Actualités

IL Y A 4 ANS… Au Grau-du-Roi, l’hôtel de ville se jetait à l’eau

Aujourdhui, lhôtel de ville est bien implanté sur le front de mer et les élus ont une vue à couper le souffle Photo Anthony Maurin)
Aujourd'hui, l'Hôtel de Ville est bien implanté sur le front de mer et les élus ont une vue à couper le souffle (Photo Anthony Maurin)

Il y a 4 ans, l'implantation du nouvel Hôtel de Ville de la bourgade de pêcheurs posait problème et était suspendue par la justice.

Cela fait maintenant 2 ans que le nouvel Hôtel de Ville a vu le jour sur le front de mer du Grau-du-Roi mais avant de sortir du sable, le vaisseau amiral a connu quelques épisodes qui auraient pu stopper l'avancée du projet.

L'outil moderne qui centralise la majeure partie des services municipaux, connaissait, après seulement trois semaines de travaux, la décision du tribunal administratif de Nîmes de suspendre le permis de construire d’une surface de plus de 2000 m².

Un emplacement submersible, un coût d’environ 5,5 millions d’euros, mais aussi l’empiétement d’un balcon d’un peu plus de 30 m² sur le domaine maritime, détenu par l’Etat posaient problème.

Seul motif à la suspension réelle des travaux : "il a manqué un document dans le dossier qui témoigne de l’accord des services de l’Etat pour permettre à la municipalité que le balcon du futur hôtel de ville soit sur la partie publique maritime" évoquait alors le député-maire de la ville Etienne Mourrut. Un espace pour lequel l’élu tenait à préciser que la collectivité détenait une convention de gestion, obtenue en 1995 dans le cadre de l’aménagement de la promenade qui relie le port de plaisance au port de pêche.

Même si l'élu reconnaissait la possibilité de contester son choix, la situation financière de la ville était sous contrôle "on a de quoi y faire face grâce à nos actifs (domaine locatif, camping, port de pêche, Palais de la Mer notamment), rattachés au budget municipal annexe, la mairie a profité d’un excédent de 350.000 euros au budget principal du dernier exercice".

Pour information, la commune du Grau-du-Roi avait fait jouer son droit de préemption pour acquérir, il y a 12 ans environ, ce terrain sur lequel est implanté l'hôtel de ville, empêchant toute construction locative d’ordre privé. Une convention de gestion, comme celle qui a été conclue entre l’Etat et la commune du Grau-du-Roi charge cette dernière de l’entretien et de la gestion, en l’occurrence, de la promenade qui jouxte la future mairie.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité