A la uneActualités

FAIT DU JOUR Prat : « après Charlie, on a connu une nouvelle hausse des départs en Syrie »

Le député du Gard Patrice Prat (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Le député du Gard Patrice Prat (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le député socialiste du Gard, membre de la Commission d’enquête sur les filières djihadistes, soutient les décisions prises par le gouvernement après les attentats de Paris et livre des éléments de compréhension du phénomène du terrorisme djihadiste.

Une semaine après les attentats qui ont fait 129 morts et plus de 300 blessés, Patrice Prat estime que « les réponses sont de trois niveaux : national, européen et international. »

« Je préfère la raison sécuritaire à l’emballement sécuritaire »

Au niveau national, « les décisions du Président de la République sont une réponse appropriée en pareille circonstance », affirme le député qui indique soutenir la prorogation de l’état d’urgence à trois mois. « En aucune manière l’état de droit ne signifie l’état de faiblesse », lance Patrice Prat qui « préfère la raison sécuritaire à l’emballement sécuritaire. » En revanche, l’élu se dit « extrêmement sceptique sur le mot ‘guerre’ », utilisé par le gouvernement. « Nous sommes dans un combat de longue haleine contre le terrorisme, on n’est pas en état de guerre, note-t-il. Ce combat, on va le gagner, la démocratie va vaincre, c’est évident. »

A l’échelle européenne, l’élu se fait plus critique et estime que « la solidarité européenne est touchante mais pas suffisante » et appelle à plus de coopération, citant notamment le PNR, le fichier européen des passagers aériens, pas encore adopté. Toujours au niveau européen, « on ne se donne pas les moyens de nos ambitions pour protéger l’Union Européenne contre le salafisme djihadiste » juge le député, qui demande « un contrôle rigoureux, efficace » aux frontières de l’union. Quant à l’international, Patrice Prat salue « des inflexions positives du Président de la République en matière de politique étrangère » comme « le fait de parler avec la Russie et l’Iran, il faut un front plus large, uni pour combattre Daesch, et il faut aussi intégrer dans cette coalition plus de nations arabes. »

« Le mouvement d’adhésion au salafisme djihadiste reste extrêmement fort »

Ayant travaillé sur la question des filières djihadistes, le député gardois appelle à voir le problème sous plusieurs angles : « les racines du mal ne sont pas uniquement sur l’aspect sécuritaire, elles sont plus profondes. On les trouve en partie dans l’histoire des relations internationales, dans notre politique étrangère en particulier au cours des dix dernières années, au sein même de l’Islam, avec au départ un problème ente sunnites et chiites ou encore dans la question israélo-palestinienne qui reste majeure. » Tous ces éléments feraient donc le jeu d’un terrorisme islamiste qui vient aussi de l’intérieur, la plupart des terroristes ayant frappé en France y étant nés. « Il y a aussi une déception quant au sort qu’on réserve dans nos quartiers, pour certains il n’y a pas de lueur d’espoir », affirme Patrice Prat.

Et la situation reste très inquiétante : « après Charlie, on a connu une nouvelle hausse encore plus importante du nombre de départs en Syrie. Le mouvement d’adhésion au salafisme djihadiste reste extrêmement fort malgré notre propagande anti-djihadiste sur internet » déplore le député, qui donne le chiffre de « près de 600 français en Syrie » à l’heure actuelle.

Que faire face à ce phénomène ? Patrice Prat appelle à « la plus grande fermeté contre les imams qui tiennent des discours radicaux », donc à les expulser, « ce que le gouvernement a déjà fait. » Outre cet aspect, « il y a aussi des réponses éducatives, on a à reconquérir nos quartiers, affirme l’élu. Il ne suffira pas de claquer des doigts, ça va être un travail de longue haleine. Dix, quinze, vingt ans d’abandon, on le paye. »

 

Et aussi : 

Le député organise une réunion d'information jeudi prochain à 18h30 à la salle municipale de  Saint-Laurent-des-Arbres, « pour permettre aux gens de poser des questions, de comprendre, d'exorciser leurs peurs » explique Patrice Prat, le tout dans un « message d'unité. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “FAIT DU JOUR Prat : « après Charlie, on a connu une nouvelle hausse des départs en Syrie »”

  1. il est temps de faire le ménage dans les lieux de culte et leurs imams aux discours ambigus. les racines du mal sont aussi là dedans et dans l’éducations des jeunes. le problème du chômage ne doit pas être une excuse à des dérives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité