur Cèze est surtout une guerre des rosses. Je suis personnellement outrée, en tant que militante socialiste de voir mon parti exclure des militants motivés (dont mon binôme qui pourtant n’appartient plus au PS depuis plusieurs mois) et le sortant par voie de presse. De plus, le binôme officiellement investi par le bureau national du PS et cornaqué par le maire de Bagnols n’a aucune légitimité, les deux candidats ne s’étant pas inscrits dans les délais impartis par le PS lui-même. En réalité, à Bagnols, il n’y a qu’un binôme de gauche, celui que je forme avec Mourad Abadli « Union pour une alternative à l’Austérité, pour le Gard, l’humain d’abord! ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité