A la uneActualitésSociété

GARD L’Epiphanie, un royaume contre une galette

Dans son atelier, Frédéric Alle, boulanger de la rue Fresque à Nîmes, prépare son royaume avec des fruits confis de qualité et des fèves camarguaises (Photo Anthony Maurin : ObjectifGard)
Dans son atelier, Frédéric Alle, boulanger de la rue Fresque à Nîmes, prépare son royaume avec des fruits confits de qualité et des fèves camarguaises (Photo Anthony Maurin : ObjectifGard)

L’apparition de la fête en France date du moyen-âge. Autant dire qu’il n’y a rien de neuf sous le soleil sauf que le mouvement commercial prend chaque année un peu plus d’ampleur. L’épiphanie est une fête chrétienne qui rend hommage aux Rois Mages, qui plaît à tout le monde, qui fait tourner la chance et qui désigne un roi… ou une reine!

Comme toutes les fêtes religieuses, le rayon commercial de l’épiphanie est devenu bien garni à travers le temps, un peu trop même ! Cette année, enfin, déjà en fin d’année dernière, on trouvait dès le 20 décembre des galettes et autres brioches des rois (royaumes) en vente chez votre boulanger-pâtissier.

"L'épiphanie fait encore partie des fêtes de fin d'année! Ça a quand même un rapport avec la crèche et le petit Jésus..." évoque Frédéric Alle, boulanger nîmois. Et de reprendre "nous sommes presque obligés de démarrer la fabrication et la vente avant le jour de l'An car les clients le demandent. J'ai un peu peur qu'à la longue ce phénomène use la tradition" poursuit le boulanger de la rue Fresque à Nîmes.

Loin d’être une fête minoritaire, l’épiphanie, bien que le péquin lambda ne sait pas trop ce qu’il doit célébrer, fait fureur en France. Chacun d’entre nous aime acheter un bon gâteau, le savourer en famille et faire trouver la fève au plus petit de la tablée. Car cette fête c’est aussi l’occasion de partir à la chasse au trésor.

Et pour une chasse au trésor, celui qui est dissimulé dans les galettes et brioches peut avoir de la valeur et certains antisans n’hésitent pas à mettre comme fèves de véritables petits bijoux ! "Les fèves sont plus ou moins chères, surtout quand elles sont fabriquées en France, c'est normal car elles sont toujours plus belles. Cette année, je mets des fèves en lien avec la Camargue et ses traditions, ainsi, vous pouvez tomber sur un gardian à cheval, un taureau, la croix camarguaise, une maison de gardian, un crochet à raset, un trident, une arlésienne... tout ce qui fait appel à l'imaginaire camarguais" brosse le boulanger.

Après avoir fait les fèves des rues de Nîmes, il fallait éviter les répétitions mais continuer l'opération séduction.

 

Après cuissons mais avant finition (Photo Anthony Maurin : ObjectifGard)
Après cuissons mais avant finition (Photo Anthony Maurin : ObjectifGard)

Il en va de même pour les goûts des clients qui sont souvent bien plus hétérogènes que ce que l'on croit. Chez Frédéric Alle vous trouverez des galettes de frangipane et des royaume aux fruits confits évidemment mais pour les plus enquiquinants, vous pouvez débusquer des galettes natures ou aux pommes et des royaumes sans fruits confits. "Il faut savoir contenter tout le monde, et quand les gens en auront marre, nous ferons d'autres recettes avec peut-être de la pistache dans une galette carrée! Personnellement j'aime les galettes de frangipane mais ma préférence va aux brioches... à la Réunion, ils en font à la noix de coco, tout est adaptable!" note l'artisan.

Pour 2, 4 ou 6 personnes (plus sur commande) vous pouvez déguster brioches ou galettes de hautes volée et dans des prix raisonnables (à partir de 5 euros). Pour les brioches, les fruits confits sont fabuleux avec des figues, des poires, des clémentines, de l'angélique ou encore des oranges à l'extérieur. A l'intérieur, bigarreaux et melon feront votre bonheur. Pour les galettes de frangipane, le bon beurre est omniprésent et la belle amande l'est tout autant. Comme la tradition le veut, pour les petits modèles, une vraie fève alimentaire se cache à l'intérieur du dessert fait maison!

Vous avez jusqu'au moins la fin du mois pour devenir le roi!

Passage obligé après le nappage, le sucre en grain (Photo Anthony Maurin : ObjectifGard).
Passage obligé après le nappage, le sucre en grain (Photo Anthony Maurin : ObjectifGard).

Boulangerie Alle, 31 rue Fresque à Nîmes. Téléphone : 04.66.67.29.76. Ouvert du lundi au samedi de 7h à 13h30 et de 15h30 à 19h.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité