Actualités

L’IMAGE DU JOUR Premier test pour Nuit Debout

Les premiers participants de Nuit Debout à Nîmes. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Les premiers participants de Nuit Debout à Nîmes. Photo Tony Duret / Objectif Gard

A 16h30 ce samedi après-midi au square de la Bouquerie à Nîmes, une centaine de personnes de tous les âges était rassemblée dans le cadre du mouvement Nuit Debout (relire notre article). Plusieurs centaines d'autres sont espérées dans la soirée par le groupe déjà sur place. Sur les réseaux sociaux, plus de 450 personnes ont fait savoir qu'elles passeraient.

Toute la soirée, toute la nuit peut-être, "tant qu'il y a du monde on restera", indique le militant communiste Pietro Truddaio, des échanges vont avoir lieu entre les différents participants. On lira de la poésie, on écoutera de la musique, on échangera, on débattra et on mangera puisqu'un grand pique-nique est prévu sur les coups de 19-20h. "En fait, résume Pietro Truddaio, tout s'invente au fur et à mesure. Il n'y a pas de chef, toutes les décisions sont collectives. Le but, c'est de décider des choses. On va faire comme à République à Paris".

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

4 réactions sur “L’IMAGE DU JOUR Premier test pour Nuit Debout”

  1. Triste spectacle que de voir au mieux des gauchistes, au pire des islamo-gauchistes, s’attaquer à du mobilier urbain, à des abri-bus, à la voirie, avec, hélas, le soutien de cadres du parti communiste nîmois (je ne parle pas de M. Truddaio), tout cela « pour inventer au fur et à mesure », « pour décider des choses », bref le degré zéro de la réflexion politique.
    Et l’état d’urgence?

  2. Réunion spontanée, très sympathique, innovante souvent bon enfant qui tranche avec la politique politicienne inefficace, injuste voire corrompue . Vu l’urgence écologique et sociale : faut inventer autre chose que cette politique profitable à quelques uns et mettre le progrès technique au service du peuple et non de l’oligarchie. Bravo ! Comme disait Stéphane Hessel, il est bon de s’indigner mais c’est encore mieux d’agir pour un autre monde plus humain, plus solidaire.

    1. J’ai surtout aperçu, square de la Bouquerie, beaucoup de bobos, très peu de jeunes des quartiers : « Faut pas jouer les pauvres, quand on est plein de sous ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité