A la uneActualités

NÎMES 600 000€ pour sauver la biscuiterie de L’ESAT des Chênes verts

De gauche à droite, Thierry Procida, Jean-Claude Drimaracci et Denis Bouad. Photo Tony Duret / Objectif Gard
De gauche à droite, Thierry Procida, Jean-Claude Drimaracci et Denis Bouad. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Hier matin, à l’initiative des conseillers départementaux du Canton Nîmes 1, Chantal Barbusse et Thierry Procida, le président du conseil départemental Denis Bouad a visité l’ESAT des Chênes Verts à qui il manque 600 000€ pour sauver sa biscuiterie et une trentaine d’emplois.

25 emplois de personnes en situation de handicap menacés auxquels s’ajoutent les trois postes de moniteurs. L’ESAT des Chênes Verts traverse une période difficile en raison des pressions de plus en plus fortes des services vétérinaires qui demandent à ce que l’atelier de biscuiterie, construit au début des années 80, respecte les normes. Seulement, pour être en conformité avec la loi - qui ne cesse d’évoluer -, l’ESAT a besoin d’une somme importante : 1,2 million d’euros. Une somme qui financerait le nouveau bâtiment, en bois, aux baies vitrées, niché sur 400m2 dans le secteur le moins boisé de la garrigue attenante. Une somme que comptent bien aller chercher le président de l’association Jean-Claude Drimaracci et sa directrice Angelina Bechard.

Les élus avec les membres de l'ESAT. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Les élus avec les membres de l'ESAT. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Depuis plusieurs semaines, le président et la directrice remuent ciel et terre pour trouver des financements et les premiers résultats tombent : l’Agence Régionale de Santé (ARS) participera à hauteur de 240 000€. L’association investit 40 000€ et devrait emprunter 300 000€. « Il nous manque 600 000€ », résume Claude Drimaracci. Angelina Bechard enchaîne : « On envisage de solliciter la Région et l’Europe. On a aussi fait appel aux 500 plus grosses entreprises du Gard ». Denis Bouad écoute attentivement, assure que sa collectivité accompagnera l’ESAT « avec de la matière grise » mais ne parle pas d’argent. Pudeur ou manque de moyens ? « L’argent public devient de plus en plus rare », avance-t-il comme élément de réponse tout en admettant, quelques instants plus tard : « Je crois qu’aujourd’hui, si on ne soutient pas les structures comme les vôtres, on va se mordre la queue. Je suis admiratif de ce que vous faîtes, c’est un beau projet que vous avez ».

Après l’explication du projet, les élus ont ensuite visité la biscuiterie ainsi que l’atelier carrosserie. 57 personnes en situation de handicap travaillent sur le site. Et peut-être un peu plus dans les mois à venir si la nouvelle biscuiterie voit le jour. Angelina Bechard y croit : « On a déposé le permis de construire et on aimerait démarrer les travaux à la fin du premier semestre 2016 ». Pour multiplier ses chances, l’ESAT des Chemins Verts lancera un appel aux dons, depuis son site Internet, courant septembre.

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité