ActualitésCulture

ÉDITO De Nîmes : mais où est donc le rock’n’roll, à Montpellier ?

SMAC de Paloma, 250 chemin de l'aérodrome. 30 000 Nîmes
SMAC de Paloma, 250 chemin de l'aérodrome, 30 000 Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Pour les Gardois, habitués à une scène musicale nîmoise détonante pour peu que l'on veuille bien y prêter l'oreille, et ce dans une modeste ville de 150 000 habitants, difficile de trouver un groupe intéressant à Montpellier qui ne se soit pas déjà produit dans la ville aux Arènes.

Non non, surtout, pas de méprise ! Il ne s'agit pas ici, et en aucun cas, de refaire un match Montpellier-Nîmes. Surtout quand on sait que le seul entraîneur du MHSC ayant hissé ce club au titre de champion de Ligue 1, en 2012, était un gardois. Quel débat stérile ! Les deux cousines n'ont de cesse de se crêper le chignon alors que les départements n'existeront bientôt plus, que les distances entre les Hommes n'ont de cesse de s'écourter, et que la fusion des régions approche, un peu à l'américaine. Un peu comme un Dallas Cowboys - Houston Texans dans un Etat aux vastes étendues, où la Camargue flirte avec la Garrigue entre le Mont Aigoual et le Pic Saint-Loup. Peut-être que d'ici peu de temps, pourra t-on espérer une identité "sudiste" revendiquée, et réfléchir à se partager l'affiche intelligemment.

Pas de panneau, pas de chocolat.

Capture d'écran Google Maps de la sortie Est n°23 en direction de....Paloma.
Capture d'écran Google Maps de la sortie Est n°23 en direction de....Paloma.

Car pour le moment, si d'un côté, certains font part de leurs difficultés à trouver des panneaux de signalisation - et laissent penser que la technologie du GPS intégré est encore absente dans les zones les plus reculées du monde comme l'Hérault - d'autres ont bien du mal à trouver chaussure à leur pied concernant la programmation musicale parfois douteuse, souvent pompeuse, rarement VRAIMENT excitante du centre-ville de Montpellier. Des places de parking, en fait, il n'en manque pas. Elles fleurissent sur plusieurs étages, à côté d'un centre commercial à l'esthétique qatarienne. Il est vrai qu'à Nîmes, on jalouse un peu les trois Ford Crown Victoria - les mêmes que Starsky et Hutch - de la police municipale montpelliéraine. Mais une fois son ticket de stationnement en poche, où va t-on?

Errance dans la ville

Soit vous êtes prêts à débourser une centaine d'euros pour voir Rihanna à l'Arena Parc & Suites, soit vous allez supporter un groupe proto-punk de Saint-Jean de Védas dans un bar à rhum de la rue de l'Aiguillerie, entrée gratuite. Les deux valent très probablement le coup, mais pour le reste, ne vous emballez pas, on l'a déjà vu à Nîmes. Pour preuve :

Programmation du Rockstore : En dehors de Cali (musicalement discutable) et Popa Chubby (le blues s'arrête là où Popa Chubby commence) qui ont, semble t-il, émerveillé la presse locale montpelliéraine

7 avril 2015 : JABBERWOCKY. Jabberwocky avait partagé l'affiche au Café Olive à Nîmes avec Laetitia Sheriff le 6 décembre 2013.

5 mai 2015 : JESSICA 93. Manque de bol, ils seront à Nîmes trois jours avant, au Spot.

2 juin 2015 : J-C SATAN. Ils étaient dans le line-up de la première édition du This Is Not a Love Song en 2013.

Que dire de la programmation de l'Arena Parc & Suite, où Shy'm et M Pokora concurrencent Maitre Gims ? Il serait de très mauvais goût de comparer avec les Arènes de Nîmes, où les Blacks Keys, les Kills, les Artics Monkeys, Interpol, ont succédé dernièrement à Neil Young, Bob Dylan, Dire Straits, David Bowie. Le centre-ville de Nîmes compte une petite poignée de cafés-concerts qui n'ont rien à envier à personne. Elephant Stone, Gap Dream, The Obits, Feeling Of Love, TV Ghost, Cut In The Hill Gang, Calvin Johnson.

Le This Is Not A Love Song, qui se prépare pour sa troisième édition, symbolise à lui seul l'effervescence, certes locale, qui règne sur la capitale gardoise. Un festival à échelle humaine, à l'image d'une ville qui n'a pas la folie des grandeurs comme d'autres, peut-être parce qu'elle jouit d'un passé architectural à combler toute ardeur.

Montpellier est une ville de musique électronique, on le sait. Son histoire avec le rock, elle remonte à l'époque où Magma et Can remplissait l'amphithéâtre de la faculté des sciences, ou quand OTH empoignait des tournées nationales avec Noir Désir et les Béruriers Noirs. Depuis, rideau. Bref, une situation incompréhensible et désolante pour une ville qui se veut à la pointe de tout.

Baptiste Manzinali

 

 

 

 

Etiquette

Baptiste Manzinali

Diplômé de l'ESJ, passionné d'actualité en général, musique, football, cinéma, jeux vidéo et civilisations anciennes.

Vous aimeriez aussi

10 réactions sur “ÉDITO De Nîmes : mais où est donc le rock’n’roll, à Montpellier ?”

  1. Peut être que le rock n’a plus vraiment de mérite a s’appeler ainsi, pour ne parler que des black keys aux arènes de Nîmes qui nous y ont vendu leur nouvel album (50euros la place) fade qu’il n’en peut plus, relevé d’une prestation qui n’a rien a envier aux play back de Rihana tant le peu d’envie qu’ils y ont mit faisait peine a voir.. Pouvons nous dire aussi sue le festival des arènes de Nîmes est organisé par une société résidente à… Montpellier…
    Le rock a besoin de se renouveler car il semble tombé dans un registre bien trop pédant et par conséquent élitiste envers le petit monde de ceux qui « se donnent un genre » (This is not a love song thank you)et Montpellier en est peut être fatiguée ou tend elle à s’ouvrir à d’autres genres musicaux, il est facile de choisir quelques artistes dans la programmation du rockstore et de les dénigrer alors qu’a l’opposé on compare les plsu grands noms passés par les arènes, je ne suis pas sur que l’historique du rockstore ait quelque chose à envier aux arènes, ou qu’un jour la Paloma en atteigne la moitié, mais pour ça faudrait t il que l’auteur de l’article fasse preuve de bonne foi !
    La secret place et le black sheep faisant encore a mon humble avis de belles progs bien rock!
    Paroles d’un disquaire indépendant!

    1. La Secret Place et le Black Sheep ont une très belle programmation (celle du Black Sheep, ces derniers temps, un peu moins quand même). L’idée n’était pas d’opposer la prog du Rockstore à celle des Arènes de Nîmes (cette dernière n’est pas toujours très jouissive non plus), mais plutôt d’écrire un EDITO, avec un brin de mauvaise foi, en réponse à un article publié par l’édition de Montpellier d’un journal de presse local qui, selon nous, faisant bien plus que preuve de mauvaise foi, puisqu’il était totalement faux. La signalisation est bien présente à Paloma, et il n’y a pas lieu d’opposer encore et encore les richesses culturelles que ces deux villes ont a proposer. Sans rancune. Baptiste Manzinali

  2. La Catastrophe l’article de Midi Libre, dans l’oreillette, on me dit qu’il a même fait un tollé dans la rédaction (plus celle de Midi Loisirs) !!! Faut que Midi Libre achète un GPS à KARINE BRUNAUD !!! Ou un cerveau !!! Elle a quand même de la chance d’être parvenue à rentrer à Montpeul, indemne !!! Je la soupçonne d’habiter… Rue de Verdun ! Quant à Paul Personne, Popa Chubby, Cali… Que de jeunes artistes en devenir !!! Quant au présent édito, il possède, il est vrai quelques bons arguments !!! Ayé la hache de guerre est détérée ???

  3. …pourquoi la mission de Paloma exclut elle jazz et world à ce point…? Le port d’une guitare électrique est-il obligatoire ?

    1. Peut-être parce que c’est une SMAC (Scène de musique actuelle)…et que le jazz en rentre pas dans ces critères là. Et encore que, il me semble que des concerts de jazz, il y en a. Et aussi des concerts sans guitare d’ailleurs.

  4. Merci vraiment pour cet article! l’article du ML etait honteux. Je suis heureux qu’Objectif Gard y reponde. J’en profite pour dire que votre media s’ameliore d’annee en annee et j’espere qu’il pourra concurrencer frontalement ML tres bientot. Bon courage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité