A la uneActualitésEconomiePolitique

POLITIQUE À Nîmes, Nicolas Sarkozy égraine des propositions pour la viticulture

Nicolas Sarkozy, le président du parti Les Républicains. Photo : Coralie Mollaret.
Nicolas Sarkozy, le président du parti Les Républicains. Photo : Coralie Mollaret.

Au lendemain de son meeting aux Costières, le président Les Républicains a rencontré des viticulteurs au domaine Le Petit Romain. 

Ce matin, au lendemain de son meeting aux Costières, Nicolas Sarkozy a emprunté le chemin du Mas de Sagnier, pour visiter le domaine Le Petit Romain. La propriété n'a pas été choisie au hasard puisqu'elle appartient à l'adjoint de la ville de Nîmes et président des Costières de Nîmes, Bernard Angelras. Après un rapide tour du propriétaire, l'ex-président de la République s'est dirigé dans la maison de son hôte où l'attendait une dizaine d'exploitants. Ces derniers sont des relais d'opinion dans le monde agricole, comme le président du syndicat des Jeunes agriculteurs du Gard, Lionel Puech, ou Frédéric Touzellier. Le maire de Générac, viticulteur de métier, a été propulsé à la Région en décembre par Jean-Paul Fournier. Depuis plusieurs élections, le sénateur-maire a constaté une adhésion, de plus en plus forte, des agriculteurs aux discours anti-européens et protectionnistes de Marine Le Pen (FN). Un obstacle sur le chemin de leur reconquête.

Redonner de la "compétitivité" aux agriculteurs

Candidat non-déclaré à la Primaire, Nicolas Sarkozy a essaimé quelques propositions. Méthodique, il débute son propos par une "mise au point" : "les viticulteurs ne sont pas des paysagistes, mais des chefs d'entreprise", en mal de "compétitivité". Au début des années 2000, la viticulture a traversé une crise sans précédent avec une importante baisse des prix. En cause : la surproduction de vin combinée à une baisse de la consommation. Si depuis quelques années "le secteur se porte mieux, ce n'est pas encore ça", assure Lionel Puech.

Pour que la filière sorte définitivement la tête de l'eau, l'ex-président de la République veut jouer sur deux leviers : "les charges et les normes". La TVA Sociale, abolie par François Hollande en 2012, est de nouveau mise sur la table. En échange d'une augmentation de la TVA, l'État s'engagerait une baisse des charges patronales et sociales. De quoi aider les viticulteurs à baisser leur coût de production et tirer leur épingle du jeu sur le marché international. "Il faut être réaliste, aujourd'hui il y a zéro chance pour que les pays européens augmentent leurs charges pour se mettre à notre niveau", lance-t-il.

Concernant les normes, "la France a tendance à rajouter de la complexité à la complexité. (…) Nous, nous interdirons de transposer en France des normes plus dures que les directives européennes. C'est l'engagement que je prends", promet Nicolas Sarkozy, sous le regard approbateur de son député européen Franck Proust.

Gard : 75 installations viticoles en 2015

Un autre problème inquiète particulièrement la profession : la diminution du nombre d'exploitants : "nous sommes 5 000 aujourd'hui dans le Gard. Un nombre en baisse constante. Cette année, notre département n'a connu que 75 installations". Pour les faciliter, Nicolas Sarkozy ressort, là aussi, une vieille recette : la "suppression des droits de succession". Une mesure à laquelle vient s'ajouter "la mise en place d'un observatoire des terres agricoles qui définira les mesures fiscales à prendre".

Une partie de son assistance semble conquise, mais également étonnée. "Nicolas Sarkozy connaît son sujet, on dirait presque qu'il a révisé avant de venir. Peut-être que c'est le cas, mais d'autres ne se donnent pas cette peine", constate l'un d'eux. L'entrevue se conclut sur une boutade du président Engelras autour des difficultés d'exportation des céréaliers : "Il vaut mieux des céréales que la panade…", plaisante-t-il. "Mais moi, je ne suis pas dans la panade", rétorque Nicolas Sarkozy, toujours prompt à rebondir.

Coralie Mollaret

.

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

2 réactions sur “POLITIQUE À Nîmes, Nicolas Sarkozy égraine des propositions pour la viticulture”

  1. Sans protectionnisme la Chine envahira le marché intérieur. Quant à l’exportation, des mesures spécifiques peuvent être envisagées. Le FN appelle cela : frontière intelligente dans le cadre d’un état stratège
    L’U.E sert le modéle ultra libéral en cours que ce soit pour les marchandises ou les Hommes. Sarkozy ou Juppé, Hollande ou Macron ils marchent dans la même mauvaise direction au nom de la compétition.
    Franck Proust votera l’adhésion de la Chine au Statut d’Economie de Marché qui lui permettra d’échapper aux contrôles anti-dumpings.
    Sarkozy est dépassé.

  2. Le commerce a toujours existé, frontière ou pas. Taxer des produits importés reviens à augmenter le prix de vente…
    Le FN signera des accords avec la sympathique démocratie Russe qui envahit tranquillement l’Ukraine. Russie-Chine même combat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité