A la uneFaits Divers

AU PALAIS L’accusé : « Comme il y a mon ADN sur les lieux, je reconnais les faits »

Le palais de justice de Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
Le palais de justice de Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Il entre dans le box avec sa veste de survêtement aux couleurs de l’équipe de football allemande du Borussia Dortmund, salue sa famille, glisse un sourire à l’un et un clin d’œil à l’autre. Sofiane, 22 ans, est plutôt décontracté. Bras croisés, il écoute la présidente retracer les faits qui lui valent une comparution immédiate. Dans la nuit du 24 au 25 novembre dernier, le jeune prévenu s’est introduit dans une entreprise d’informatique nîmoise, a découpé le grillage, arraché le volet roulant et cassé deux vitres. Un répartiteur aurait disparu. L’ADN de Sofiane a été retrouvé sur l’une des vitres cassées.

- Comme il y a mon ADN sur les lieux, je reconnais les faits. Par contre, je n’ai rien pris dans ces locaux.

Un argument qui pourrait se tenir si le manutentionnaire qui vit chez ses parents n’avait pas plusieurs condamnations pour vol à son casier judiciaire. Son avocate vient à sa rescousse :

- On ne sait ni l’un ni l’autre ce qu’est un répartiteur.

On apprendra qu’il s’agit d’un câble qui permet de renvoyer une image sur plusieurs écrans. L’image de Sofiane, elle, est encore un peu plus écornée avec une nouvelle condamnation de huit mois de prison.

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité