Politique

ALÈS Projet de loi travail : la CGT boycotte l’invitation des députés socialistes

Seulement 35 manifestants ce matin devant le permanence du député. Eloïse Levesque/Objectif Gard
Seulement 35 manifestants ce matin devant la permanence du député. Eloïse Levesque/Objectif Gard

La semaine dernière, les députés PS Françoise Dumas, William Dumas et Fabrice Verdier rencontraient les syndicats employeurs pour discuter du projet de loi travail proposé par Myriam El-Khomri. Aujourd'hui, c'est au tour de FO, SNuipp-FSU, UNSA et CFDT. "Ce texte contient des avancées en matière de sécurisation des parcours professionnels (compte personnel d’activité), de droit syndical (augmentation des heures de délégation syndicale), de protection des salariés (droit à la déconnexion, médecine du travail,...). Mais il est indéniable que des éléments font divisions et débats : le périmètre du licenciement économique, la baisse de la majoration des heures supplémentaires, la nécessité de cadrer l’externalisation des entreprises dans les grands groupes pour protéger davantage les salariés… Je m’emploierai donc à améliorer ce texte en ce sens sans préjuger de mon vote", avance Fabrice Verdier, député d'Alès, qui, suite à ces rencontres, pourrait déposer des amendements.

Invitée à la table des négociations, la CGT a refusé. Environ 35 militants étaient mobilisés devant la permanence du parlementaire socialiste ce matin, pour revendiquer leur boycott. "Ces élus sont favorables à la loi et veulent nous convaincre de son bien fondé. On discutera quand le projet sera retiré. Les jeunes seront bientôt licenciés comme des mouchoirs en papier, il n'y a rien à négocier !", affirme Thierry Ménard, de l'Union départementale de Gard. En outre, le syndicat contestataire accuse les députés de vouloir diviser les organisations salariales en les recevant une par une, et non pas ensemble. "Chacun peut ainsi exprimer ses propres sensibilités", assure Fabrice Verdier.

Déjà examiné en commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, le texte a fait l'objet de 304 amendements, qui ne concernent que très peu les points les plus sensibles. Selon le calendrier actuel, le débat à l'Assemblée nationale commencera le 3 mai prochain. En attendant, deux nouvelles mobilisations sont prévues demain jeudi à Alès : 10h au Parc du Colombier et 15h au lycée Jean-Baptiste Dumas.

Etiquette

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

Vous aimeriez aussi

2 réactions sur “ALÈS Projet de loi travail : la CGT boycotte l’invitation des députés socialistes”

  1. Et bizarrement ce qui ne choque pas ce Député PS c’est (entre autre) « l’inversion de la hiérarchie des normes » qui va permettre à chaque Patron de faire sa propre loi à l’intérieur de son entreprise (augmentation temps de travail, diminution de salaire) sans que rien ni personne ne puisse l’en empêcher…Et c’est cela que ce Gouvernement appelle « nouvelles protections pour les entreprises et les salariés» Pour les Entreprises on voit bien, mais pour les salariés on ne voit pas en quoi le fait de les licencier plus facilement va permettre de les protéger d’avantage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité