Faits Divers

NÎMES Le journal pour gendarmes détroussait les commerçants !

gendarme

Il ne voulait pas contrarier les gendarmes. Un artisan gardois a versé des milliers d’euros à l’éditeur d’un journal dédié aux militaires. Le responsable de l’édition s’était engagé, en échange, à publier des publicités de l’artisan dans sa revue. Jusque là rien d’illégal sauf que le professionnel n’a jamais vu la moindre publicité dans ce magazine très éphémère, édité il y près de sept ans. Environ 840 000 euros ont ainsi été escroqués auprès de commerçants. Le tribunal correctionnel de Nîmes a déjà jugé cette affaire en 2014. L’éditeur a été condamné à 2 ans de prison dont une année ferme.

Vendredi 28 avril, un commerçant qui affirme avoir été escroqué venait réclamer 12 000 euros de dommages et intérêts à l’éditeur devant la cour d’appel de Nîmes. Face aux magistrats, l’éditeur mis en cause fait front et n’avoue rien. « Il est fidèle à lui-même, il s’érige en permanence en victime », estime Me Olivier Bessodes, avocat du plaignant. À chaque publicité, le chef d’entreprise de cette société enregistrée à Nîmes promettait un abonnement à son journal. Peu de commerçants approchés refusaient de donner l’obole. A coups de milliers d’euros, ils se faisaient plumer avec une promesse : ils auraient « un badge qui permettait lors des contrôles de gendarmerie que tout se passe bien », raconte en instruisant le dossier à l’audience, la présidente de la cour des appels correctionnels.

« Les démarcheurs, se présentaient auprès des artisans et commerçants comme des militaires », poursuit la magistrate.  Et lorsque les commerçants hésitaient à payer, ils recevaient des coups de fil du style… « Ferme ta gueule, tu as la chance que je ne sois pas sur place, sinon  j’aurais envoyé la brigade ». La brigade a fini par venir, mais au siège de la société qui éditait le journal interne des gendarmes. « Il faut remettre le dossier dans son contexte, l’enquête a ciblée 21 plaignants sur 687 clients », souligne le conseil du mis en cause qui devra attendre le mois de juin pour savoir s’il devra payer le dédommagement à la commerçante qui s’est fait plumer par de faux poulets.

Boris De la Cruz

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité