A la uneActualitésPolitique

ÇA RESTE ENTRE NOUS Les indiscrétions de la semaine

Photo d'illustration : droits réservés.
Photo d'illustration : droits réservés.

Chaque semaine la rédaction vous propose un cocktail d’indiscrétions politiques, culturelles, économiques ou sportives. Restez connectés !  

Un imam nîmois à l'Elysée. Dans quelques jours Hocine Drouiche sera reçu à l'Elysée pour débattre de l'islam et de la radicalisation des jeunes. Adèpte d'un islam "républicain", c'est-à-dire qui s'inscrit dans le cadre des lois de la République, Hocine Drouiche est connu pour s'être prononcé en faveur du développement d'un diplôme universitaire pour les imams qui comprend la maitrise du français. Pour rappel : en France, 1 800 imams sont en fonction et seulement 30% sont de nationalité française. La majorité étant étrangers en détachement, payés par leur pays d'origine.

Centre éducatif fermé : la ville sort de ses gonds. Lundi, à l'occasion des 70 ans de la PJJ (Protection Judiciaire de la Jeunesse), le CEF (Centre Educatif Fermé) a convié la presse et plusieurs acteurs locaux à visiter l'établissement public nîmois. Une sacrée surprise pour la ville de Nîmes qui, selon elle, a été informée de cette visite par la presse. En représailles, la municipalité a suspendu un projet qu'elle était en train de mettre en place avec la PJJ pour prendre certains jeunes du centre en travaux d'intérêt généraux. L'attendrissant cliché du président UDI de Nîmes Métropole Yvan Lachaud expliquant les mathématiques à un jeune n'est sans doute pas étrangère à ce coup de colère...

Les petits soucis de Laurent Burgoa. En ce moment, ce n'est pas la grande forme pour le président du groupe d'opposition Le Bon Sens Républicain au Département. Après le "couac" sur le vote de la taxe sur l'électricité, la conférence de presse sur le Gard en PACA, c'est l'envoi récent à la presse d'un échange de communiqués avec le secrétaire PS de Vauvert qui a fait déborder le vase d'exaspération de la ville de Nîmes. La municipalité lui a demandé de faire profil bas. En politique il y a des jours avec et des jours sans…

Le "vrai tandem" Alary/Delga. Au-delà du fiasco de la Présidence déléguée, la question de fond était se savoir quelle place réserver au Languedoc-Roussillon pour garantir l'équilibre territorial. Selon nos informations, Damien Alary se contentera d'une vice-présidence en charge de l'harmonisation, sur cinq ans, des 600 politiques publiques de la grande région. Le poste présenté comme stratégie, ambitionne de défendre réellement les intérêts des Languedociens.

Lire aussi : FAIT DU JOUR Quels sont les vrais enjeux des Régionales de décembre ?

FAIT DU JOUR Présidence déléguée : une fonction que ne prévoit pas la loi

Finances : le trésorier national du PS en déplacement à Nîmes. Le 28 octobre, le M.Finance du Parti Socialiste se rendra à Nîmes pour remettre les comptes de la fédération PS du Gard à son Premier fédéral Jean Denat. Après l'épisode de la tutelle de Solférino, le PS gardois sera-t-il capable d'écrire une nouvelle page de son histoire ?

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité