ActualitésPolitique

RÉGIONALES Le coeur de l’UMP Jean-Paul Fournier bat pour S.Rossignol

Stéphan Rossignol, maire de La Grande Motte et président du groupe d'opposition au conseil régional du Gard. Photo : droits réservés.
Stéphan Rossignol, maire de La Grande Motte et président du groupe d'opposition au conseil régional du Gard. Photo : droits réservés.

La fusion des régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées rebat les cartes du jeu politique, si bien que chaque parti va devoir désigner une tête de liste ad hoc, capable de susciter le maximum d'adhésion. Terres socialistes, la gauche a choisi pour la représenter le duo Carole Delga, vice-présidente de la Région M-P et secrétaire d'Etat au Commerce, et Damien Alary, président de la Région languedocienne. Le PS doit à présent composer sa liste.

A droite, l'entreprise est plus complexe. Après le refus du maire de Toulouse de se lancer dans la bataille, une dizaine de candidat se disent prêts à défendre les couleurs de l'UMP : Stephan Rossignol, président (UMP) de l'opposition à la Région Languedoc-Roussillon, le député (UMP) de Lozère Pierre Morel-A-L'Huissier, le maire de Lavaur (Tarn) Bernard Carayon, Philippe Bonnecarrère, président (UMP) du Grand Albigeois ou encore la conseillère régionale de Haute-Garonne Elisabeth Pouchelon (UMP)…

Le Comité de pilotage délibère le 25 avril 

Pour départager ses candidats, la droite a mis en place un comité de pilotage, composé des grands élus UMP/UDI des deux régions, qui devrait se réunir le 25 avril. L'heureux désigné devra ensuite attendre l'aval des directions nationales de chaque formation politique. "Je pense que je soutiendrai Stéphan Rossignol, c'est le seul qui connaisse bien notre région. Il faut que l'on défende notre territoire", a commenté Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes. Les modalités du choix du 25 avril ne sont pas encore définies : soit un élu aura une voix, soit un élu aura un nombre de voix proportionnellement à son nombre de mandat. "Cette dernière hypothèse serait sans doute la meilleure, puisque c'est plus représentatif du poids politique de chacun", commente-t-on dans l'entourage du sénateur-maire de Nîmes.

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

4 réactions sur “RÉGIONALES Le coeur de l’UMP Jean-Paul Fournier bat pour S.Rossignol”

  1. Bien sur qu’il faut que l’on défende notre territoire Jean-Paul mais pas à n’importe quel prix contre un autre territoire de France.

  2. Qui connait Stéphane Rossignol en dehors de son territoire de la Grande Motte?
    J’aimerais qu’on aille demander aux habitants du gers, du lot et de la haute-ariège ce qu’ils en pensent…

    1. , le maire de Lavaur (Tarn) Bernard Carayon, Philippe Bonnecarrère, président (UMP) du Grand Albigeois ou encore la conseillère régionale de Haute-Garonne Elisabeth Pouchelon (UMP)…QUI LES CONNAIS SUR L HERAULT

  3. Les modalités du choix du 25 avril ne sont pas encore définies : soit un élu aura une voix, soit un élu aura un nombre de voix proportionnellement à son nombre de mandat. « Cette dernière hypothèse serait sans doute la meilleure, puisque c’est plus représentatif du poids politique de chacun », commente-t-on dans l’entourage du sénateur-maire de Nîmes.

    Belle démonstration pour défendre tout l’intérêt d’être un « cumulard » : Mr Fournier revendiquerait ainsi que tous les votes ne sont pas égaux et que certains devraient avoir plus de valeur que d’autres !
    Faut-il lui rappeler le principe intangible du « 1 homme, 1 vote » qui est à la base même de la République ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité