Faits Divers

AU PALAIS Le tribunal, qui n’est « pas honnête », le condamne à un an de prison ferme

Le palais de justice de Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
Le palais de justice de Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Ayoub, un Beaucairois de 24 ans, n’entend pas collaborer avec la justice. Dès le début de l’audience, quand le président Bandiera lui demande s’il souhaite répondre aux questions, il indique :

-          Non, je veux garder le silence.

-          C’est dommage, regrette le magistrat. Vous aviez dit à l’expert que vous aviez des choses à dire au tribunal.

L’audience se poursuit quand même et le président rappelle les faits pour lesquels il comparait. Dans la nuit du 2 au 3 septembre, six véhicules ont été incendiés à Beaucaire. Une première voiture a été ciblée et le feu s’est ensuite propagé aux autres véhicules. Un bidon d’essence rouge a été retrouvé à proximité de l’incendie, bidon sur lequel les enquêteurs retrouveront l’ADN d’Ayoub. Il semblerait que le jeune homme ait fourni le bidon d’essence à des jeunes. Le président relit la déclaration du prévenu durant sa garde à vue :

-          Ce sont des jeunes du quartier qui voulaient se venger du propriétaire de la C3 (la première voiture brûlée, NDLR). Ils sont venus me demander un bidon d’essence.

Le président Bandiera pointe quelques incohérences dans le témoignage d’Ayoub qui connaît quelques difficultés psychiques mais qui reste néanmoins accessible à une sanction pénale. Il prétend ne pas avoir assisté à l’incendie mais il décrit le processus de mise à feu. Malgré les contradictions, Ayoub s’attache à garder le silence. Au moment de sa plaidoirie, son avocate, Maître Françoise Delran, tentera bien de l'impliquer à l’audience :

-          Monsieur, m’autorisez-vous à expliquer au tribunal ce que vous m’avez confié avant l’audience ?

-          Non, ils ne sont pas honnêtes alors je ne suis pas honnête.

La décision du tribunal a probablement conforté le prévenu dans sa vision de la justice : il a écopé de deux ans de prison dont un an avec sursis et devra s’acquitter de plusieurs amendes autour de 3 000€.

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité