A la uneActualités

FAIT DU JOUR La Meuh Folle, le rendez-vous vachement reggae des Cévennes

La Rue Kétanou l'année dernière au festival de la Meuh Folle. Photo DR
La Rue Kétanou l'année dernière au festival de la Meuh Folle. Photo DR

Le festival de la Meuh Folle fait son retour au parc des expositions d'Alès, les 3 et 4 avril prochains. L'événement reggae des Cévennes organisé par des étudiants de l'école des mines attire chaque année de plus en plus de monde. Pour cette nouvelle édition, Massilia Sound System et Groundation sont en tête d'affiche.

Les bénévoles sont sur le pied de guerre. Dès vendredi prochain, près de 4 000 personnes sont attendues au parc des expos pour plusieurs heures de concert. Et rebelote le lendemain. À dix jours du lancement de l'événement, les organisateurs travaillent d'arrache-pied pour offrir aux festivaliers un moment inoubliable. "Nous sommes une bonne équipe et l'ambiance entre nous est exceptionnelle", souligne Alexis Debret, président de cette douzième édition. Chaque année, dès la fin du festival, un nouveau président est élu et le bureau de l'association est renouvelé. Pas de temps à perdre ensuite pour les étudiants, qui commencent à démarcher les groupes quasiment un an avant leur venue. "En général, la programmation est connue dès le mois de septembre". Grâce au réseau tissé depuis plus de dix ans, ils parviennent aujourd'hui à faire venir des groupes de renom, comme La Rue Kétanou l'année dernière. "Nous avons dû refuser du monde et ça nous a fait une très bonne pub !" se souvient Alexis.

La recette du succès

À dominance ska et reggae, la Meuh Folle se diversifie ces dernières années avec du rock ou même de l'électro, brassant ainsi un large public constitué essentiellement de jeunes. Aujourd'hui, la Meuh Folle est devenue un festival connu et reconnu dans le Gard.  S'il attire les foules, c'est d'abord pour sa programmation de plus en plus alléchante mais aussi pour son ambiance "hyper festive". Enfin, les étudiants de l'école des mines forment une équipe de choc. "Le festival perdure car nous avons tous envie de faire vivre la ville plutôt que de rester entre nous. C'est aussi un moyen pour nous d'avoir des activités en dehors des cours", commente le président.

Maintenant que la machine est bien rodée, le festival devrait avoir encore de beaux jours devant lui. "D'une année sur l'autre, les responsables laissent une trace écrite de leur passage. Du coup, avec toutes ces "annales", c'est pas si difficile que ça à organiser", assure le président.

L'affiche 2015

Pour cette douzième édition, la Meuh Folle s'ouvrira avec Wec Family, les gagnants du tremplin régional, adeptes de mélanges de genres éclectiques. Le groupe espagnol de rock alternatif Che Sudaka, nourrit du folklore sud-américain, prendra la relève avant de laisser place à Massilia Sound System. Très attendu, le groupe de reggae marseillais chantera en français et en occitan pour dénoncer les travers du système, comme il sait si bien le faire. Orfaz clôturera la soirée, oscillant entre divers styles de musique électronique.

Le samedi sera marqué par la venue, l'après-midi, de Bhale Bacce dans le camping de la Meuh Folle, de 13h30 à 18h, avec leur sound system reggae, dub, hip hop. Le soir, deux groupes assureront la première partie du groupe américain Groundation : Barrio populo, avec du rock intense et Zoufris Maracas, qui livrera au public ses « chansons métissées », aux mélodies tantôt inspirées des rythmes zouk, des rumbas congolaises, tantôt empreintes des sonorités manouches, afro-brésiliennes ou reggae. Enfin, la soirée s'achèvera avec Weeding Dub, qui mélange l’esprit du reggae et l’énergie de la musique électronique actuelle.

L'affiche du festival ici.

Elodie Boschet

 

 

 

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “FAIT DU JOUR La Meuh Folle, le rendez-vous vachement reggae des Cévennes”

  1. L’événement reggae des Cévennes attire chaque année de plus en plus de monde tandis que le festival international de reggae de Bagnols sur Cèze n’existe plus. Le festival Garance a été prié d’aller planter ses graines ailleurs. Il parait que ça coûtait trop cher. Peut-on mesurer la notoriété? Le Printemps de Bourges a failli disparaître. Heureusement pour la ville de Jacques Cœur, les organisateurs et la nouvelle mairie ont trouvé un terrain d’entente. Aujourd’hui, le Printemps de Bourges est la locomotive culturelle de toute la région Centre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité