A la unePolitique

DÉPARTEMENTALES A Nîmes, l’union de la droite (UMP-UDI-Modem) a payé

Ce soir, au QG de campagne du Bons Sans Gardois.
Ce soir, au QG de campagne du Bons Sans Gardois. Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard

Les candidats du Bon Sens Gardois (UMP-UDI-MoDem) fera face au FN au second tour. Dans le canton de Nîmes 2, une triangulaire inattendue vient ternir les ambitions du binôme Taulelle/Da Costa. 

C'est vers 20h30 que les deux leaders de la droite gardoise, l'UMP Laurent Burgoa et l'UDI Thierry Procida ont foulé le parvis de leur permanence, avenue Jean-Jaurès. Leur sourire traduit, sans grande difficulté, les importants scores du Bon Sen Gardois dans trois cantons de la capitale gardoise : Nîmes 1,  Nîmes 3 et  Nîmes 4. "On peut se satisfaire des résultats sur Nîmes, avec une montée du Front National que nous attendions", lance le sénateur-maire de Nîmes et patron de l'UMP gardoise Jean-Paul Fournier. Laurent Burgoa et Thierry Procida, saluent de nouveau cette "union qui a permis à la droite d'être en tête ce soir, devant la gauche".

Laurent Burgoa, leader de la droite gardoise pour les départementales réagit à chaud. Demain, la formation politique donnera une conférence de presse afin de dévoiler sa stratégie pour le second tour. Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.
Laurent Burgoa, leader de la droite gardoise pour les départementales réagit à chaud. Demain, la formation politique donnera une conférence de presse afin de dévoiler sa stratégie pour le second tour. Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.

La gauche appelle à battre le Front National

Sur Nîmes 1 et 3, fiefs des leaders du Bon Sens Gardois, Laurent Burgoa appelle au Front Républicain : "J'aurais fait la même chose si la situation avait été inversée". Idem pour l'UMP Richard Tibérino sur Nîmes 4 qui profite de la division de la gauche (Fayet et Boré, NDLR), mais reste devancé de 14 voix par le Front National. "Nous avons eu un fort taux de participation. Je suis heureux d'être en tête, dans les quartiers de Pissevin et Valdegour. La montée du FN à Saint-Césaire reste pour moi un mystère... J'espère que les candidats de gauche vont voter pour moi".

Si le Front républicain n'est pas clairement évoqué par les communiste, le secrétaire départemental du PCF Vincent Bourget assure qu'il appellera "à faire barrage au FN", et se dit par ailleurs "satisfait" des résultats de ses candidats "en progression par rapport aux dernières cantonales et municipales (...) preuve qu'une alternative à gauche est en train de se créer". Plus tard dans la soirée, Jean Denat a prononcé le même discours : "il faut faire la route au Front National. C'est simple, clair et net".

Le patron de l'UDI du Gard Yvan Lachaud a appelé à ne pas crier victoire trop vite et à se mobiliser avec force pour le second tour, dimanche prochain. Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.
Le patron de l'UDI du Gard Yvan Lachaud a appelé à ne pas crier victoire trop vite et à se mobiliser avec force pour le second tour, dimanche prochain. Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.

Triangulaire sur Nîmes 2

Sur Nîmes 3, la partie s'annonce difficile pour le candidat du Bon Sens Gardois Marc Taulelle et sa binôme Rose Da Costa qui, ce soir, ne se sont pas exprimés. Le candidat de la Majorité départementale, Christian Bastid, arrive en tête sur son canton, suivi par le FN et le Bon Sens Gardois. Le 29 mars, le second tour aura des allures du premier. Sur cette dernière question, la droite comme la gauche, prenne le temps de se réunir et, très certainement, d'échanger sur le sujet. La nuit devrait porter conseil...

Coralie Mollaret

Nîmes 4 : 

Jean-Paul Boré et Marine El Fakir-Mornet (DVG) : 9,28% / 20,89%

Bernard Monreal et Chantal Renoir (FN) : 13,70% / 30,85%

Véronique Gardeur-Bancel et Richard Tiberino (UD) : 13,63% / 30,68%

Hichame Abderrezak et Sylvette Fayet (FG) : 7,81% / 17,58%

Nîmes 3 : 

Daniela De Vido et Thierry Jacob (FN) : 13,92% / 29,12%

Gilles Blanc et Sibylle Jannekeyn (UG) : 11,28% / 23,60%

Marie-Christine Appy et Alain Martin (DLF) : 1,61% / 3,36%

Sébastien Rodier et Christine Tome (FG) : 6,51% / 13,63%

Laurent Burgoa et Claude De Girardi (UD) : 14,47% / 30,28%

Nîmes 2 : 

Rose Da Costa et Marc Taulelle (UD) : 13,10% / 28,98%

Christian Bastid et Amal Couvreur (COM) : 16,44% / 36,35%

Laurence Gardet et Julien Gelly (FN) : 15,68% / 34,67%

Nîmes 1 : 

Jacques Armando et Céline Werts (DLF) : 1,40% / 2,72%

Thierry Barnabé et Frédérique Mourgues (DVD) : 0,54% / 1,05%

Philippe Marrot et Florence Thiebaut (COM) : 8,32% / 16,13%

Olivier Benezet et Nadia Goudard (SOC) : 9,78% / 18,96%

Marie-Chantal Barbusse et Thierry Procida (UD) : 17,34% / 33,62%

Henriette Doyen et Peter Sterligov (FN) : 14,20% / 27,53%

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Vous aimeriez aussi

4 réactions sur “DÉPARTEMENTALES A Nîmes, l’union de la droite (UMP-UDI-Modem) a payé”

  1. C’est quoi au juste vos comptages !! Des PC, des Fronts de Gauche, des PS, des divers gauches. Ça ne veut tout simplement rien dire !! C’est comme mélanger des pommes, des poires,…et des scoubidous !!

  2. Cette soupe électorale est écœurante et les sophistes ont micro ouvert pour tenter de nous faire prendre les vessies pour des lanternes ! Une fois de plus, les citoyens/électeurs sont les dindons de la farce puisqu’en finale, leurs bulletins de vote ne vont servir qu’à faire perdurer un système qui vit à leurs dépends.
    La forfaiture de l’Assemblée vient de voter le doublement de la durée de l’indemnisation que touchent les élus après la fin de leur mandat,(qui passerait de 6 mois à un an) en est le pitoyable exemple, en cette période de profond désarroi, de chômage vertigineux, de gigantesques déficits publics et d’austérité, de souffrance et de malheur pour tant de personnes !

  3. Ce qui a payé pour la droite c’est surtout la désunion de la gauche imputable en grande partie à la politique de « droiche » menée par Hollande et Valls. Après cette claque : il faut espérer que la vraie gauche va se ressaisir et la fausse gauche va partir combiner avec le MODEM et l’UDI : ils ont les mêmes idées sur la politique économique et sociale. Autant le reconnaître pour la clarté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité