ActualitésCulture

LE PORTRAIT Mummy’s Gone, du grunge au road movie

Mummy's Gone dans les studios de répétition de Paloma. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
Mummy's Gone dans les studios de répétition de Paloma. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Mummy's Gone est à la base un duo formé en 2012 par Julien et Sébastien. Transformé en trio après l'arrivée du violoniste Nicolas Combis, le groupe aspire à un son moins puissant, et sort un deuxième EP début 2016.

Mummy's Gone est une formation nîmoise qui se frotte aux racines du rock après être passée par son penchant plus brutal. Au départ, Julien, ex chanteur de 10 rue d'la Madeleine, compose quelques morceaux de son côté et les propose à Sébastien, ex batteur de The Mistaken Sons of Alabama. Cinq répétitions, et les voilà sur scène du côté de Nice. "C'était marrant, on n'était pas inquiet du tout. Être deux, cela induit de faire des morceaux plus simples" explique Julien. Au fil des mois qui suivent, les compositions sont affinées, et d'autres viennent s'ajouter. Mais le groupe n'est pas pressé et ne cours pas après la gloire. "On n'a pas 17 ans. Notre démarche, c'est de nous faire plaisir, on a nos vies et on ne cherche pas à en vivre." Il n'en demeure pas moins que Mummy's Gone a des références évidentes qui, assemblées entre elles, donnent un tableau très inspiré.

En toile de fond, le road movie. Des concerts à Lyon, Montpellier, Nîmes et un premier EP, Fall'N Rise sorti en 2014, et voilà que le groupe aspire déjà à d'autres horizons. "J'ai besoin de moins de bruit, d'un retour à la mélodie" lance Julien qui n'a besoin d'aucun artifice pour livrer des sets puissants. Sa voix rauque fait écho à Eddie Vedder, même s'il n'aime pas trop la comparaison, ou à Kurt Cobain, deux chanteurs phares de la scène grunge des années 90. Sa guitare en "open tuning", une folk branchée à une simple distorsion, et le son n'a rien à envier aux quatuors les plus bruyants. "On cherche moins de puissance, plus de profondeur" ajoute Julien, citant Simon and Garfunkel ou Elliott Smith comme nouvelle inspiration. Avec le violoniste Nicolas Combis, Mummy's Gone prend un virage apaisé et s’attèle à produire la bande originale parfaite pour un road movie. "Je n'écoute de la musique que dans ma voiture. C'est là où ça me parle".

Ils publieront leur travail dans un nouvel EP intitulé Old Days à paraître d'ici début 2016. Un extrait publié sur youtube donne le ton et annonce une belle réussite.

Baptiste Manzinali

 

Etiquette

Baptiste Manzinali

Diplômé de l'ESJ, passionné d'actualité en général, musique, football, cinéma, jeux vidéo et civilisations anciennes.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité