A la uneActualitésPolitique

DÉPARTEMENTALES La droite et l’extrême droite s’attaquent au bastion communiste de Rousson

Daniel Ranc et Niza Girardi, candidats FN sur le canton de Rousson. Photo Elodie Boschet/Objectif Gard
Daniel Ranc et Niza Girardi, candidats FN sur le canton de Rousson. Photo Elodie Boschet/Objectif Gard

Qui pourra battre Jacky Valy  sur le canton de Rousson ? Et surtout comment ? Le conseiller général communiste est en poste depuis 42 ans. Cette fois, comme au loto, deux binômes vont tenter leur chance : Jean-Pierre de Faria - Nathalie Blandina pour Divers Droite et Daniel Ranc – Niza Girardi pour le FN.

Jacky Valy repart au combat et ce n’est pas forcément une bonne nouvelle pour les autres candidats. Dans ce canton de Rousson - qui en cas de nouvelle victoire de l’élu communiste pourrait être rebaptisé le canton de Valy -, il va falloir des adversaires de taille pour détrôner l’homme de son fauteuil. Et ce sont pourtant des noms peu connus - hormis Jean-Pierre De Faria, vice président de la chambre de commerce et d'industrie Alès-Cévennes et maire de Saint-Ambroix -, qui ont accepté de relever le défi.

Un tandem atypique formé de différentes couleurs politiques

Jean-Pierre De Faria, élu divers droite, et Nathalie Blandina, psychologue Roussonnaise de sensibilité plutôt socialiste, ne forment qu'un. L'alliance a plutôt tendance à surprendre. D'autant qu'ils ont pour remplaçants l'ancien maire divers gauche de Gagnières, Olivier Martin, qui est aussi président de la communauté de communes Cèze-Cévennes, et Lorraine Jullian-Sicard, élue d'opposition divers droite à Saint-Julien-les-Rosiers. Le quatuor est pleinement assumé par l'édile Saint-Ambroisien : "Ce qui nous unit, c'est notre ambition commune d'aller vers une nouvelle société. Nous ne nous sommes pas souciés de nos appartenances politiques. L'essentiel, ce sont nos points de convergence".

Jean-Pierre De Faria et Nathalie Blandina, candidats divers droite.
Jean-Pierre De Faria et Nathalie Blandina, candidats divers droite.

Leur priorité pour le canton : l'aménagement du territoire et la mobilité. "Nous devons améliorer la circulation entre les différentes communes ainsi que les services de transport en commun. Le flux migratoire entre Alès et nos villages est important", souligne le candidat, juste avant d'enchaîner sur la lutte contre le chômage, autre axe majeur de son programme. "Notre secteur est l'un des principaux pourvoyeurs d'emplois mais rien est organisé pour aider les jeunes. Il faut recenser les besoins des entreprises locales avec la mise en place d'un guichet unique". Enfin, le binôme souhaite maintenir et développer les aides aux communes et aux plus démunis. Pour décrocher la victoire, ils comptent sur la volonté des citoyens "d'essayer autre chose que les politiques menées depuis 40 ans".

"Les gens sont prêts à essayer le FN"

Les candidats du front national croient aussi à ce désir de changement. Niza Girardi, artiste lyrique, habite Rousson depuis 14 ans. Daniel Ranc, technicien de maintenance à la retraite et candidat sur la liste de Nathalie Challier aux municipales d'Alès, vit dans la capitale cévenole depuis quatre ans. Leur motivation ? "Contribuer à améliorer les conditions de vie des citoyens". Concrètement, leur projet pour le territoire tient en quelques mots. "Nous voulons une gestion plus stricte et honnête du budget. Nous ne sommes pas des boulimiques de projets pharaoniques, nous préférons réinvestir ces sommes en direction des publics défavorisés, des oubliés de la République, des chercheurs d'emplois", explique Niza Girardi. L'attachement fort des habitants du canton pour le parti communiste ne les effraient pas. "Il y a un moment où il faut changer. Désormais, les gens sont prêts à essayer le FN". Réponse dans moins d'un mois.

Lire aussi :

DÉPARTEMENTALES Jacky Valy, ce communiste qui ne renonce jamais

Elodie Boschet

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Vous aimeriez aussi

13 réactions sur “DÉPARTEMENTALES La droite et l’extrême droite s’attaquent au bastion communiste de Rousson”

    1. Ben oui,Mr Jacob a ouvert les yeux comme beaucoup à la CGT,puisque seul le FN defend et represente le mieux les ouvriers qui comme moi sont des déçus du syndicalisme de façade.Lepaon a fait la roue,le FN prends le guidon!

  1. Ce canton n’est pas un bastion communiste par hasard. Les électeurs y ont sans doute trouvé leur intérêt jusqu’alors. Que la droite cherche à s’en emparer est compréhensible mais il faut toujours garder un peu d’humilité quand on n’a encore aucun bilan. Et pour cause, les électeurs de Rousson n’ont jamais choisi la droite. Quant à l’autre liste formée de candidats rose/bleu, on est en droit de s’étonner de l’étrange attelage où l’idéologie est à géométrie variable. Finalement, si l’on comprend bien, le socialisme des uns est soluble dans le droitisme des autres. Amusant concept qui rappelle le mariage de la carpe et du lapin.

  2. Ah!!!, les candidats FN! Pourquoi faut-il qu’ils ressemblent tous à des téléspectateurs fidèles du JT de Jean-Pierre Pernaud? Ca sent la France moisie façon Maréchal nous voilà.

    Et puis non aussi aux valysme-chauletisme héréditaire! Ca va, il a assez cotisé!

    Bref, ni fachos, ni cocos!

  3. La liste De Faria/Blandina est apolitique, et non pas divers droites comme il est mentionné dans cet article. C’est rafraîchissant de voir des gens qui dépassent les clivages politiques pour défendre un programme et non pas une étiquette !
    La France a besoin de changement dans sa construction politique, il est rageant de voir que la plupart des gens ne voient que des cases : « toi tu es à droite, toi tu es à gauche, et si tu n’es pas avec moi, tu es forcément contre moi ». C’est une idéologie dépassée. Toujours tout mettre en dualité, ça ne fait pas avancer les choses. Réfléchir ensemble à l’avenir, autour d’idées communes est largement plus intéressant.
    Au moins, ce binôme a l’air d’avoir un vrai projet (contrairement à Valy, qui ne propose rien à part « faire gagner les communistes, s’opposer au gouvernement et à la droite », ce qui au final ne veut strictement rien dire et accentue encore les clivages, et le FN, c’est quasiment la même chose (remplacer « s’opposer à la droite » par « s’opposer aux vilains gauchistes »).

    1. @Georgesv : Ai-je dis que De Faria est apolitique? C’est sa liste qui l’est, car il y a des gens de diverses sensibilités (de droite comme de gauche), et il ne se présente sous aucune bannière pour cette élection que je sache. C’est cela qui est intéressant et qui change un peu de la plupart des élections habituelles. Marchera, marchera pas, au moins l’idée est là.

      @Saint-Patrick : Haha, il faudrait qu’un peu plus de monde arrive à dépasser les partis, marre des clivages !

    1. Où voyez-vous une alliance « UMPS »? Avez-vous seulement lu leur programme?
      On fait dire un peu ce qu’on veut au « label » UMPS, ça ne signifie strictement rien. Encore moins sur cet article, étant donné qu’aucun des candidats de la liste diverse (De Faria/Blandina) n’est encarté à aucun parti. La seule chose que je vois, ce sont des gens de la vie active qui s’impliquent pour leur territoire, et non pas des politiciens (contrairement à leurs adversaires, dont un en particulier qui a fait de la politique une carrière, et son père avant lui…).
      Ça me tue les gens qui essaient de politiser à tout-va des élections locales… Sur des municipales ou des départementales, qui vont fortement impacter mon quotidien, personnellement je regarde plus le parcours des candidats et ce qu’ils proposent que leur parti politique (à quelques exceptions près).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité