A la uneActualitésEconomieL'Eco du Mardi

L’ECO DU MARDI Un bilan 2015 globalement rassurant

 

(Photo J.-M.C.)
Le secteur de la construction, en grande défaillance, semble s'être stabilisé. On entrevoit même une reprise totale pour 2016. (Photo J.-M.C.).

Comme chaque semaine, l'Éco du mardi - en partenariat avec les CCI Nîmes et Alès - vous propose un zoom sur une activité économique du département. Chaque mardi de ce mois de décembre, retrouvez un sujet sur le thème du commerce en cette fin d'année 2015. Cette semaine, les perspectives économiques gardoises.

Le Gard a connu des années difficiles et les fêtes de fin d'année ne remontent pas toujours le moral des acteurs économiques. 2015 semble être le début de quelque chose. Si le retour à la normale n'est pas encore à l'ordre du jour, la situation se stabilise.

"Malgré un premier semestre moins bon que ce qui avait été envisagé, une embellie se profile à l’horizon" évoque Henry Douais, le président de la CCI de Nîmes. D’un vif coup d’œil et d’une manière générale pour l'ensemble du département et des entreprises, entre le premier semestre et le second semestre 2015, les chiffre d’affaires des sociétés gardoises sont à la hausse, tout comme la trésorerie et les effectifs salariés. L’investissement lui, demeure stable. Voilà de quoi rassurer les plus inquiets.

Le volume d’activité et le chiffre d’affaires devraient progresser sur la fin d’année mais la santé des entreprises reste en berne. Si la conjoncture économique s’améliore et les indicateurs se redressent nettement, certains restent dans le rouge. Les signes d’une reprise franche ne sont pas encore là, mais le graal n'est pas si loin.

Rien qu’en terme de créations d’entreprises, l’année ne sera pas si mauvaise que cela. Lors du premier semestre. 2015, le Gard comptait 3 496 entreprises créées soit une baisse de 6,1% par rapport au premier semestre 2014. Du côté des défaillances d’entreprises par contre, le premier semestre 2015 en dénombrait 382 ce qui représente une baisse de 14,4% par rapport au premier semestre 2014.

Le secteur du commerce se stabilise et c’est l’industrie qui marque une des plus grandes avancées. Les carnets de commandes, bien mieux remplis, offrent une plus grande visibilité et stimulent les investissements. La visibilité est passée de 2 à 5 mois en l’espace d’un semestre.

70% des industriels estiment que la santé de leur entreprise a cessé de se dégrader et retrouvent des perspectives dans un climat jugé plus favorable, comme semble le confirmer l’amélioration des carnets de commandes.

L’activité dans le secteur de la construction semble s’être aussi stabilisée durant le premier semestre 2015. Près de 48% des chefs d’entreprises régionaux estiment ainsi avoir évolué au sein d’un environnement économique plus favorable, qui a induit une moindre dégradation de leur volume d’activité et de leur chiffre d’affaires, toujours en recul pour 35,2% des chefs d’entreprise.

Mais c’est bien la branche des services qui décroche la timbale avec la meilleure situation économique. Le volume d’activité progresse nettement, de même que le chiffre d’affaires, poussés par la croissance de la demande intérieure. Ce regain d’activité stimule les embauches.

 Pour Alès, l'optimisme est de mise

Si les chiffres ne sont pas décoiffant, du côté d’Alès, l’émergence de tendances favorables dans le secteur des services semble conforter la dynamique à l’œuvre. Le commerce, en dépit de résultats encore sensibles, fait également montre d’un sursaut d’activité qui semble préfigurer le retour massif de la clientèle.

En souffrance depuis plusieurs mois, la construction témoigne de signes incontestables d’amélioration. Seule l’industrie ne prend pas la vague de la reprise et marque encore le pas avec des résultats en retrait. L’emploi et les investissements quittent donc la zone de turbulence et présentent des signes plus positifs qui laissent présager d’un retour prochain à la stabilité.

Comme pour Nîmes, entre le premier semestre et le seconde semestre 2015, les chiffre d’affaires des entreprises sont en hausse, tout comme la trésorerie et les effectifs salariés. L’investissement lui, demeure stable.

L’industrie alésienne ne profite guère du regain d’activité ressenti au niveau national et s’enferme dans une conjoncture difficile. Bien que les carnets de commandes soient encore à un niveau jugé normal pour près de 65% des professionnels, ils tendent à se dégarnir.

Dans le secteur de la construction, le bassin alésien ne fait pas défaut à l’ambiance générale et on note également une nouvelle contraction des marges et des prix de vente contenus dans un contexte de concurrence exacerbée.

Pour le secteur des services, après une fin d’année 2014 plutôt morose, l’activité présente un ensemble d’indicateurs en amélioration notable pour 2015. Les tendances s’améliorent nettement sur le premier semestre pour la quasi majorité des dirigeants interrogés, témoignant d’un climat des affaires de meilleure tenue et incontestablement plus porteur au sein d’un environnement économique plus stable.

Ces bons chiffres gardois montrent le bout du tunnel et préparent les entreprises à une bonne année 2016.

 

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 34 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité