Actualités

NÎMES Gil Andreau, nouveau patron de l’Ecole Nationale de Police de Nîmes

La 235ème promotion des gardiens de la paix (Photo Anthony Maurin)
La 235ème promotion des gardiens de la paix est nommée Noam Boulanger du nom d'un policier fauché et tué par un camion en 2014 sur l'autoroute A6 (Photo Anthony Maurin)

Anciennement directeur départemental de la sécurité publique du Gard et récemment promu Directeur de l’École Nationale de Police de Nîmes, Gil Andreau a pu prendre ses fonction lors de la cérémonie de sortie de la 235ème promotion des Gardiens de la Paix.

82 000 m² de bâtiments sur une superficie de 37,7 hectares, une capacité d’hébergement de 2030 places, 65 salles de cours, 6 dojos, 4 stands de tir, 1 gymnase, 1 stade et 2 parcours professionnels, 1 amphithéâtre de 190 places et 1 salle de 300 places, 1 grand complexe de restauration et 1 infirmerie complètent le potentiel de l’École Nationale de Police de Nîmes.

La mission de l'ENP de Nîmes est d'assurer la formation initiale des élèves gardiens de la paix, des adjoints de sécurité et des cadets de la République ainsi que la formation continue de gradés et gardiens.

Après la simulation d'un attentat jeudi, l'ENP avait fait place neuve. Une "fan zone" excentrique troquée pour une cour d'honneur disciplinée, des "bleus de travail" échangés contre des costumes de parade et un public bien rangé et peu bruyant pour assister à la double cérémonie.

Familles et amis se sont pressés aux grilles de la cérémonie de sortie de cette 235ème promotion des gardiens de la paix (Photo Anthony Maurin)
Familles et amis se sont pressés aux grilles de la cérémonie de sortie de cette 235ème promotion des gardiens de la paix (Photo Anthony Maurin)

La sénatrice Vivette Lopez, le député William Dumas, la Procureure de Nîmes Laure Beccuau, l'adjoint à la sécurité de la ville de Nîmes Richard Tibérino étaient présents au côté de Didier Lauga, Préfet du Gard, et d'autres officiels pour l'intronisation de Gil Andreau. Musique militaire, garde-à-vous, Marseillaise et revue des troupes étaient donc au programme!

Cette 235ème promotion des élèves gardiens de la paix étaient incorporée depuis avril 2015. Sa moyenne d'âge est de 25 ans, il y a 80% d'hommes mais aussi 80% des élèves qui étaient par le passé des agents de sécurité. La moyenne générale est à 15/20 et le major de la promotion, qui a lu "l'engagement des gardiens de la paix", est quant à lui monté jusqu'à plus de 18/20. Cette promotion a pris le nom d'un policier, Noam Boulanger, tué en fonction sur l'autoroute A6 fauché par un camion le 26 juillet 2014.

Face au monument aux morts, Gil Andreau, le Préfet Didier Lauga et les autorités de la sécurité dans le département (Photo Anthony Maurin)
Face au monument aux morts, Gil Andreau, le Préfet Didier Lauga et les autorités de la sécurité dans le département (Photo Anthony Maurin)

Le Préfet Didier Lauga a lu le discours de Bernard Cazeneuve, préparé pour l'occasion. Les propos évoquaient le pacte de sécurité scellé entre la nation et les forces de l'ordre pour une éradication du terrorisme; les valeurs telles que le discernement, le dévouement et le courage; le fait qu'être policier n'est pas le métier d'un jour mais d'une vie, qu'il faut être prêt 24h/24 et 365 jours par an! Armés, équipés et entraînés avec des moyens supplémentaires depuis 2015, une nouvelle arme a même fait son apparition dans les rangs des troupes françaises.

"Vous devez être exemplaires à chaque instant car les Français attendent beaucoup de vous. Soyez fiers, soyez dignes, ce choix est noble, votre métier est passionnant!" évoquait le Préfet à travers les mots du Ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

Une fois la cérémonie terminée et peu avant le rugissant "wouais!!" lancé, tout comme leurs képis, par les gardiens de la paix, le Préfet, en toute discrétion, a à plusieurs reprises tapoté le dos du nouveau directeur de l'établissement, l'encourageant ainsi dans ses nouvelles fonctions. Il ne faut pas oublier que Gil Andreau a été visité le 31 décembre dernier par le Préfet Lauga alors qu'il entrait en fonction de lendemain.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 34 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité