Société

ALÈS Ecole des Mines : 50 000 € de don pour des lunettes à réalité virtuelle

Monique Roux, présidente de SOS Rétinite, et l'équipe d'ingénieurs qui travaillent sur le projet. EL/OG
Monique Roux, présidente de SOS Rétinite, et l'équipe d'ingénieurs qui travaillent sur le projet. EL/OG

Ce matin, l'association SOS Rétinite a versé une subvention de 50 000 € à l'Ecole des Mines d'Alès pour accélérer la recherche de lunettes à réalité virtuelle, destinée aux malvoyants. Deux ans de travail sont encore nécessaires avant la commercialisation.

Depuis deux ans, l'Ecole des Mines d'Alès et l'Institut AMARAV, spécialisé dans la rééducation fonctionnelle basse vision à Nîmes, travaillent en collaboration pour mettre au point une innovation adaptée aux différentes pathologies de la rétinite. « Une maladie génétique qui réduit le champ de vision à un canon de fusil », explique Monique Roux, présidente de l'association SOS Rétinite.

Concrètement, il s'agit de lunettes avec lesquelles le malvoyant voit son environnement de manière virtuelle, grâce à une caméra intégrée. Objectif : retirer les parasites extérieurs et notamment la luminosité. « Avec la rétinite, le soleil aveugle. Cet outil diminue la clarté et on aperçoit davantage les contrastes », constate Monique Roux, atteinte depuis 30 ans. L'image pourra également être zoomée et mettra en évidence les obstacles pour mieux les éviter.

Trois ingénieurs travaillent actuellement sur le projet qui est encore au stade de prototype. Deux ans de travail sont encore nécessaires pour un investissement global estimé à 2,5 millions d'euros. L'association SOS Rétinite, qui oeuvre depuis 30 ans pour la recherche, vient de faire un don de 50 000 € à l'Ecole des Mines pour accélérer le dispositif. Cette subvention permettra d'embaucher un chercheur à plein temps pour travailler sur la partie logicielle et matérielle. "Ensuite, il faudra attaquer le mur de l'industrialisation!", martèle Bruno Goubet, directeur de l'Ecole des Mines.

Aujourd'hui, environ 35 000 personnes sont atteintes de rétinite pigmentaire en France, et 1,5 millions dans le monde. Or, "80% des informations passent par la vue", rappelle Monique Roux.

Etiquette

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également

Close
Close