ActualitésInsolite

PORTRAIT DU DIMANCHE Le joli coup de billard de Régis Grégoire

Régis Grégoire, en finale du Championnat de France N2 de billard Photo Anthony Maurin)
Régis Grégoire, concentré et assidu à l'entraînement avant la finale du Championnat de France N2 de billard à Nîmes (Photo Anthony Maurin).

Aujourd'hui a lieu au stade des Costières la finale du Championnat de France N2 de billard français. La manifestation est organisée par le Billard Club Nîmois et Régis Grégoire, régional de l'étape, compte bien aller le plus loin possible dans la compétition.

C'est un peu l'équivalent du championnat National pour les amateurs de ballon rond et non de billes en résine phénolique, mais l'organisation de la finale du Championnat de France au "cadre 47/2" N2 de billard français mérite un petit coup de projecteur. Malgré le peu de licenciés en France, le club nîmois en compte environ 70, le billard français est une institution à travers le monde. "Le jeu est présent partout, mais est encore plus prégnant en Asie. En Corée du Sud, il y a 10 millions de pratiquants!" explique Régis Grégoire. L'homme de 46 ans partage sa vie entre Gallargues, Lunel, Montpellier, Jonquières-saint-Vincent et Nîmes après avoir fait un crochet parisien durant 15 ans.

Mais comment en est-il venu au billard français? "J'ai commencé vers 13-14 ans un peu par hasard. Ma mère tenait un magasin à côté de l'Académie de billard, j'ai assisté à une partie spectaculaire et j'ai adoré. Je ne connaissais alors que le billard américain est à 16 ans, j'ai commencé les compétitions". Après une pause de 15 ans, il reprend le jeu et son niveau d'avant. "Ça a été dur, quand j'ai repris, je jouais mal, je ne maîtrisais plus les choses, le billard n'est pas comme le vélo, on oublie... Mais je suis pugnace alors j'ai renforcé l'entraînement et je pratique au moins un soir par semaine".

Face à ses adversaires encore couchés sur papier, Régis Grégoire espère rester debout le plus longtemps possible Photo Anthony Maurin)
Face à ses adversaires encore couchés sur papier, Régis Grégoire espère rester debout le plus longtemps possible (Photo Anthony Maurin)

Le club de Nîmes est le plus important de la ligue Languedoc-Roussillon. Après des tours préliminaires, le champion se retrouve en "secteur" face aux champions des autres ligues du sud-est. De là, encore vainqueur, il est qualifié pour la finale du Championnat de France. A 5 matchs d'un succès final et d'une consécration inédite pour lui, Régis Grégoire est remonté comme un coucou! "Les autres sont peut-être meilleurs mais je vais m'accrocher et en battre quelques uns!". Le week-end nîmois voit les 8 champions se retrouver en 2 poules de 4 joueurs. "Le combat est grisant, la motivation est là. On joue seul, avec et contre quelqu'un. Le fair-play caractérise ce sport mais les parties sont rudes! Il faut analyser le jeu, avoir  une gestuelle parfaite, réfléchir sur les coups suivants, savoir quelle stratégie adopter... La concentration est de mise car en compétition, on n'a pas le droit à l'erreur".

Le billard est un sport d'intérieur donc dans le sud, on lui préfère peut-être la pétanque... Mais en réalité, le billard gagne à être connu. Tenue correcte exigée, pantalon noir, chaussures noires, polo siglé du club, les joueurs sont exigeants en tout, pour tout. Deux arbitres les départagent, l'ardoise poreuse qui sert de matelas au tapis est chauffée pour que les billes glissent mieux, le noble bois des queues en érable et palissandre réchauffe également l'atmosphère. Pour le "cadre 47/2", discipline dans laquelle concourt Régis Grégoire, les il faut s'accrocher. "C'est ma 4ème finale, l'habileté et la concentration sont aussi importantes que les séances d'entraînement qui servent à parfaire les gestes donc il faut aussi puiser dans ses ressources physiques pour aller le plus loin possible. Les rencontres sont un peu en mode attaque-défense alors enchaîner les séries devient impératif".

Ce dimanche entre 9h à 12h30 les derniers qualifiés s'affronteront. La finale aura lieu à partir de 14h et sera suivie de la remise des coupes et des récompenses. L'entrée est libre d'accès, ne vous privez pas pour découvrir, en famille, en silence et en discrétion, ce sport qui roule!

le Nîmois Régis Grégoire

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 34 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité