ActualitésSociété

NÎMES La ville lance sa campagne pour un classement à l’UNESCO

Le centre ville de Nîmes aux couleurs de Noël. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
La beauté des monuments romains de la cité des Antonin. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

L'Arlésienne nîmoise risque très prochainement de montrer le bout de son nez... Si notre antique voisine est déjà classée à l'UNESCO, Nîmes lance enfin sa campagne, définitive, pour accéder au Graal synonyme de tourisme et de fierté patrimoniale.

Voilà Nîmes lancée dans une bataille dont elle devrait sortir grandie. Pour l'aider dans cette noble quête, un site Internet (et un hashtag #jesoutiensnimes) sur lequel vous pouvez apprendre l'essentiel de sa candidature à l'UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture) et la soutenir en "signant" votre volonté d'avenir en passant par la grâce du passé.

"Plus de 400 personnes soutiennent déjà notre candidature. Parmi elles, on trouve Pierre Gagnaire, chef triplement étoilé, le père d'Astérix Albert Uderzo, Frédérique Hébrard, Claude Sérillon, Philippe Caubère, Jack Lang ou encore Bartabas, les maires de Cordoue, Vérone et bientôt Prague" évoque le sénateur-maire Jean-Paul Fournier.

Les enfants peuvent également participer à l'effort local! En effet, dès les Grands Jeux Romains, un jeu de l'oie sera mis à disposition et les gamins pourront jouer à connaître le patrimoine nîmois aux Jardins de la Fontaine. "Nous voulons que les Nîmois s'approprient cette candidature, qu'ils s'associent à notre démarche. Nous allons organiser une grande réunion publique très prochainement pour expliquer le projet!" poursuit l'édile nîmois.

Un secteur sauvegardé qui va passer de 42 hectares à près de 100 et une affluence touristique qui devrait connaître une hausse située entre 30 et 50%. "J'ai parlé avec le maire d'Albi et on m'a fait comprendre qu'il fallait compter sur 40% de plus! les premières années!" affirme Jean-Paul Fournier et les chiffres des autres sites classés semblent lui donner raison.

Un patrimoine vivant pour l'UNESCO (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Un patrimoine vivant pour l'UNESCO (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Après deux "retoquages", Nîmes a trouvé son terrain et va combattre avec la qualité de ses armes en proposant quelque chose d'inédit et de très contemporain. "Nous travaillons sur notre patrimoine. En 2002, nous voulions un classement grâce à la Narbonnaise. Ensuite, nous sommes passés à la relation étroite qui lie Nîmes au Pont-du-Gard déjà classé. Aujourd'hui, enfin depuis 2011, nous travaillons sur l'Antiquité au présent. La manière dont Nîmes arrive à concilier son passé, ses monuments d'hier et d'aujourd'hui tout en faisant vivre son patrimoine. Le dossier est lourd mais là, nous nous lançons à fond et tout le monde suit!" brosse Mary Bourgade, adjointe au maire déléguée au tourisme et à la promotion touristique du Patrimoine. Jouer sur l'influence stylistique et urbanistique de notre patrimoine, tel est le thème du dossier.

"Notre dossier est suivi rigoureusement et sérieusement par le Ministère et par l'UNESCO mais comme l'institution préfère la discrétion aux fanfaronnades, la Ville, qui fait profil bas depuis 5 ans sur le sujet, peut désormais se lancer pleinement dans la campagne!" brosse l'élue en charge du dossier et qui connaît les grandes chances de Nîmes d'obtenir d'ici peu le label tant convoité.

Pour Nîmes, si tout se passe pour le mieux, le classement pourrait intervenir en 2018 ou en 2019. Pourquoi pas demain? D'abord parce que l’État ne présente que 2 dossiers par an (un naturel et un culturel comme Nîmes) à l'UNESCO. Ensuite, pour la simple et bonne raison que d'autres sites sont sur les tablettes avec des dossiers plus ou moins compliqués et avancés. Le site funéraire de la 1ère Guerre Mondiale (12 départements et 2 pays) devrait passer avant Nîmes grâce aux 100 ans de la fin de la guerre en 2018... Les plages du débarquement et Nice sont aussi en lice. La bataille sera rude mais synonyme d'essors touristique et économique. Franchement, être classé au patrimoine mondial de l'UNESCO est une véritable bénédiction pour l'économie locale et l'image d'une ville à travers le monde!

pho
La tour Magne (photo DR)

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 34 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

3 réactions sur “NÎMES La ville lance sa campagne pour un classement à l’UNESCO”

  1. Un bon début. Heureux de pouvoir suivre l’actualité mais ils n’ont pas eu l’idée de faire une page Facebook et un compte touitter pour suivre le processus ?

  2. Soutenons tous cette candidature. Notre patrimoine antique et plus contemporain fait la firerté de tous les Nîmois. Ils ont su le protéger depuis de nombreux siècle et le mettre en valeur. Nous en sommes tous très attaché et fier de pouvoir montrer au monde nos richesse et notre culture si particulière dans notre ville.

  3. Dommage que cette candidature ne soit pas plus connue je l’apprends seulement aujourd’hui et pourtant je suis nîmoise… il y a un petit souci de communication là ^^
    Comme précédemment dit, créez D’URGENCE un compte Twitter, et une page Facebook pour diffuser largement et ainsi obtenir plus de soutien. Au moment où j’écris on en est à peine à moins de 3000, c’est dire si c’est encore confidentiel comme info !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité