Actualités

IL Y A 4 ANS… Le bilan de l’action politique de N. Sarkozy dans le Gard

L'ancien président Nicolas Sarkozy. Droits réservés.
L'ancien président Nicolas Sarkozy. Droits réservés.

Il y a 4 ans, à l'approche du premier tour de l'élection Présidentielle, il est temps de faire le bilan gardois de l'action politique de Nicolas Sarkozy alors Président de la République. Le candidat à sa succession publiait son rapport.

A moins d'une semaine du premier tour de l'élection présidentielle de 2012, le Président UMP (Les Républicains) sortant venait de publier le bilan de son action, département par département. Après "Ensemble tout devient possible", le slogan était "La France forte", de quoi répondre aux attaques de son adversaire socialiste, François Hollande, qui lors de son meeting à Nîmes, le 5 avril 2012 avait déclaré, "son bilan, c'est celui d'une France abaissée et dégradée".

Premier zoom sur "les 2,8 millions d'euros de soutien de l’État pour les cinq pôles d'excellence rurale" qui ont permis le financement à "Aramon, d'un projet de valorisation technique, touristique et culturelle d’une ressource locale : la pierre dite "du Pont-du-Gard " par la création de voies de desserte et réseau d'eau pluviale, la promotion de la pierre du Pont-du-Gard, la création d'une maison de la Pierre, la valorisation des carrières à des fins culturelles: mise en sécurité du théâtre de verdure et des fins touristiques par la création de sentiers d'interprétation".

Il en allait aussi des 255 millions injectés dans le Gard pour la rénovation urbaine répartis de la manière suivante : "192 millions d'euros pour plusieurs quartiers de Nîmes, 63 millions d'euros pour les quartiers des Près-Saint-Jean et des Cévennes à Alès". Sans oublier "des quartiers rénovés à Saint-Gilles grâce au Programme National de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés".

Deux autres thèmes tenaient à cœur au président-candidat, l'emploi et la création d'entreprise. Selon son bilan, Nicolas Sarkozy évoquait qu'entre 2008 et 2010, le nombre d'entreprise aurait doublé dans le Gard, retenant par ailleurs l'année 2010 et ses 8 566 entreprises créées, conséquence de l'apparition "du statut de l'autoentrepreneur." Mention à ne pas occulter, François Hollande avait déclaré vouloir, s'il était élu président, plonger les mains dans les textes n'ont pas pour "supprimer" le statut de l'auto-entrepreneur, mais plus pour corriger ses "dérives" étant "peu protecteur socialement" et favorisant une certaine "concurrence déloyale." Pas un mot par contre sur le chômage, problématique nationale, qui sévissait aussi dans le Gard avec 57 897 demandeurs d'emploi en février 2012 contre 54 388 en février 2011.

Autre sujet sensible dans le Gard : le contournement ferroviaire Nîmes-Montpellier, "une étape essentielle de la réalisation de la Ligne Grande Vitesse entre Nîmes et Perpignan, et représentait 1 milliard d'euros de retombées économiques dans la région. À l'horizon 2016-2017, la mise en service de cette ligne nouvelle entre Nîmes et Montpellier permettrait une amélioration notable des conditions de circulation ferroviaire sur cet axe actuellement saturé : + 33% de TER aux heures de pointe et 3 000 poids lourds en moins chaque jour sur l'autoroute." Dans le bilan l'équipe de Nicolas Sarkozy n'hésite pas à revenir sur la création d'une nouvelle gare entre Manduel et Redessan, une gare qui avait fait tant débat notamment concernant son financement, lors d'une séance extraordinaire tenue par le Conseil général le vendredi 16 mars 2012.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 34 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

2 réactions sur “IL Y A 4 ANS… Le bilan de l’action politique de N. Sarkozy dans le Gard”

  1. Voir livre de jean-Louis DEBRE , l’ex président du Conseil Constitutionnel, membre du même parti que Sarkozy qu’il connait bien. Le POINT en publie quelques extraits dans lequel il confirme que Sarkozy « n’a aucun sens de l’Etat. C’est un chef de clan auqUel il est interdit de résister , surtout au nom du droit ». Il décrit tous ses coups tordus. Il aurait pu intituler son chapitre sur « le voyou de la République ». Et JL Debré ce n’est pas l’ultra gauche. Jamais un homme politique sauf son ami Balkany n’aura collectionné autant d’affaires que Sarkozy.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité