A la uneEconomie

MANDUEL Contournement Nîmes-Montpellier : le sous-traitant d’Oc’Via abandonne le chantier…

(Photo J.-M.C.)
(Photo J.-M.C.)

Depuis plusieurs jours, le sous-traitant d'Oc'Via Construction, en charge du chantier de contournement Nîmes-Montpellier a pris la poudre d'escampette et a quitté le chantier. Oc'Via Construction a alors décidé de tout reprendre en main afin d'éviter des retards de livraison. Décryptage de cet imbroglio économique.

C’est une première en France : conçu à la fois pour accueillir les circulations de trains de voyageurs et de marchandises, le Contournement ferroviaire de Nîmes et Montpellier sera la première ligne à grande vitesse, dite « mixte », fret et passagers. Ce maillon supplémentaire de 60 km (et 20 km de raccordements), où les trains de passagers pourront circuler à terme à 300 km/h, offrira un gain de temps de parcours de plus de 20 minutes, mettant Montpellier à moins de 3 heures de Paris.

Pour mener à bien ce projet et respecter les délais attendus, Ocvia Construction a confié la sous-traitance du chantier de Manduel à NGE Guintoli, entreprise leader en France sur les marchés de VRD & Terrassement. Mais après plusieurs semaines d'activité, la société déchante et décide de quitter le chantier considérant que le prix de revient était trop important par rapport au contrat initial.

"Nous n'avons pas abandonné le chantier. Face à une certaine inertie et malgré nos alertes auprès d'Oc'Via, nous sommes arrivés à une situation de blocage irrémédiable. Une réunion a eu lieu ces derniers jours et encore une fois, nous n'avons pas trouvé d'accord raisonnable." nous confie la direction de la communication de la Sté NGE.

Du côté d'Ocvia Construction, on s'étonne de l'impact financier aussi important et de la décision "surprenante" de NGE de quitter un chantier d'envergure : "Cette société nous a notifié sa décision de quitter le chantier huit jours avant parce qu'elle perd de l'argent. Ils ont certainement mal calculé leur prix mais nous, on ne fait que respecter le contrat. Un contrat signé ne peut pas être remis en question de façon aussi légère. Je suis franchement étonné par la méthode, je n'ai jamais vu ça" indique François Xavier de Malherbe, directeur d'Oc'Via Construction.

Pour NGE, la pilule est toutefois difficile à avaler d'autant qu'Oc'Via Construction ne semble pas avoir pris la mesure des difficultés : "Nous employons 7 500 personnes et nous réalisons 1,5 milliards de chiffre d'affaires. Rien n'a été pris à la légère. Nous sommes une société responsable. Nous avons fait face à des difficultés financières impossible à anticiper. Tous ces jours sans travailler, c'est aussi un coût pour nous. Pour autant, nous avons fait le nettoyage, fait la mise en repli et avons transféré nos salariés vers d'autres chantiers, 200 personnes à replacer, ce n'est pas rien" peste la direction de la communication de la Sté NGE.

Quelle suite ? Après quinze bons jours d'interruption, le chantier va reprendre à Manduel mais sans sous-traitant : "Nous allons prendre en charge la suite du chantier avec nos équipes internes. Nous avions fait le choix de sous-traiter dans le cadre du contrat régional qui nous imposait 20% de sous-traitance locale. A présent, nous allons reprendre en main le chantier et tout va rentrer dans l'ordre, nous serons à l'heure pour la livraison" conclut le directeur d'Oc'Via Construction. A suivre...

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité