A la uneInsolite

FAIT DU JOUR Le trésor caché du château d’Aujac

Château dAujac. DR
Château d'Aujac. DR

Isolé aux confins du Gard, de l'Ardèche et de la Lozère, le château d'Aujac dévoile les secrets de son histoire. Les propriétaires viennent de dénicher un sceau de plomb des seigneurs d'Anduze. D'après les premières recherches, l'objet rare daterait du 12e siècle, période de construction de la bâtisse. Il serait ainsi le plus ancien connu à ce jour.

Marlène et Gilbert vivent au château d'Aujac depuis des décennies. Passionnés par ce site hors du commun construit au 12e siècle, on y ont investi leur âme et leur temps. Il faut dire sur le lieu recèle de découvertes surprenantes qui racontent son histoire et la puissance financière de ceux qui y ont résidé autrefois. "Cette bâtisse est une enseigne publicitaire. Une manière d'afficher la richesse de l'évêque d'Uzès et de la famille Bernard d'Anduze", rappelle Gilbert. Dernière trouvaille en date : une bulle équestre, la plus ancienne du genre.

Tout commence en 2005. Le couple découvre par hasard et à fleur de sol, en contrebas du château, un objet inconnu auquel le commun des mortels n'aurait pas prêté attention. Mais Gilbert et Marlène s’intéressent depuis trop longtemps à ces murs pour passer à côté. La pièce est un sceau de plomb du Moyen-Âge, communément appelé bulle équestre. "A l'époque, on scellait les parchemins avec des seaux de cire. Sauf dans le sud, entre la vallée du Rhône et le sud-est du Languedoc, où l'on utilisait du plomb pour les actes exceptionnels. La tradition venait des empereurs romains et avait été reprise par la papauté", raconte Gilbert avec la sagesse d'un grand-père. Ce sceau a alors la valeur d'une carte d'identité pour le seigneur qui en possède la matrice.

D'après les premières recherches, ce seau est le plus ancien jamais découvert. EL/OG
D'après les premières recherches, ce sceau est le plus ancien jamais découvert. EL/OG

Une pièce unique

D'après les recherches de Gilbert et Marlène, il ne resterait que cinq originaux connus de ce type. Il serait remonté à la surface de la terre grâce aux épisodes cévenols et aux labours des sangliers. La chasse et la guerre, activités principales de la seigneurie, y sont représentées de chaque côté. Après validation auprès du président de l’Académie internationale d’héraldique Michel Popoff, la pièce est authentifiée mais pas encore datée. Le cheval qui trotte et la cuirasse s'arrêtant au niveau des coudes laissent penser que cet objet a été conçu avant la cote de maille, qui date du 13e siècle. "Le 12e siècle est le plus probable. C'est antérieur aux autres bulles équestres connues en Europe. Ce serait donc la plus ancienne", conclut Gilbert.

Si cette découverte confidentielle  - qui n’intéresse pas les archives ni les archéologues - a une valeur inestimable, le couple de retraités ne souhaite à aucun prix le monnayer. Il vit pourtant très modestement. Il aimerait simplement être un "passeur". "On a également découvert des pièces d'argent de l'an 4 à Louis Philippe. Ce n'est qu'un millimètre de l'iceberg. Il y a encore de nombreuses choses à creuser. Je n'ai qu'un vœu :  que des passionnés comme nous prennent le relais. Nous habitons dans un cimetière d'éléphant qui a été snobé", confie Gilbert avec émotion.

Eloïse Levesque

 

Etiquette

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

Vous aimeriez aussi

8 réactions sur “FAIT DU JOUR Le trésor caché du château d’Aujac”

  1. et si vous demandiez aux archéologues leur avis au lieu de parler à leur place? nos amis historiens savent eux aussi recouper les sources d’informations…
    si les « passeurs » souhaitent réellement transmettre, ils peuvent faire un don aux archives départementales ou tout simplement rendre cet objet à son propriétaire… car si il a bien été trouvé au château, celui appartient forcément à quelqu’un (la commune?) et donc le mobilier qui est issu de la parcelle lui appartient également

    1. Chère archéologue,
      il faut apprendre à lire : « Les propriétaires viennent de dénicher… ». Les découvreurs sont propriétaires des lieux, votre commentaire est donc mal venu.
      Et où avez-vous lu que les propriétaires voulaient parler à la place des archéologues ? Arrêtez votre procès d’intention, laissez les amateurs d’histoire s’intéresser au patrimoine historique, il y en a si peu.

    2. Bonjour !
      Je voulais réagir à propos du commentaire d’une éventuelle archéologue dont la crédibilité est proportionnelle au contenu de son argumentaire et de son jugement hâtif.

  2. Section 1 : Autorisation de fouilles par l’Etat. Article L531-1

    Nul ne peut effectuer sur un terrain lui appartenant ou appartenant à autrui des fouilles ou des sondages à l’effet de recherches de monuments ou d’objets pouvant intéresser la préhistoire, l’histoire, l’art ou l’archéologie, sans en avoir au préalable obtenu l’autorisation.

    La demande d’autorisation doit être adressée à l’autorité administrative ; elle indique l’endroit exact, la portée générale et la durée approximative des travaux à entreprendre.

    Dans le délai, fixé par voie réglementaire, qui suit cette demande et après avis de l’organisme scientifique consultatif compétent, l’autorité administrative accorde, s’il y a lieu, l’autorisation de fouiller. Elle fixe en même temps les prescriptions suivant lesquelles les recherches devront être réalisées.

    Section 3 : Découvertes fortuites. Article L531-14

    Lorsque, par suite de travaux ou d’un fait quelconque, des monuments, des ruines, substructions, mosaïques, éléments de canalisation antique, vestiges d’habitation ou de sépulture anciennes, des inscriptions ou généralement des objets pouvant intéresser la préhistoire, l’histoire, l’art, l’archéologie ou la numismatique sont mis au jour, l’inventeur de ces vestiges ou objets et le propriétaire de l’immeuble où ils ont été découverts sont tenus d’en faire la déclaration immédiate au maire de la commune, qui doit la transmettre sans délai au préfet. Celui-ci avise l’autorité administrative compétente en matière d’archéologie.

    Si des objets trouvés ont été mis en garde chez un tiers, celui-ci doit faire la même déclaration.

    Le propriétaire de l’immeuble est responsable de la conservation provisoire des monuments, substructions ou vestiges de caractère immobilier découverts sur ses terrains. Le dépositaire des objets assume à leur égard la même responsabilité.

    L’autorité administrative peut faire visiter les lieux où les découvertes ont été faites ainsi que les locaux où les objets ont été déposés et prescrire toutes les mesures utiles pour leur conservation.

  3. Ceci est une splendide découverte, elle mérite effectivement d’être connu et nous ne pouvons que remercier les propriétaires et inventeurs de nous la faire découvrir.

    A Mme l’archéologue: Etes-vous vraiment archéologue ou membre d’une soi disant association qui regroupe des pseudos archéologues qui ne pense qu’a ficher les découvertes fortuites (et autres…) qui sont réalisées par les non professionnels en archéologie? Au lieu de cracher votre venin, vous devriez tout d’abord apprendre à lire et puis plutôt penser à étudier ce genre d’objet. A bon entendeur…

  4. serait-il possible de voir le revers de cette bulle, en quoi serait-elle du XIIeme siècle ? Ce genre de bulle se retrouve dans le premier quart du XIIIe, de toute façon il ne peut s’agir que de Bernard d’Anduze soit le père 1170-1200 soit le fils 1200-1223

  5. Je pense que cette découverte appartient aux Cévennes et donc que la légitimité du Château d’Aujac pour présenter cette découverte n’est pas à démontrer. Quant à ceux qui pense que ce sceau devrait revenir à la famille de son propriétaire j’espère que comme moi il pense que le gouvernement français devrait rendre l’Obélisque à l’Egypte à qui nous l’avons « emprunté »…….

  6. cet objet ne doit pas etre vendu et doit rester au propriétaire du chateau et doit etre rèstitué lors de la vente du chateau aux nouveaux propriétaires, mais il peut etre réquisitionné pour étude pour un temps donné, cet archéologue doit apprendre à lire!!!!vraiment!!!oui ,le revers de cette bulle serait à voir!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close