A la uneActualités

LE PORTRAIT DU DIMANCHE La dragée, une histoire de famille chez les Massardier

Daniel Massardier. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Daniel Massardier. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Louis-Auguste, le grand-père, Yvan, le père, et aujourd’hui Daniel. Trois générations de Massardier qui depuis plus de 60 ans ont fait de la dragée une passion.

Au retour de la première guerre mondiale, Louis-Auguste Massardier ouvre une pâtisserie à Saint-Chamond dans la Loire. Aussitôt, l’entreprise devient une institution auprès des habitants et le fils, Yvan, prend la relève. Ingénieux, il développe un tout nouveau chocolat pour l’époque : le chardon bleu. Hélas, il ne dépose pas son idée qui est reprise dans le monde entier. Aujourd’hui, son fils Daniel en sourit : « On n’est pas des hommes d’affaires dans la famille ».

Avec le poids des années, et lassé par la pâtisserie, Yvan Massardier se lance en 1955 dans la fabrication et la vente de dragées. Le petit Daniel grandit au milieu des dragées et, très vite, il envisage de reprendre l’affaire familiale mais son père refuse catégoriquement. « C’est après que j’ai compris pourquoi mon père ne voulait pas : ça se cassait la gueule », explique Daniel. Le jeune homme, devenu adulte, va être patient. Pendant près de 25 ans, il va animer des soirées, des mariages et se charger de l’animation sur des croisières, tout en gardant en tête l’idée de reprendre l’affaire de son père : on est têtu chez les Massardier.

Les dragées perles précieuses. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Les dragées perles précieuses. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Des dragées au wasabi !

En 1997, l’occasion se présente. Son père est à la retraite. Daniel fonce et reprend l’enseigne. Les premières années sont difficiles mais Daniel et sa femme Magali tiennent bon. En 2006, les époux créent un site Internet. Ils font partie des premiers à commercialiser la dragée sur la toile et le succès est fulgurant. De 800 kg de dragées vendues les premières années, ils passent du jour au lendemain à 14 tonnes ! Leur secret ? Daniel et Magali proposent des dragées pour tous les goûts : dragées au tiramisu, au wasabi, au yaourt, au spéculos, à la guimauve… ; des dragées d’enfance au goût de bonbons ; des dragées de « luxe » appelées pierres précieuses ; sans oublier les dragées traditionnelles… Bref, il y en a pour tout le monde !

L’autre idée qui rencontre un vrai succès est de proposer des kits aux clients : « On envoie aux clients un kit en pièces détachées avec des emballages en plexi et ce sont eux qui font le montage. Ça marche très bien », assure Daniel qui, comme un grand couturier, propose une nouvelle collection chaque année et séduit ainsi une clientèle nationale qui s’étend jusque dans les DOM-TOM mais aussi internationale pour vendre régulièrement en Belgique, en Suisse ou en Allemagne.

Installés depuis 2012 à Sommières, ville pour laquelle les époux ont eu un coup de cœur, Daniel et Magali accueillent également les Gardois gourmands dans leur entrepôt (ce qui évite les frais de port sur Internet). Et pour ceux qui veulent faire toujours plus de bonnes affaires, Daniel vient de lancer un nouveau site Internet discount où les prix sont incroyablement bas et où il tient la dragée haute à beaucoup de ses concurrents.

Confiserie Massardier - 4 chemin du Pourquier - 30250 Sommières (04 66 93 80 04)

Tony Duret

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “LE PORTRAIT DU DIMANCHE La dragée, une histoire de famille chez les Massardier”

  1. La collection 2016 est en place. De nouvelles dragées bien sur avec un petit rayon dragées salées, mais aussi des exotiques à la pulpe de fruits. Des boites et ballotins mariage et baptême étonnant pour la nouvelle Année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité