A la uneActualitésPolitique

RÉGIONALES Victoire de la gauche : les réactions de vos responsables politiques

La socialiste Carole Delga a été élue hier présidente de la grande région avec plus de 44% des suffrages. Photo : Eloïse Levesque.
La socialiste Carole Delga a été élue hier présidente de la grande région avec plus de 44% des suffrages. Photo : Eloïse Levesque.

Dimanche pour le second tour des Régionales, la gauche unie est arrivée en tête avec 44% des suffrages. Le Front National confirme son score du premier tour en récoltant 35%… Au grand dam d'une droite affaiblie avec 20%. 

Dominique Reynié, candidat Les Républicains UDI à la présidence de la Région : "Ce jour, 13 décembre, je veux d’abord saluer la mémoire des 130 victimes de l’abomination terroriste, assassinées il y a un mois, jour pour jour. La hausse de la participation enregistrée aujourd’hui témoigne d’un sentiment civique que les tragiques événements ne sont pas parvenus à affaiblir et qu’ils ont peut-être même renforcé. Soyons en fiers ! Le maintien de notre liste au second tour a permis le débat de l’entre-deux-tours, a favorisé une meilleure mobilisation de notre électorat et rendra possible une meilleure représentation des électeurs au sein du Conseil régional. (…) Au terme de ce scrutin, je félicite Madame Carole Delga pour sa victoire. Cependant, ne simplifions pas le résultat. La situation est plus paradoxale et plus ambigüe qu’il n’y paraît. Ceux qui s’apprêtent à gouverner la région n’ont pas réussi à convaincre la majorité des électeurs. Chez nous, une fois de plus, comme lors des élections départementales de mars, c’est bien le vote Front national qui permet à la gauche de conserver le pouvoir tandis qu’elle a perdu la majorité des suffrages. J’espère que le Parti socialiste et ses alliés très divers auront la capacité de s’entendre pour défendre et promouvoir l’intérêt de notre belle région ainsi que celui des femmes et des hommes qui y vivent et y travaillent dur. Comme nous l’avons dit tout au long de notre campagne, ceux qui ont été désignés ce soir se retrouvent face à une énorme responsabilité. (…) Je vais réunir mes colistiers élus afin de convenir ensemble de notre rôle et de notre action au sein du conseil régional ainsi que des treize départements de notre nouvelle région. Devant les défis qui se présentent à nous tous, l’avenir est affaire de volonté, de rigueur, de courage et de sincérité. L’avenir nous appartient".

Philippe Saurel, ex-candidat Citoyens du Midi pour la présidence de la Région : "Je me réjouis de cette grande victoire nationale face à l’extrême droite. Et je remercie les Montpelliérains et les habitants de la Métropole pour leur mobilisation. Une forte majorité de mes électeurs ont entendu mon appel. J’avais indiqué que je resterai fidèle au socialisme. Madame Delga que je félicite, à désormais une grande responsabilité face aux citoyens du Languedoc-Roussillon et de la Métropole de Montpellier. C’est la ville de Montpellier et les 30 communes de sa Métropole qui lui apportent le meilleur pourcentage en Languedoc-Roussillon et deviennent le seul rempart solide contre le Front National dans le département de l’Hérault. Je ne doute pas qu’elle saura défendre avec équité l’ensemble du territoire régional".

Françoise Dumas, députée PS du Gard : "Une femme, une région, de nouveaux défis. J’adresse mes plus sincères félicitations à Carole Delga pour cette belle campagne et victoire méritée. Aujourd’hui, une nouvelle histoire s’écrit, celle d’une nouvelle région de gauche. Nous devons tirer les enseignements des résultats du premier tour. Et je ne peux m’empêcher de penser à celles et ceux qui étaient contre cette fusion. Je leur dis heureusement que nous sommes avec nos amis de Midi-Pyrénées, car nous aurions dû combattre encore plus fort contre le FN. Je me réjouis de la victoire d’une femme, la seule dans notre pays ! Une femme jeune qui entend aujourd’hui renouveler les pratiques politiques. Elle me trouvera à ses côtés pour cela comme pour l’ensemble des défis que nous aurons à relever pour faire vivre et développer cette nouvelle région, pour continuer à la rendre attractive et pour maintenir  des services publics de qualité et de proximité".

Catherine Bernié-Boissard, conseillère municipale : "La gauche unie dans sa diversité et les écologistes sont le seul rempart à la domination d’un Front national qui confirme sa prééminence à droite à Nîmes. Que d’occasions perdues de le montrer depuis les municipales de 2014 ! Quant à la droite LR/UDI, qui vient de faire adopter son mauvais budget 2016 pour la ville de Nîmes, elle devrait bien réfléchir changer d’orientation car MM. Fournier, Proust et Lachaud sont minoritaires au chef-lieu du département. Il faut reconstruire la gauche, la rassembler et l’unir".

Denis Bouad, président du Département du Gard : " Je suis satisfait que cette campagne se conclut par la victoire de Carole Delga. Elle sera la présidente qui incarnera cette nouvelle région et je sais que nous travaillerons en totale confiance. C’est une force supplémentaire pour le Gard. Nous ne devons plus perdre une minute pour nous mettre au travail. Je vais lui proposer de réunir rapidement les 13 présidents des conseils départementaux qui composent la grande région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrènes pour définir les relations entre la nouvelle région et les territoires".

Vincent Bouget, secrétaire départemental du PCF du Gard : "Il faut d'abord saluer le sursaut citoyen qui a eu lieu dans ce deuxième tour et qui a fait obstacle à la prise de pouvoir par le FN de régions en France. Le rassemblement des listes Delga et Onesta a permis d'écarter le danger de l'extrême-droite et de donner la victoire à la liste « Notre Sud En Commun ». Les communistes se sont engagés pleinement dans la construction d'un large rassemblement alternatif au premier tour et ont pris toutes leurs responsabilités au second pour permettre cette victoire. Pour autant, on ne peut se satisfaire de la situation et si nous avons évité de donner une position de force supplémentaire au FN, nous ne pouvons que constater l'ampleur de la crise politique dans laquelle nous sommes, le progrès et l'enracinement des idées d'extrême-droite dans le pays et particulièrement dans notre région et dans notre département du Gard. Les politiques économiques et sociales menées depuis trop d'années créent un terreau favorable à la progression de l'extrême droite : pauvreté, inégalités, injustices, précarité, mépris des revendications sociales... Sur ce terreau prospèrent les idées d'extrême-droite. La droite en banalisant les idées d'extrême-droite, et le gouvernement socialiste, en abandonnant la gauche, ont une responsabilité immense dans cet état de fait. Et nous, PCF, FDG, nous ne sommes pas parvenus à faire entendre une autre voix. Face à ce vote, au ressort profondément politique, il ne s'agira pas seulement de bien gérer la région. La gauche est au pied du mur, le front de gauche et le PCF avec. Si nous n'engageons pas la bataille des idées, en ne cédant rien sur les valeurs qui font la gauche, si nous ne ré enchantons pas la politique, si nous ne sommes pas capables de construire avec les citoyens un projet neuf de progrès social, si nous n'arrivons pas à imposer des actes de rupture avec l'ordre néo-libéral, alors nous ne serons pas en mesure d'affronter les enjeux politiques qui se posent aujourd'hui, et qui se poseront encore plus durement demain. Dans le Gard, c'est la tâche politique essentielle à laquelle les communistes doivent s'atteler".

Patrick Malavieille, conseiller départemental et maire de la Grand'Combe : "C'est avec une très grande satisfaction que je prends connaissance des résultats de la ville de La Grand'Combe où Carole DELGA avec 910 voix soit 53,34 % arrive en tête dans les 7 bureaux de la commune. La démonstration est faite que lorsque la Gauche se rassemble, elle gagne. Le candidat du Font National avec 582 voix soit 34,11 % arrive en 2ème position tandis que Dominique REYNIE avec 214 voix réalise 12,54 %. Sur le canton de La Grand'Combe, Carole DELGA obtient 51,36 % et arrive en tête dans 23 communes sur 28".

Yvan Lachaud, président de l'UDI du Gard : "Comment pour une gauche nationalement aux abois, et portant localement l’échec de sa politique régionale,  est-il possible d’arriver à remporter la région ? Tout simplement en transformant le scrutin en un référendum pour ou contre le FN, et en détournant les électeurs du débat d’idées et d’orientations. Il est temps pour notre famille politique, de refuser la bi polarisation imposée par nos institutions et par François Hollande. Avec Dominique Reynié, nous portions un programme ambitieux, à la hauteur des enjeux de notre nouvelle grande région et fidèle à nos valeurs, et le résultat de notre liste est une déception. Dans le Gard, les électeurs ont fait par leur voix portées au Front National, entendre leur déception vis-à-vis des choix politiques de ces dernières années, et de leur envie d’un profond changement dans la façon de faire de la politique. L’UDI du Gard regrette de ne pas avoir pour les six prochaines années, de conseillers régionaux qui représenteront les valeurs de notre famille politique, au premier rang duquel Julien Devèze. Nous félicitons les élus de la liste menée par Dominique Reynié et nous comptons sur eux pour défendre nos idées et orientations au Conseil Régional".

Julien Devèze, ex-candidat UDI aux Régionales : "Je crains malheureusement que le scrutin ne laisse qu'une grande partie des électeurs frustrés. Une fois de plus, beaucoup de Présidents de région auront été élus par défaut. Non pas sur leur personnalité, ou leur équipe. Ne parlons pas du projet. Ni même de leur étiquette. Ils auront été élus pour empêcher un autre d'être Président. Cela doit amener les gagnants à beaucoup d'humilité. Je souhaite que Madame Delga soit capable d'entendre ses élus d'opposition, et qu'elle mènera une politique avant tout basée sur l'intérêt général et non sur d'obscures motivations politiciennes. Je félicite Christophe Rivenq et nos amis colistiers qui représenteront l'opposition démocrate et républicaine dans le Gard, et je sais qu'ils mèneront une opposition constructive, qui permettra à notre département de sortir des ornières politiciennes. Je voudrais enfin, remercier Dominique Reynié et lui dire à quel point ses colistiers, ses militants, ses sympathisants, attendent de lui, malgré la défaite. Nous ne sommes pas déçus du résultat car nous avons enfin trouvé dans cette région un leader d'envergure. Je ne doute pas qu'il incarnera, en tant que leader de l'opposition régionale, cette volonté de construire qu'attendent nos concitoyens. Cher Dominique, nous te donnons rendez-vous dans cinq ans. D'ici là, au delà de la scène régionale, je compte sur toi, comme sur des milliers de nos concitoyens qui sont fatigués de ce système politique absurde pour participer à la révolution citoyenne dont ce pays a besoin. (...) Vous le savez, cela fait maintenant 10 ans qu'au sein des mouvements centristes j'appelle à l'avénement d'un système politique plus juste, et plus à même de réformer équitablement notre pays. Je crains que la période qui s'ouvre d'ici 2017 ne soit la dernière où nous pourrons réformer notre pays démocratiquement avant qu'il ne s'abîme définitivement dans la division... voire la sédition. (...) Nous sommes la France et sa démocratie. Réunies, diverse, engagée, politique, réformatrice, et consciente de sa force".

Richard Tibérino, secrétaire départemental adjoint Les Républicains du Gard : "Les Républicains savent rester humbles quand il y a une victoire. En cette soirée mitigée au niveau des résultats nous gardons l'espoir pour les échéances à venir. En tous les cas le message de la France en colère a été entendu".

Thierry Procida, délégué départemental : "Le département du Gard se distingue une fois de plus par un vote en progression, du Front National. Je le regrette d’autant plus que la liste d’union de la droite défendait un idéal de valeurs intrinsèquement ancrées dans mes gènes. L’élu de terrain que je suis a pu régulièrement mesurer l’exaspération des concitoyens qui subissent une politique désastreuse de ce gouvernement. Si le pire a été évité de justesse, il n’en demeure pas moins que nous devons rester vigilants sur cette emprise du Front National. Nous devons donc ouvrir une nouvelle ère politique avec des réformes courageuses et ambitieuses qui impactent favorablement et durablement le quotidien de nos administrés. C’est l’ensemble de la classe politique qui doit se remettre en question. Que l’on ne s’y trompe pas, le pire scénario catastrophe serait celui de ne pas réagir".

Laure Cordelet, présidente du  Rassemblement Citoyen de Beaucaire : "nous nous félicitons du résultat des élections régionales et de la vague républicaine qui a su faire barrage au Front National en lui ôtant toute possibilité de gérer une seule de nos régions. (…) Nous notons avec plaisir que le pourcentage des abstentions sur notre ville est passé de 47,62% au premier tour à 37,51% au second tour, soit une baisse de 10,11% qui nous récompense de notre travail d'information auprès de la population. Nous interpellons les acteurs politiques de notre ville, de notre département et de notre région : Beaucaire mérite que vous vous y intéressiez, que vous y investissiez votre énergie et que vous y portiez des projets nécessaires à l'amélioration de la vie de ses habitants. Pardonnez ce langage familier, mais le fait est que nous avons contribué à sauver les meubles, si vous voulez sauver les murs vous devez être présents sur le terrain, ici, dans notre ville. Pour finir nous assurons nos amis des collectifs citoyens des villes Front National de notre indéfectible soutien, et réaffirmons notre engagement au sein de la Coordination Nationale des Collectifs Citoyens. Notre travail collectif a porté ses fruits, nous en sommes fiers. La preuve est faite qu'unir nos efforts est payant dès qu'il s'agit de défendre la liberté, l'égalité, la fraternité et la laïcité qui sont le socle incontournable de notre République."
EELV Languedoc-Roussillon : "La jonction des listes Notre Sud et Nouveau Monde en Commun aura heureusement permis la défaite du Front National, parti xénophobe et réactionnaire. Pour construire ce « nouveau monde » que nous appelons de nos vœux, nous devons nous atteler à montrer concrètement comment la politique peut améliorer le quotidien et donner à espérer un avenir meilleur. Dans la nouvelle assemblée régionale, aucun parti n’aura la majorité absolue à lui tout seul. Il n’y aura ainsi que des majorités d’idée, sur la durée ou selon les votes. C’est un bon moyen pour remettre le projet au cœur des débats. Avec ses élu-e-s et ses partenaires du Nouveau Monde en Commun, notre parti travaillera donc à la construction de majorités d’idée pour l’égalité des territoires, la défense des services publics, la transition énergétique, l’agriculture paysanne, les transports du quotidien, le respect des différentes cultures qui composent notre région ou la mise en œuvre des principes figurant dans la charte éthique et démocratique signée par nos élu-e-s et contre les grands projets inutiles. C’est ainsi que nous assumerons la responsabilité qui est la nôtre, en faisant vivre le débat démocratique et en portant nos idées et valeurs pour bâtir une région plus écologiste, plus solidaire et plus citoyenne".

GARD Satisfaits de leur victoire aux Régionales, le PS s’inquiète de l’enracinement du FN

RÉGIONALES Qui sont les conseillers régionaux gardois ?

RÉGIONALES Gard : Louis Aliot (42,62%) conserve ses électeurs entre les 2 tours

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

3 réactions sur “RÉGIONALES Victoire de la gauche : les réactions de vos responsables politiques”

  1. Tibérino : les républicains savent rester humbles quand il y a une victoire ?

    En l’occurrence on parle d’une défaite. Quand on voit le camouflet à Nîmes où gauche et FN on mis une rouste à la bande à Fournier cette majorité devrait démissionner ! La gauche nimoise unie vous donne rdv en 2020.

    1. la gauche nîmoise unie ? laissez moi rire. si la France a la droite la plus bête du monde, nîmes a la gauche la plus bête de France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité