A la uneActualitésPolitique

NÎMES En 2016, Nicolas Sarkozy souhaite s’adresser « à tous les Français»

Nicolas Sarkozy, président Les Républicains. Photo : Coralie Mollaret.
Nicolas Sarkozy, président Les Républicains. Photo : Coralie Mollaret.

Méritocratie, travail, fiscalité ou assimilation… En 2016, le président Les Républicains souhaite « poser les débats » pour présenter un nouveau projet capable de convaincre au-delà de son camp. 

Dans le Gard, l’ex-président de la République est entouré de « fidèles ». « Je suis un récidiviste à Nîmes », s’amuse Nicolas Sarkozy, évoquant ses nombreuses visites dans le fief de Jean-Paul Fournier. Le patron de la fédération gardoise et sénateur-maire de Nîmes a toujours affiché un soutien sans faille à Nicolas Sarkozy, malgré parfois quelques divergences d’appréciation (relire ici). En confiance, le président Les Républicains s’est adressé aux 1 500 militants comme s’il adressait à l’ensemble des Français : « La France n’est pas une race, elle est une idée, une identité, une langue, une histoire ». Son discours diffère de celui prononcé, un an plus tôt, dans cette même salle des Costières. À l'époque, Nicolas Sarkozy galvanisait les foules pour la présidence de l’UMP. Il s’était longuement attardé sur l’immigration et l’Europe. Des thèmes qui l’a certes, abordé ce soir, mais de façon moins prépondérante, laissant plus de place à « la méritocratie », au « respect du droit de propriété », au « travail » ou à « l’assimilation ». 

2016, une année pour « poser les débats »

L’ex-président le sait : le virage à droite de 2012 a été un échec. L’année 2016 s’annonce être une année charnière avec l’organisation de la Primaire qui désignera le candidat de la droite pour la Présidentielle. S’ils souhaitent l’alternance, Les Républicains ne doivent pas la rater. Nicolas Sarkozy prévient : « la division fait perdre mais le débat fait gagner ». Des débats pour « poser les bonnes questions » : « qui sommes-nous ? », « que voulons-nous ? » et « à qui devons-nous nous adresser ? ».

Sur ces questions, Nicolas Sarkozy a déjà sa petite idée : « nous devons nous adresser à tous les Français d’où qu’ils viennent et quelle que soit leur confession (…) Notre parti ne doit pas être un club de supporters mais le parti de la nation ». Le chef Les Républicains a égrainé quelques pistes de réflexion. Par exemple, sur le droit de propriété : « faut-il s’excuser d’avoir un patrimoine et de vouloir le léguer à ses enfants ? (…) François Hollande n’aime pas les riches. Parfait ! S’il veut moins de riches, nous, nous voulons moins de pauvres ». Sur la question du travail, il reprend sans le nommer le slogan « du travailler plus pour gagner plus » de 2007, dont l’incarnation, par la création des heures supplémentaires défiscalisées, a été balayée par François Hollande. Concernant l’éducation, Nicolas Sarkozy lance : « qu’est-ce que l’on attend de nous ? (…) Les notes et les classements, ça me plaît. Ca permet de récompenser le travail de celui qui se donne du mal pour apprendre ». Enfin, il demandera de choisir entre « assimilation et intégration », avec là aussi, sa préférence : « ce sont les derniers arrivés en France qui doivent s’adapter et pas l’inverse ».

« Dans quelques jours, c’est à toute la France que je vais parler »

Les militants sont pendus à ses lèvres, mais une question brûle les leurs : Nicolas Sarkozy va-t-il se déclarer candidat à la Primaire à Nîmes ? « Dans quelques jours, c’est à toute la France que je vais parler, mais c’est d’abord à vous que je souhaite parler », a-t-il introduit en prémices de son discours. Une fausse alerte pour les militants, sauf peut-être pour le sénateur-maire de Nîmes : « avec son discours et ses bribes de programme, on peut considérer qu’il l’a presque fait… ».

Coralie Mollaret

Lire aussi : NÎMES Meeting de Nicolas Sarkozy : les politiques locaux réagissent

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

4 réactions sur “NÎMES En 2016, Nicolas Sarkozy souhaite s’adresser « à tous les Français»”

  1. Meritocratie ? Ça m’étonne pas que Burgoa le soutienne pas puisqu’il n’a même pas été capable de garder son valeureux collaborateur. Il n’a aucune notion du mérite lui l’alimentaire de la politique.

  2. Sarkozy est un champion, un champion de l’enfumage. Il peut dire tout et son contraire en quelques minutes. Son passage à l’intérieur et à l’Elysée a ouvert les yeux des Français qui l’ont éconduit comme il se devait. Dette, chômage, immigration sont le résultat de sa politique au service de l’U.E sans oublier le fiasco Libyen et ses conséquences sur notre sécurité.
    L’UMP devenue : les  » républicains  » n’est pas à la hauteur des enjeux et des défis à relever. Sarkozy c’est du passé.

  3. Sarkozy est un petit commercial. Il espère grâce à ses amis patrons de gros médias comme TF1 se relançait pour sa revanche Présidentielle. C’est assez pathétique parce que la plupart des citoyens ne sont plus dupes de son manque de conviction, de sa responsabilité dans les échecs durables de la France, de son implication dans quantité de dossiers judiciaires. Alors, il va évoluer au gré des sondages, cornaqué par une horde de communicants qui vont lui rédiger des discours alternatifs. C’est un cas désespéré et désespérant même pour la droite. Avec Hollande , c’est le meilleur atout pour faire élire Marine Le Pen en 2017.

  4. Le pathos du FN face à la langue de bois de l’UMP pour bien vendre sa boutique… l’emballage change mais pas le contenu… Vivement que les opprimé-es mettent un bon coup dans la fourmilière…
    La 5ème république est marquée à jamais par la guerre, la corruption et les délits d’initiés…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité