Culture

ALÈS « Trust » bouleverse les croyances établies

"Trust" au Cratère ce soir et demain. EL/OG
"Trust" au Cratère ce soir et demain. EL/OG

Hier soir au Cratère, dans une mise en scène très intimiste, les sept comédiens de "Trust" ont réussi à chambouler les mécanismes imposés par la société de la performance. Un sujet où le raccourci est facile et auquel les auteurs échappent avec finesse.

Le choix de la mise en scène annonce la couleur. A son arrivée dans la grande salle du Cratère, le public contourne les sièges de velours noir pour s'installer directement sur scène, resserré sur des petites chaises pliables. Disposées en carré autour d'un espace de jeu nouvellement créé, ces dernières offrent une proximité frontale avec les comédiens. Comédiens et spectateurs ne font qu'un, tous acteurs d'une société hyperconsommatrice.

"Trust" va lui tordre le cou. Avec l'intelligence de l'auto-dérision. Les sept comédiens ont tous le même objectif : être le meilleur. S'oubliant souvent au profit d'un rôle prédéfini. Écrasant le besoin de connaissance comme un vieux chewing-gum usagé. Mais le Moi théorisé par Freud cherche toujours à reprendre sa place. Il rejaillit avec violence ou avec surprise, dérangeant parfois un spectateur cerné par les tabous de la bienséance.

Les comédiens sont très efficaces dans le rôle des fous bien calibrés. Leur rejet de la société financière pourrait être lancinante mais l'humour apporté par le texte de l'allemand Falik Richter apporte la fraîcheur nécessaire à un tel sujet. "Un jour, j'écrirai un livre contre le capitalisme, et tout le monde viendra l'acheter!", lance l'un des personnages, habillé en Zara. En se moquant d'eux, l'auteur s'amuse des pros et des anticapitalistes, parfois aussi ridicules que ceux qu'ils fustigent. Pourtant le message est clair : il s'agit bel et bien de redonner à l'humain sa juste place. Le spectateur a perdu ses repères, le metteur en scène a atteint son but.

Pratique :

"Trust" ce vendredi soir au Cratère à 19h et 21h, et ce samedi soir à 20h30.
Création en août 2014 dans le cadre du festival international de Théâtre de rue d'Aurillac.
Tarifs entre 9 et 14 €.
Durée : 1h30
Groupe Merci, mise en scène de Solange Oswald et Joël Fesel

Etiquette

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité