Actualités

FERIA D’ALES Les toros de la corrida du jour, les Curé de Valverde

Curé de Valverde Photo Michel Lezer)
Curé de Valverde (Photo Michel Lezer).

C'est un beau roman, c'est une belle histoire... Les toros du Curé de Valverde ne devraient plus exister et pourtant, grâce à un amoureux un peu fada, ils hantent encore les nuits des toreros et les jours de l'aficion.

Après leur belle sortie l'année dernière, il est normal de les retrouver sur le sable des arènes du Tempéras. A l'origine Espagnol, comme bon nombre d'élevages, celui des Valverde est né dans la région de Salamanque pendant la seconde guerre mondiale lorsque Juan Sanchez Rodriguez de Valverde achète 92 vaches et 3 toros à Vicente Charro de la ganaderia de Lorenzo Rodriguez. L'histoire est en marche...

Curé de Valverde Photo Michel Lezer)
Curé de Valverde (Photo Michel Lezer).

Son encaste est alors Ibarra Gamero Civico. mais après quelques menues années d’existence, en 1947, la ganaderia acquiert son ancienneté à Madrid. C’est en 1948 que Valverde trouve l’encaste Conde de la Corte qu’on lui connait aujourd’hui avec l’acquisition de 80 vaches et 2 toros achetés au Vizconte de Garcigrande.

C'est pourtant en 1953, que l'élevage va connaître un chamboulement notoire. Le ganadera meurt, son  fils Césareo Sanchez Martin reprend le fer et sa gestion mais son surnom restera dans l'histoire et marquera ce fer de son empreinte. C'est le fameux "Curé de Valverde". De bonne réputation, travailleur acharné et sérieux, son travail de sélection sera drastique et fera naître quelques spécimens qui feront entrer cette ganaderia dans la légende dès les années 1980.

Curé de Valverde Photo Michel Lezer)
Curé de Valverde (Photo Michel Lezer).

Comme toute bonne chose peut avoir une fin, c'est à la disparition de Don Cesareo en 1994, que ses neveux Leopoldo et Juan Mateos Sanchez reprennent le flambeau. Quelques années à végéter, à faire des choix malheureux et l'élevage sombrera peu à peu dans l'oubli et la rancœur. Si habituellement les ganaderias qui connaissent une telle chute meurent de leur belle mort (ou pas), celle du Curé de Valverde connaîtra un autre sort, plus étonnant mais bien plus intéressant!

En 2012, ces toros cornus quittent Salamanque pour la plaine de la Crau non loin de Saint-Martin de Crau. La ganaderia du Curé de Valverde est rachetée par Jean-Luc Couturier, un passionné, qui conserve le fer et le livre d’élevage. Après le succès rencontré l’année dernière lors de leur présentation à cette même feria, c’est tout naturellement que les toros du Curé de Valverde seront encore à l’affiche cette année... Tête allongée, fine et large au niveau des tempes et du museau, toro bas, noble, lourd aux cornes développées et astifinas, bref, des mélanges osés qui peuvent surprendre mais aussi attiser les curiosités!

Le paseo débutera à 17h et verra défiler Octavio Chcon, Alberto Lamelas et Javier Cortes.

Curé de Valverde Photo Michel Lezer)
Curé de Valverde (Photo Michel Lezer).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité