ActualitésSociété

NÎMES Le CHU se penche sur les troubles de l’érection

Hôpital Carémeau de Nîmes.
Hôpital Carémeau de Nîmes.

Le CHU de Nîmes participe à un projet de recherche sur les dysfonctions érectiles, qui concernent près d'un homme sur deux après 50 ans.

Le projet hospitalier de recherche clinique national intitulé "Shock-ed", dont le CHU de Nîmes est promoteur, a pour objectif de tester l’efficacité du traitement par ondes de choc à basse intensité pour améliorer la fonction érectile chez les hommes. Le but est d’étudier l’impact des ondes sur la régénérescence des structures vasculaires du pénis, dont la défaillance est souvent à l’origine des troubles de l’érection. Près d’un homme sur deux est concerné après 50 ans. Cette technique, non pharmacologique, n’a pour le moment pas été responsable d'effets indésirables gênants et permet d’éviter les interactions médicamenteuses ou contre-indications et supprime la nécessité d’une prise quotidienne de médicaments pour des rapports sexuels espacés ou à la demande, juste avant l’acte.

Enfin, le fait d’appliquer le traitement uniquement sur le pénis permettrait d’éviter les effets indésirables au niveau des autres organes. La population d'étude est constituée d’hommes adultes de moins de 80 ans qui consultent pour une dysfonction érectile existant depuis plus de 6 mois.

Etiquette

Baptiste Manzinali

Diplômé de l'ESJ, passionné d'actualité en général, musique, football, cinéma, jeux vidéo et civilisations anciennes.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité