A la uneActualitésPolitique

FAIT DU JOUR Régionales : FN en tête, gauche qui résiste et droite en souffrance

Julien Sanchez (Front National), Fabrice Verdier (Parti Socialiste-PRG) et Christophe Rivenq (Les Républicains-UDI). Photo : Objectif Gard.
Julien Sanchez (Front National), Fabrice Verdier (Parti Socialiste-PRG) et Christophe Rivenq (Les Républicains-UDI). Photo : Objectif Gard.

En Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées comme dans le Gard, le Front National est arrivé en tête avec 32% des suffrages (40% dans le Département). Surprise de ce premier tour : le mauvais score du candidat Les Républicains-UDI (18%) qui donne à la gauche (25% pour le PS et 10% pour EELV-Front de Gauche) l'espoir de conserver son fief. 

Un scrutin et une surprise : la liste Les Républicains-UDI à la peine. Hier soir à l'occasion du premier tour des élections régionales, le Front National est arrivé en tête des suffrages, comme le prédisaient depuis plusieurs semaines les intentions de vote. Seulement, il y a une autre tendance que, visiblement, les sondeurs n'avaient pas prévue : la dégringolade de la droite.

Julien Sanchez, maire FN de Beaucaire et tête de liste FN dans le Gard pour les Régionales. Photo : Coralie Mollaret.
Julien Sanchez, maire FN de Beaucaire et tête de liste FN dans le Gard pour les Régionales. Photo : Coralie Mollaret.

Avec un peu plus de 18%, le candidat Dominique Reynié se place en troisième position, derrière la socialiste Carole Delga. Une situation qui permet au FN de se poser comme "seule alternative à la gauche" : "avec 14 points d'avance, qui peut battre le Parti Socialiste à part le Front National ? (…) Notre score est plutôt positif, si les électeurs veulent l'alternative, Louis Aliot est le seul capable de battre la gauche (…) Essayez-nous, à Beaucaire le FN a fait 60% au premier tour des Régionales, preuve que l'on ne torture pas les gens", scande Julien Sanchez, tête de liste FN dans le Gard.

Christophe Rivenq, . Photo : Coralie Mollaret.
Christophe Rivenq, tête de liste Les Républicains UDI dans le Gard. Photo : Coralie Mollaret.

Même dans le Gard, la droite - qui détient pourtant Nîmes et Alès - est dépassée : outre Louis Aliot (Front national) qui obtient 40,64 %, Carole Delga (17,84 %) dépasse de peu Dominique Reynié (17,25 %). Tout un symbole. La tête de liste Les Républicains-UDI dans le Gard Christophe Rivenq espérait "arriver en deuxième (…) Il y a plusieurs explications à ce résultat : l'arrêt de la campagne après les attentats nous a porté préjudice (…) Nous ne pouvions pas faire campagne alors que Damien Alary, en sa qualité de président de Région, se baladait avec le chéquier à la main pour financer les projets des collectivités (…) Enfin, le Front National a joué sur la crainte. Moi, je me bats pour la Région qui a la compétence du développement économique, des lycées, des transports… Elle n'a aucun pouvoir en matière d''immigration ou de la politique sécuritaire ! Nos propositions sur le sujet viendront bientôt lors de la Présidentielle ou des législatives. Mais là, nous ne devons pas nous tromper d'élection". Enfin, il est à noter que les attaques répétées de la part des Républicains contre leur candidat "ne nous a pas aidées", avoue Christophe Rivenq.

Le député de la 4e circonscription du Gard Fabrice Verdier (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Le député et numéro 3 sur la liste PS-PRG Gard, Fabrice Verdier,(Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

De l'autre côté de l'échiquier politique, à gauche, l'heure est à l'espéranceLe numéro 3 sur la liste PS-PRG Gard, Fabrice Verdier, estime que la gauche est "en capacité de l'emporter". Comment ? Grâce au report des voix des autres listes de gauche : "nous invitons à un rassemblement de toute la gauche : Christophe Cavard (le Bien Commun), Gérard Onesta (Nouveau Monde), Gilles Fabre (Nouvelle Donne) et Philippe Saurel (Citoyens du Midi). Nous pouvons trouver un projet commun. (…) Aujourd'hui, la droite n'a pas de réserve de voix et il ne reste que deux options : Carole Delga ou le FN".

Hier soir au cercle de l'avenir. Photo : Anthony Maurin.
Hier soir au cercle de l'avenir. Photo : Anthony Maurin.

La liste Front de Gauche-EELV qui flirte avec les 10% arrive en quatrième position. Hier soir, dans leur fief au cercle de l'avenir, pas de tintement de verres trinqués, pas de sourire en façade mais un espoir qui renaît peu à peu sur les cendres d’une division qui a trop longtemps coûté à cette frange politique. Vincent Bouget, tête de liste gardoise Front de Gauche-EELV se dit "déçu" : "Face à un FN très enraciné, le vote utile a manifestement été important et a permis au PS de se maintenir. Notre rassemblement nous permet de résister mais nous ne sommes pas satisfaits des scores". Qu'ils soit en situation de se maintenir ou non, le Front de Gauche-EELV travaille déjà à l'union entre les deux tous avec le PS : "Nous ne laisserons pas la Région au FN ! Nous travaillons à la fusion et dans ce rassemblement à gauche, nous aurons des exigences".

Le maire du Vigan Éric Doulcier, tête de liste dans le Gard Citoyens du Midi. À droite, le maire de Montpellier, Philippe Saurel. Photo : Coralie Mollaret.
Le maire du Vigan Éric Doulcier, tête de liste dans le Gard Citoyens du Midi. À droite, le maire de Montpellier, Philippe Saurel. Photo : Coralie Mollaret.

"Déçu" également, Eric Doulcier, tête de liste Les Citoyens du Midi dans le Gard. La liste de Philipe Saurel n'a recueilli selon les estimations que 5% des suffrages, juste de quoi se voir rembourser ses frais de campagne. "Le Front National grignote de l'espace politique d'élection en élection. Les attentas n'y sont pas pour rien", explique le maire du Vigan. Concernant "un éventuel rassemblement avec les socialistes : notre décision n'est pas prise, et l'on s'exprimera demain après en avoir discuté entre nous. Notre objectif est clair : que la Région ne tombe pas aux mains du FN".

Christophe Cavard veut poursuivre la belle aventure de la liste "Le Bien Commun". Photo Anthony : Maurin : ObjectifGard)
Christophe Cavard veut poursuivre la belle aventure de la liste "Le Bien Commun". Photo Anthony : Maurin : ObjectifGard)

Enfin, dernier candidat à gauche : le député ex-EELV et tête de liste pour les Régionales Christophe Cavard qui a obtenu 1,70% des voix. Le Nîmois qui reconnaît que les " les chiffres ne sont pas foncièrement bons" appelle fermement "à ne pas voter FN. Le Front National ne doit pas avoir une once de chance de gagner notre Région ! Il faut qu’une majorité diverse à gauche remporte l’élection. Onesta aura des difficultés à devenir Président de la Région donc je souhaite que Delga gagne, nous serons à ses côtés et nous verrons quelle place nous prendrons dans cette lutte".

Les candidats à la présidence de la Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées doivent déposer, ce mardi à 18 heures, leur liste pour le second tour des Régionales. Le compte à rebours est enclenché…

Lire aussiRÉGIONALES En direct 1er tour : Louis ALIOT (FN) réalise plus de 40% dans le Gard

RÉGIONALES En direct 1er tour : Les résultats commune par commune du Gard !

RÉGIONALES Gard : les socialistes pas mécontents du score de Delga

Eloïse Levesque, Anthony Maurin et Coralie Mollaret

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

8 réactions sur “FAIT DU JOUR Régionales : FN en tête, gauche qui résiste et droite en souffrance”

  1. Voilà le résultat de dizaine d’années d’inaction et d’endettement de nos communes (ou de transfert de dette entre Nîmes et Nîmes agglo).
    Le pire, c’est que cela n’est pas prêt de s’arrétêr quand on voit le musée de la romanité qui va couter près de 100M€ !

    La politique communautariste de la bande à Fournier qui au lendemain des élections a recruté à outrance pour ses ASVP est sanctionnée ! La politique de centre mou, digne de Bayrou, les nîmois n’en veulent plus ! Jamais une ville de droite n’a autant soutenu le social !

  2. Le FN obtient un score alarmant dans la nouvelle région Languedoc Roussillon Midi Pyrénées avec plus de 30% et plus encore dans la partie Languedoc Roussillon par rapport à 2010, quand la majorité régionale sortante chute lourdement comme dans le Gard avec un recul de 18.38% par rapport au total des voix Frêche / PS en 2010.
    Il en est de même pour l’alliance EELV / FDG qui perd 9.76% sur le total des deux partis en 2010 quand e FN frôle les 40%.
    Et à Nîmes où le taux de participation reste au niveau de 2010 alors qu’il progresse partout ailleurs, D Alary perd 15.68% par rapport à 2010 et EELV/FDG 10.09% quand le FN gagne près de 20% avec 33.48%. Ces résultats confirment malheureusement qu’un grand nombre d’électeurs choisit le pire en votant FN et qu’il convient de cesser de le nier.
    P Saurel en dessous des 5% est loin des 10% qu’il visait pour cause de ne pas être passé du discours citoyen à l’acte dans les faits.
    Le faible résultat de C. Cavard (2.26%) en mission pour contrer la liste Onesta témoigne que les électeurs ne veulent pas de ces petits calculs « d’arrière-boutique « .
    Quant à Nouvelle Donne, ce nouveau parti paye une posture tournée essentiellement vers la seule opposition au pouvoir actuel.
    Inquiétant aussi le score de la droite républicaine LR/UDI qui cède, elle aussi, dangereusement du terrain au FN.
    Il ne pouvait en être autrement tant les signes avant-coureur, que les partis traditionnels refusent obstinément de prendre en compte, annonçaient cette déroute. En excluant les possibilités d’ouverture comme avait su le faire Georges Frêche et en particulier au mouvement citoyen, la majorité sortante a commis une faute considérable.
    Bien entendu, il y a dimanche prochain où tout doit être fait pour empêcher l’élection du FN. Pour autant rien n’est plus urgent que de s’engager à redessiner les contours de la politique pour en finir avec les clivages stériles afin qu’elle donne une image plus attrayante à la jeunesse en tout premier lieu. Entendre ce soir les leaders des partis justifier la situation en se renvoyant la responsabilité, renforce cette urgence.
    Pour TPNA
    Jean-Paul Boré

  3. Donc la démocratie en France est réduite à tu t’exprime au premier tour puis si le résultat ne nous plaît pas nous nous organisons pour faire elire celui pour qui tu aurais du voter !!
    Au passage nous t’expliquerons que ton vote est un vote de contestation que l’autre liste est la liste du bien.
    Pauvre France, Pauvre politique. Le pire dans tout cela c’est que l’on se permet de faire des leçons de démocratie dans le monde .

  4. faut pas s’étonner du score du FN quand on voit la composition de la liste de la droite qui fait rire et quand on se souvient comment valls a acheté pissas avec l’argent du contribuable pour que le département reste à gauche

  5. Le problème avec le FN c’est que sa faction historique , tendance J-M Le Pen, Bruno Goldsmith.., toujours à l’oeuvre, est représentative de cette idéologie néo fascisante, raciste, xénophobe et antisémite. Elle a ses références historiques chez Maurras, les partisans de l’OAS et les tenants de la Collaboration. Certes tout cela est loin mais l’histoire , en temps de crise, repasse malheureusement les plats les plus nauséabonds. Parmi les électeurs de base visiblement on trouve de tout et dans tous les milieux , des déclassés aux plus riches. Tous ne sont pas racistes, xénophobes, fachos etc…mais quand on discute un peu avec certains , ils font un peu peur parce que leurs discours simplistes est ultra par rapport à celui des dirigeants du FN. Il fut un temps où « le FN disait tout haut ce que les gens pensaient tout bas »; aujourd’hui  » les gens, enfin une partie d’entre-eux, disent très haut ce que les dirigeants du FN disent tout bas ou n’osent même pas dire ». Le mal est profond et le pire est à venir.

  6. Que voulez vous!!
    Le FN ramasse à la pelle les voix sans rien faire profitant du contexte national généré par la politique socialiste.
    Les socialos eux mêmes aux commandes dans la région distribuent là aussi à la pelle en période électorale les subventions pour faire déboucher comme par hasard des projets!!!!

    Je pense que la loi devrait intervenir pour fixer un temps avant les élections pendant lequel les décideurs des collectivités (forcement en période électorale…) devraient geler les opérations d’envergures et encore plus leurs communications médiatiques.

  7. Aucune surprise dans ce résultat malheureusement. Les Républicains ont mis en place une liste bidouillée jusqu’à la dernière minute. A force de servir un plat réchauffé qui en devient avarié il ne faut pas s’étonner que les électeurs de droite aillent voir ailleurs. Quel bien pour FOURNIER et toute la bande, rivés uniquement sur Nîmes, abandonnant le reste du département aux petites baronnies locales que les gens ne veulent plus. Un peu de courage, de têtes neuves, d’ambition et un programme véritablement de droite. Après les grands discours du haut des arènes par toute la clique n’a aucun intérêt. Messieurs allez à l’intérieur des terres, écoutez votre base, et vous verres. Venez voir du côté du canton d’Aigues-Mortes, du Grau du Roi, de Saint Laurent d’Aigouze, on est loin des propos d’Eddy Valadier responsable avec la belle fille de l’ex député Pascale Mourrut de cette raclée magistrale avec en moyenne 50% pour le FN. Alors un peu de courage, d’humilité…..sinon à ce rythme c’est tout le gard qui va sombrer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité