ActualitésPolitique

RÉGIONALES Trois questions à Vincent Bouget, chef de file Front de Gauche-EELV dans le Gard

Vicent Bouget, ex-tête de liste (Front de Gauche-EELV) dans le Gard pour le premier tour des Régionales. Il est par ailleurs secrétaire départemental du PCF gardois. Photo : Thierry Allard.
Vicent Bouget, ex-tête de liste (Front de Gauche-EELV) dans le Gard pour le premier tour des Régionales. Il est par ailleurs secrétaire départemental du PCF gardois. Photo : Thierry Allard.

Face au Front National, les listes de Delga (PS-PRG) et Onesta (Front de Gauche-EELV) ont fusionné pour le second tour en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Dans le Gard, deux candidats Nouveau Monde sont en position éligible. Vincent Bouget, ex-tête de liste gardoise, répond à Objectif Gard.

Objectif Gard : Après avoir tapé à bras raccourcis sur le Parti Socialiste, vous vous ralliez à lui. Comment le justifier auprès des électeurs ?

Vincent Bouget : Ce n'est pas un ralliement. Nous venons dans cette fusion parce qu'il y a une réelle menace Front National (31% au premier tour). C'est la seule chose à faire pour battre le parti de Marine Le Pen. Notre décision n'est en aucun cas un quitus donné au gouvernement Hollande ! Nous ne nous sommes pas engagés dans une solidarité de gestion avec Carole Delga, d'ailleurs nous n'avons pas eu de discussions sur la composition de l'exécutif. La seule chose d'actée : notre liberté de décision dans la future assemblée. Concernant le programme, nous avons fait pression pour que des engagements soient pris en faveur du maintien des services publics dans les territoires. Cela passe par la réouverture de la ligne ferroviaire de la rive droite du Rhône, de la ligne Alès/Bessèges ou de la remise en service du train cévenol (ligne Clermont-Ferrand/Nîmes).

Dans le Gard, deux de vos candidats sont éligibles. Face à l'urgence de la situation,  êtes-vous satisfaits de ces accords ?

Ce chiffre est fondé sur nos résultats au premier tour. Dans la future Région, la liste Nouveau Monde devrait obtenir une vingtaine d'élus, dont 11 pour le Front de Gauche.

Tête de liste au premier tour, vous vous retrouvez en 19eme position. Pourquoi ?

C'est un choix personnel et politique. Si j'avais été élu au conseil régional, je n'aurai pas pu être aussi présent dans le Gard (Vincent Bouget est secrétaire départemental du PCF, NDLR). Je suis également professeur d'histoire et j'ai deux petites filles qui ont 2 et 5 ans. J'aurai eu du mal à concilier tout cela. Je ne dis pas que je ne souhaite pas être élu, mais mon engagement prend en compte certaines réalités.

Question bonus : le fait que vous soyez en 19eme position ne résulte donc pas du fait que M.Gibelin (PCF) soit, lui, en troisième position ?

Non. Il faut rappeler que Jean-Luc Gibelin est membre de la direction nationale du PCF et était chef de file aux côtés de Marie Pierre Vieu dans la Région. C'est un homme très compétent, originaire de Salindres, qui est directeur d'hôpital à Sète. Moi, je dois être là où je serais le plus efficace. Tel est le but de mon engagement politique.

Lire aussiRÉGIONALES Fusion de la Gauche : la liste du Gard pour le second tour

Propos recuillis par Coralie Mollaret

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

9 réactions sur “RÉGIONALES Trois questions à Vincent Bouget, chef de file Front de Gauche-EELV dans le Gard”

  1. on croit rêver, un tête de liste gardois qui vient dire 2 jours après le 1er tour qu’il aura du mal à concilier vue politique et vie personnelle. comment voulez vous que les électeurs fassent confiance aux politiques, comment construire une vraie alternative quand on a ce genre de propos contradictoires ? et après on s’étonne !!!

  2. Plutôt honnête comme analyse. C’est un accord technique à finalité anti FN pour éviter le pire. Pour le reste l’Union sera un combat s’ils gardent la Région à gauche. Ce qui n’est pas acquis .

  3. Je trouve cette position courageuse et surtout désintéressé, beaucoup sont très interrogatifs et moi aussi comment tout assumer. La on a un dirigeant de premier rang qui va dans ce sens et on critique c’est surprenant. De plus les communistes ont besoin de lui pour animer la fédération et mener le combat. Au vu des résultats notamment dans notre département on a du boulot pour combattre le FN et construire une alternative aux politiques d’austérité.

  4. Au PCF ils ont aussi leurs alimentaires. L’argument familial de Bouget c’est pipo!: soit on lui a demandé de se retirer pour un baron du PCF (ou doit-on dire commissaire politique, ça fait plus prolétarien), soit Bouget ne voulait pas trop se mouiller avec le PS, ses militants auraient pu lui reprocher d’aller à la soupe alors qu’à la base,ils sont anti-socialistes primaires. Après lui et les cadres peuvent dirent ce qu’ils veulent, le temps où les gens prenait ce qui était écrit dans la Pravda comme une vérité révélée, c’est fini!

  5. ils sont vraiment impayables ces cocos donc mr bouget s’aperçoit après avoir été tête de liste qu’il a une famille et un job de prof (pauvres gosses, vu le temps passé à faire de la politique)d’ailleurs et si il bossait dans le privé trouverait-l le temps de militer ?

  6. Les motivations familiales ne sont pas à exclure mais il est probable que sa position en retrait soit plus politique. Pour une fois qu’un politique ne joue pas des coudes pour être élu. On ne va pas lui reprocher. Que dire alors de Verdier ou Rivenq qui sont des cumulards en position éligible malgré leur boulot actuel soit disant très accaparant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité