A la uneFaits Divers

SOMMIÈRES Promenade en famille : le conducteur sort le calibre…

promenage-velo
Photo d'illustration

C’était une balade familiale à vélo sur un petit chemin de terre. De beaux paysages et un calme profond… Jusqu’au moment où le moteur d’un surpuissant 4/4 vrombit. Le père et sa fille de 7 ans, ont juste le temps de se garer sur le bord du chemin. La maman moins à l’aise à bicyclette repère à une cinquantaine de mètre un endroit où elle pourra laisser passer le véhicule. Mais coups de klaxon et insultes commencent à pleuvoir. La balade bucolique va se transformer en moment de panique et de violences.

Il est 13h30, ce mardi 12 avril lorsque les promeneurs croisent la route de celui que le village de Sommières surnomme « le cowboy ». Cet exploitant agricole qui élève des chevaux et des taureaux n’a pas l’intention de patienter derrière la cycliste en vadrouille. Après avoir insulté la femme, il s’en prend à l’homme. « Il va sauter par les vitres du véhicule. Il possède une arme dans son 4/4, il va la prendre pour la fracasser sur la tête du père de famille, glisse le substitut Sébastien Sider qui réclame 1 an de prison avec mandat de dépôt à l’audience. Heureusement pour lui, il est muni d’un casque qui va se briser sous la puissance du coup, note le magistrat du Parquet de Nîmes. Même la femme du prévenu explique sur procès verbal qu’elle ne parvient pas à le maîtriser ».

Et lorsque les gendarmes arrivent il menace encore le père de famille de lui casser la figure. Arrêté, ce paysan de 33 ans, longiligne et doux comme un agneau dans le box a été jugé jeudi en comparution immédiate. Difficile de comprendre ce qui est passé dans la tête de cet homme connu pour ses débordements lorsqu’il est au volant. D’ailleurs son permis lui était confisqué au moment de « l’accrochage ». Il conduisait donc sans titre valable. « Il a essayé de me mettre un coup de poing lorsque j’étais au volant, je me suis défendu », déclare le cowboy du volant. « J’ai mal réagi, je me suis emporté », finit-il par avouer en pleurant car il veut retrouver son fils dont il a la garde. « Moi, ma fillette ne s’est pas remise de cette balade. Elle est soignée tous les jours, tellement elle a eu peur », affirme le père de famille encore ému à l’évocation de cette balade. « Je crois qu’il faut remettre ce dossier dans son contexte et surtout savoir raison garder, souligne Me Adil Abdellaoui. Mon client reconnait s’être emporté et avoir mal réagi. Oui il doit être condamné mais laissez le s’occuper de son fils dont il a la garde ».

Le tribunal correctionnel de Nîmes a entendu sa plaidoirie puisqu’il  a divisé par deux la peine demandée par le procureur. Il a été condamné à 6 mois ferme, par contre il reste en détention.

Boris De la Cruz

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité