A la uneEconomie

NÎMES Ce qui se passe à Vegas profite à des ingénieux nîmois

Les lauréats d'OpeNîmes autour de Gilles Ridel. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Les lauréats d'OpeNîmes autour de Gilles Ridel. Photo Tony Duret / Objectif Gard

En novembre 2015, OpeNîmes, l’agence de développement économique de Nîmes Métropole, organisait la première édition d’un concours de startup. Les deux projets gagnants ont remporté un séjour au CES Las Vegas et reviennent avec de belles perspectives.

Le conte de fée continue pour les deux projets qui avaient remporté la première édition du « Pitch_Up 2015 ». Les cinq membres de Safelight - Yannick Sanchez, Sami Gallas, Vincent Raynal, Maxime Mounier et Guillaume Rudnik - avaient illuminé le jury en proposant un dispositif innovant dans le domaine de la sécurité routière. En l’occurrence, un avertisseur lumineux qui avertit l’automobiliste de la présence d’un piéton au passage piéton.

Benjamin Néel et Christel Barbagelata, à la tête de Laboxy, ont quant à eux créé le « CIRmulator », un logiciel qui aide les entreprises à rassembler et à sécuriser les pièces justificatives pour le Crédit Impôt Recherche.

Grâce à ce concours, les représentants des deux sociétés se sont rendus au CES Las Vegas qui se tenait du 6 au 9 janvier. Rentrés en France, les talentueux entrepreneurs ont raconté leur expérience américaine. Benjamin Néel est ravi : « Je remercie OpeNîmes pour ma présence à ce superbe salon. J’ai rencontré des responsables de grandes sociétés qui sont habituellement inaccessibles. J’ai échangé avec Pierre Gattaz (président du MEDEF, NDLR) et j’ai fait une démo avec Emmanuel Macron », détaille ce diplômé de l’école normale supérieure qui, avec son CIRmulator, a réalisé un chiffre d’affaires de 200 000€ en un an et demie. « On espère atteindre une croissance d’un million d’euros de chiffre d’affaires dans les trois ans », ambitionne Benjamin Néel qui n’oublie pas ceux qui l’ont aidé : « On va rester à Nîmes. Je n’ai aucune raison de partir. Ici, il y a un écosystème que n’ai pas trouvé ailleurs ». Gilles Ridel, le président de l’agence de développement économique, savoure. Il a de quoi être fier de ses ‘poulains’ et de la première édition de ce concours qui sera, évidemment, reconduit en 2016.

A Las-Vegas, l’équipe de Safelight a, elle, eu la surprise de découvrir que la société Ericsson s’intéressait à son projet d’avertisseur lumineux alors que la société n’est pas encore créée ! Une question de jours puisque elle le sera au cours ce premier trimestre. Ce séjour aux Etats-Unis a également permis à Safelight de prendre contact avec des constructeurs et quelques municipalités comme celle d’Angers.

Tony Duret

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “NÎMES Ce qui se passe à Vegas profite à des ingénieux nîmois”

  1. « On va rester à Nîmes. Je n’ai aucune raison de partir. Ici, il y a un écosystème que n’ai pas trouvé ailleurs »

    Félicitations à cette jeunesse qui rêve, qui ose, qui espère. Nimes Métropole se donne les moyens de relever le défi économique par un environnement adapté. Sollicitons la région pour, dans le cadre du développement économique qui est sa compétence majeure, accompagner toutes entreprises qui ouvrent grandes les portes de l’emploi.
    Il est un projet d’envergure sur notre territoire qui mérite notre intérêt -> la plateforme de fret EURO CAREX.
    En avant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité