A la uneActualitésNîmes OlympiqueSports Gard

PÉNALITÉS Nimes Olympique au tribunal… Une décision à 100 000 euros !

perdrier-tribunal

 

Depuis vendredi soir les supporteurs du Nîmes Olympique sont soulagés... Grâce à son match nul contre Laval, le club gardois est sauvé mathématiquement. Il évoluera encore en Ligue 2 la saison prochaine. Pourtant les nîmois sont partis cette année avec une sacrée pénalité : 8 points en moins pour débuter le championnat en août dernier. Une sanction infligée par la commission d'appel de la Fédération Française de Football suite à une enquête judiciaire toujours en cours sur des soupçons de "rencontres présumées truquées" en 2014... Serge Kasparian, alors actionnaire principal et Jean Marc Conrad président du club sont soupçonnés d'avoir essayés d'arranger des matches afin de sauver Nîmes de la relégation en National à la fin du championnat 2014.

Alors que l'affaire explose dans la France du sport, la Fédération décide d'abord de reléguer Nîmes en division inférieure, avant de revenir en appel au retrait des 8 points pour le Nîmes Olympique. C'est cet oukase des instances du foot, avec le retrait des points, qui est attaqué aujourd'hui par les responsables du club "pour l'honneur" devant le tribunal administratif. Ce lundi, le rapporteur du gouvernement dont les conclusions sont suivies à 90% par les magistrats administratifs, a rejeté la demande des dirigeants des crocos de "récupérer" les fameux 8 points.

Une décision qui sera rendue d'ici le 13 mai soit dans 4 jours et qui se veut symbolique ? Pas tout à fait, car dans le monde du ballon rond beaucoup de choses tournent autour de l'argent. En fonction du classement de cette saison la redistribution financière des droits télés sera plus importante. Terminer 12ème ou alors récupérer 8 points et terminer 3 places devant n'a pas même prix. " 8 points en plus au classement c'est 100 000 € de plus dans les caisses. Pour Nîmes, c'est une somme capitale dans les finances du club", affirme à l'audience l'avocat de Nîmes. "Le club a été sanctionné comme une victime expiatoire... Il a fallut que la commission de discipline justifie les sorties honteuses du président de la ligue de football de l'époque qui voulait avant toute instruction de l'affaire une sanction exemplaire contre Nîmes", estime maître Anthony Chabert. "Depuis le dossier s'est dégonflé puisque nous sommes passés de 7 matches truqués à 4 tentatives d'arrangement", poursuit l'avocat du club. Le conseil de la fédération estime qu'il suffit de prendre "les déclarations de l’entraîneur de Bastia pour se rendre compte que Nîmes souhaitait arranger le match".

La décision du tribunal administratif de Nîmes sera rendue d'ici 4 jours... Une décision à 100 000 euros ! A la sortie du tribunal, le président du Nîmes Olympique Christian Perdrier s'est exprimé : "Ce n'est pas parce que, il y a eu des attitudes de certains dirigeants que le club doit payer éternellement. Les dirigeants incriminés par cette affaire n'ont pas été condamnés par la justice, seul le club de Nîmes a été condamné".

Boris de la Cruz

 

 

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité