Politique

RÉACTION Laurent Burgoa « Oncle Picsou du Pont-du-Gard » pour Catherine Bernié-Boissard

Vue panoramique du Pont-du-Gard.
Vue panoramique du Pont-du-Gard.

 

Après nos révélations exclusives ce dimanche concernant le projet de privatisation du Pont du Gard dans les cartons du Bon Sens Gardois, les réactions ne se sont pas fait attendre.

C'est Catherine Bernié-Boissard, conseillère municipale à l'Agglo et à la mairie de Nîmes qui dégaine la première : "Trente ans après son inscription au Patrimoine mondial de l’humanité, le Pont du Gard est menacé de privatisation par M. Burgoa. Le département a justement créé en 2003 un Etablissement public de gestion de ce monument unique au monde, qui en fait l’égal de celui du Grand Louvre et du Château de Versailles. Pour une illusoire question de gros sous, le candidat de droite veut livrer le patrimoine gardois à Culture espaces, comme il l’a fait pour les monuments romains de Nîmes. Or cette délégation au privé est à l’origine du retard de l’inscription de Nîmes à l’UNESCO. Le bon sens commande de ne pas prendre cette mauvaise direction."

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Vous aimeriez aussi

8 réactions sur “RÉACTION Laurent Burgoa « Oncle Picsou du Pont-du-Gard » pour Catherine Bernié-Boissard”

  1. Catherine Bernié-Boissard pointe avec justesse les errements de la droite Gardoise en matiére de culture.
    Tout n’est pas affaire de gros sous monsieur Burgoa, d’autant plus lorsque qu’il s’agit de notre patrimoine,
    Il s’agit, excusez du peu, de notre histoire. Que vos amis de l’industrie culturo-financiére ne s’y trompent pas…nous avons une certaine conception de la transmission de notre identité.
    Avec nous il faudra la respecter !
    Th.J candidat départementales Nimes 3

    1. L’avenir du site du pont du Gard est un sujet trop sérieux pour ne servir que de thème, en période électorale, aux partis politiques de gauche comme de droite. Au sein du conseil d’administration de l’EPCC dont je faisais partie en tant que personnalité qualifiée –avant d’en démissionner en 2010 -, tous les élus sans exception, ont contribué à la politique du « tous copains, pas d’histoire ». Ils sont tous responsables de la situation actuelle du site, ils ont tous voté sans scrupule, sans consultation et sans information des mesures aussi navrantes et injustifiées que l’accès payant au site pour les piétons ou que la demande de déclassement de la portion de route qui longe le monument. Dans les faits, ils font fonctionner depuis 15 ans, le site comme une structure privée à la charge des contribuables gardois et ce, sans engager leur propre responsabilité.
      Le devenir du site du pont du Gard s’inscrit dans la volonté politique de la prochaine assemblée départementale. Si elle décide d’en faire un site culturel plutôt qu’un pôle d’attractions, si elle en réduit la voilure, si elle procède à une réaffectation de certaines installations et si, bien entendu, elle accompagne ces mesures d’un nouveau statut pour le personnel, l’EPCC pourra continuer sans dégâts et sans avoir recours à la privatisation. Nous le souhaitons, qui vivra verra …
      Claude Larnac

  2. Bonjour,
    Une des rares ville en France qui n’a aucune volonté de développer le tourisme local, c’est bien Nîmes. C’est pour cela qu’elle est, et restera dans l’ombre d’autres villes plus active dans le Tourisme (Arles, Avignon, Aix, etc…). Nîmes bénéficie depuis 15 ans des flux touristiques générés par le Pont du Gard, qui s’efforce de faire venir les touristes de nombreux pays, et les résultats sont là. Appliquer le modèle nîmois au Pont du Gard serait une catastrophe et l’anéantissement du tourisme dans le Gard. Les professionnels du tourisme gardois et Nîmois ne sont pas dupes, Nîmes est à côté de la plaque en matière de tourisme et les hôteliers, restaurateurs et autres commerçants vont continuer à mourir à petit feu, vu que personne ne se décident et se bougent pour faire venir davantage de touristes.

  3. La droite privatisera jusqu’aux vespasiennes publiques. C’est plus fort qu’eux. Zut! Il parait que c’est déjà fait! On ne peut plus pisser gratuitement sur Nîmes. Du coup, les SDF et parfois les touristes se soulagent où ils peuvent.

  4. Avec une droite aussi stupide que la droite nîmoise à la tête du gouvernement on verrait rapidement privatiser la tour Eiffel, l’Arc de Triomphe de l’Etoile et, pourquoi pas, Notre Dame de Paris. Quelle honte d’être aussi bête ! Ce n’est pas Burgoa – Picsou, mais c’est la municipalité de Nîmes – les Rapetous (pour ceux qui connaissent la BD de Donald, ce sont de dangereux voleurs qui cherchent en permanence à délester Picsou de son or).

  5. Il y a bien longtemps que le Conseil Général a privatisé le Pont du Gard avec une politique tarifaire débile qui pompe l’argent des touristes à son seul profit au lieu d’en faire un tremplin pour l’économie locale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité