ActualitésPolitique

BAGNOLS L’ex-socialiste Christian Roux invite à débattre sur la gauche

Ce matin, lors du café débat (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Ce matin, lors du café débat (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Un café-débat sur le thème « qu’est-ce qu’être de gauche aujourd’hui ? » était organisé ce matin au café le Bengali, dans le quartier des Escanaux à Bagnols, à l’initiative du conseiller municipal Christian Roux.

Une vingtaine de personnes s’est déplacée, parmi lesquels le maire de Saint-Etienne-des-Sorts Didier Bonneaud, celui de Cavillargues Laurent Nadal, le secrétaire de la section PCF Michel Tortey, l’ex candidate aux départementales Geneviève Sabathé ou encore le secrétaire de la section PS Bagnols Campagne Michel Paillot.

« L’intérêt général avant les intérêts particuliers »

« On a décidé d’organiser des cafés-débats, l’idée est de trouver des sujets et en discuter et débattre, explique en préambule Christian Roux. On veut essayer d’accrocher la population sur des sujets qui nous tiennent à cœur. » Une manière aussi pour l’ex candidat aux dernières municipales bagnolaises exclu du PS de répondre « au constat d’un manque de lieux d’échanges dans la ville, et au fossé qui s’est creusé entre les élus et les citoyens. »

Et le conseiller municipal de démarrer : « pour moi les valeurs de gauche sont humanistes. Il y a une notion d’équité, de régulation et une notion sociale et pour moi le clientélisme n’est pas une valeur de gauche. Au niveau municipal, départemental et national, j’ai plus l’impression que ce sont des politiques clientélistes qui sont menées plutôt que des véritables politiques d’intérêt général. » Le pissassien Michel Paillot embraye : « être de gauche c’est considérer l’intérêt général avant les intérêts particuliers. »

Pour le communiste Michel Tortey, c’est notamment « remettre la valeur travail au centre de nos valeurs. » Une militante prend alors la parole pour lancer que « la lutte des castes a remplacé la lutte des classes » et s’inquiéter d’une « abstention massive dans une démocratie en danger, avec des valeurs de gauche à réaffirmer. »

Pour Didier Bonneaud, qui trouve le pacte de responsabilité « inacceptable », « il faut remettre du sens, et si on fait bloc on est capable d’infléchir la politique du gouvernement. Il faut que ça reparte par le bas, mais moi j’y crois, on n’aura pas plusieurs occasions de réformer notre pays, je pense même que c’est la dernière. »

Geneviève Sabathé a elle aussi l’air d’y croire : « la recomposition de la gauche, elle est là autour de cette table. Il faut encore aller plus loin. » Plus loin, en incluant notamment les syndicalistes : « j’aurais aimé aussi voir des acteurs syndicaux ici, les syndicats sont des acteurs importants pour imposer les valeurs de gauche » regrettera Christian Roux. Pour un militant, leur absence vient probablement du fait que « la PS n’a jamais dit qu’il défendait les intérêts des travailleurs. »

« La gauche doit se reconstruire »

Le débat est courtois, et les prises de paroles fusent. Pour une militante, « l’erreur de la gauche est qu’on pense toujours avec des repères des années 1930. Tout est à refonder. » Laurent Nadal acquiesce : « la gauche doit se reconstruire, et son rôle est d’aider les plus fragiles, les accompagner. »

Pour Michel Tortey, la réponse est dans un changement de paradigme : « la réforme territoriale voulue par l’Union Européenne, c’est pour mettre en concurrence les 13 régions, et on ne parle jamais de coopération. On peut faire autrement, des coopérations sont possibles. » Et plus largement, pour le communiste, « toutes ces valeurs de gauche qu’on abandonne, qui s’en saisit ? L’extrême droite. »

Le débat s’achèvera par un point plus local sur l’agglomération du Gard Rhodanien, pour laquelle « il y a des opportunités qu’il ne faut pas rater » pour Didier Bonneaud, alors que pour Christian Roux « l’exécutif communautaire n’a pas de vision à moyen et long terme et gère au jour le jour. »

Après 1h30 de prises de parole, le débat s’achèvera avec comme souvent dans pareil cas plus de constats que de propositions. Mais il a déjà le mérite d’exister, et Christian Roux compte le pérenniser chaque mois. Pour le mois de juin, plusieurs thèmes ont été proposés, tels « Mieux vivre à Bagnols » ou « comment favoriser le développement économique local ? ».

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

30 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

5 réactions sur “BAGNOLS L’ex-socialiste Christian Roux invite à débattre sur la gauche”

  1. Comment un gars comme Roux peut parler d être de gauche .
    Les syndicalistes ne viennent certainement pas car ils savent ou connaissent trop bien Roux qui ne cherche qu a se faire mousser avec un petit selfie
    Tout ca pour s acheter une légitimité

    1. les syndicalistes feraient mieux de se battre en ce moment pour l’emploi, celui d’areva vu les licenciements prévus …christian roux a au moins le mérite de se battre pour l’intérêt général contrairement aux alimentaires comme Rey ou sa bande de beni oui oui qui n’ose même pas lever le petit doigt pour s’opposer à scène campagne ! l’amateur c’est plutôt Rey qui distille du vent et de belles paroles, faute de compétence lui et son équipe !

  2. Christian Roux est de gauche, il a seulement besoin de l’affirmer en se démarquant nettement des conseillers d’opposition de droite à la municipalité de Bagnols. Je ne doute pas de sa sincérité. Les syndicalistes étaient absents… cette fois. Mais il y aura d’autres rencontres. La légitimité ne se marchande pas. Comme disait mon grand-père: c’est au pied du mur qu’on voit le maçon. J’en profite pour rappeler qu’il n’est pas très courageux de se planquer derrière un pseudo.

    1. Blablabla… C. roux est un arriviste de première et sa prestation aux dernières municipales a été pour lui l’occasion de montrer l’étendu de son « talent » en mélangeant la carpe et le lapin aux second tour. La légitimité ne se décrète pas, tout comme la compétence. Ses interventions en conseil municipal sont consternantes d’amateurisme et de méconnaissance flagrante du fonctionnement d’une municipalité (sans parler des dossiers).
      Et Paillot, il fait bien de parler de clientélisme, son patron en est l’exemple le plus flagrant!
      Ce n’est pas avec ce genre d’individus que la « gauche » locale se reconstuira

  3. Pour connaitre tres bien Christian Roux !! Je pense que certaines critiques sont erronées et trop partisanes . Roux est un monsieur avec un sens aigu de l’humanisme ! Il n’attend pas apres la politique alimentaire car il a une bonne retraite,il est humain et tres sensible,il peut peser sur la marche municipale par son profond soucis de l’autre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité