A la uneSociété

FAIT DU JOUR Fin de l’Internet hertzien en Cévennes : les élus jettent l’éponge

De nombreux poteaux sont tombés cet hiver. DR
De nombreux poteaux sont tombés cet hiver en Cévennes et les actes de vandalisme sont nombreux. DR

Seulement six mois après sa reprise en régie publique du réseau hertzien cévenol, le Syndicat mixte du Pays Cévennes rend les armes, face au mécontentement des clients. L'exploitation sera suspendue fin juillet au profit du très haut débit d'ici 2020. En attendant, l'une des solutions proposée sera le satellite, critiqué pour son usage professionnel limité. 

Ce mercredi, les anciens clients de Meshnet ont reçu un courrier les informant de la suspension de l'Internet hertzien à partir du 31 juillet prochain. "Après 7 années d'exploitation, il est constaté que si le réseau a rendu le service attendu, il n'offre plus aujourd'hui la qualité du service réclamée par les usagers. En particulier, l'architecture de réseau propre à la géographie de notre territoire et les actes de vandalisme endémiques ne permettent plus d'assurer la fiabilité selon les normes admises".  Fini donc d'hertzien en Cévennes, cet hertzien tant décrié par certains collectifs et associations. "C'est une victoire, la démonstration que ce système ne pouvait pas durer. Notre relief n'est pas adapté", se satisfait Nathalie Ouzoulias, présidente de Robin de Toits.

Les pannes durent depuis plusieurs années sur le réseau cévenol, et le Syndicat mixte du Pays Cévennes a tenté de reprendre la main, il y a six mois, sans succès. "Quand un poteau tombe, c'est tout le réseau qui est affecté. Et les intempéries sont nombreuses dans notre région. On a des fragilités qu'on ne peut résoudre et on ne peut répondre à la demande des usagers", admet Patrick Cathelineau, directeur du Pays Cévennes.

Câblage d'un réseau de haut débit. DR
Câblage d'un réseau de haut débit. DR

Quid de l'accès Internet à court et long terme

L'avenir reste toutefois incertain. Le conseil départemental, en partenariat avec le Syndicat Mixte de l'électricité du Gard, étudie actuellement trois scénarii pour l'installation du très haut débit dans le Gard et les Cévennes. Il serait financé par l'Europe, la Région et le conseil Départemental. Les deux hypothèses les plus probables sont la fibre optique (400 millions d'€) et la combinaison de diverses technologies (Wimax, cuivre et satellite - 240 millions d'€). Tandis que le Département pencherait plutôt pour la seconde solution - moins coûteuse -, le SMEG souhaite se battre pour la fibre. "Il faut être ambitieux. C'est notre avenir qui se joue. L'accès Internet est aujourd'hui un critère de développement économique. Cette technique est plus sûre et le débit est illimité. Il n'y aura pas de pertes. Sans compter les vols continuels de fils de cuivre", avance Aimé Cavaillé, vice-président du SMEG.

Une décision devrait être prise dans les mois à venir pour une activation du réseau d'ici 2020. Il utilisera en partie les poteaux restaurés cet hiver par Pays Cévennes.

Pour l'usage à court terme, Pays Cévennes assure qu'il "ne laissera tomber personne" et qu'il "accompagnera les usagers qui le souhaitent vers la technologie satellitaire, pour laquelle une aide financière à l'acquisition du kit est à l'étude et sera proposée le 25 juin 2015 au prochain Comité Syndical du Pays des Cévennes", annonce le syndicat mixte dans son courrier. Une technologie critiquée pour son manque d'efficacité en cas de fort besoin. Patrick Cathelineau s'en défend : "Des grappes ont été ajoutées et le service s'est amélioré. On a testé le satellite sur des professionnels, ça passe. Il apporte un service correct". Une autre alternative serait également à l'étude pour satisfaire les quelques centaines d'usagers concernés. Affaire à suivre.

 

Eloïse Levesque

Lire aussi :

GARD Internet en Cévennes : les pannes se poursuivent

Etiquette

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

Vous aimeriez aussi

6 réactions sur “FAIT DU JOUR Fin de l’Internet hertzien en Cévennes : les élus jettent l’éponge”

    1. Faudrait demander ça au Robin de Toits, il y a très fort a parier qu’ils en savent bien plus qu’ils ne laissent entendre…

  1. MM Rivenq et Roustan : combien a coûté votre idylle aventureuse avec Meshnet à la collectivité c’est à dire aux contribuables?

  2. Cette technologie était dépassée avant même son installation…
    Certaines communes doivent s’en mordre les doigts, elles auraient pu bénéficier du plan de monté en débit (NRA-Med) réalisé par la région ces dernières années, beaucoup plus ambitieux, fiable et qui permet un débit bien plus élevé (jusqu’a 90Mb/s si compatible VDSL2).
    Petit coup de chapeau à Orange, qui n’a pas attendu la fin de Meshnet pour moderniser son réseau sur les communes touchées par le problème, du coté Lozérien entre autre (St Privat /St Frézal).
    Encore une fois, les lubies de certains de nos élus coutent chers et pénalisent les usagers.

    1. Ça n’est pas du tout dépassé et ça se fait très bien ailleurs avec beaucoup moins de moyen et dans des conditions bien plus difficile. Mais quand il y a des subventions en jeux, ça fini toujours pareil: l’argent disparaît et le projet tombe a l’eau. Si déjà il y avait de la transparence, on saurait dans quoi est passé cet argent !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité